Jean Le Bitoux : essai de biographie

 JEAN LE BITOUX    1948-2010

Éléments pour une biographie

 INTRODUCTION

 

Chacun d’entre nous a connu diverses facettes de Jean Le Bitoux, et je me garderai de dire que je l’ai bien connu, mais j’ai la chance de l’avoir rencontré plusieurs fois et j’en garde de beaux souvenirs. Je vivais et militais à Marseille.

Nous avions le même âge à deux ans près et vécu un peu les mêmes choses, mais j’étais sorti plus tard de mon cocon. Il a été bienveillant à mon égard, comme à l’égard des autres.

Au Mazel en Ardèche d’abord, à l’été 1978, j’étais novice et exalté, il était là avec son équipe, ils préparaient le journal à venir. J’étais venu là car on profitait de toutes les occasions pour rencontrer ces gays qui comme nous, explosaient. Je me souviens de Jean assis en maillot de bain au bord du Gardon, tirant la langue à mon appareil photo, comme un polisson.

Pour préparer le journal puis pour le faire vivre je découvre la capacité étonnante qu’il a de rallier à lui toute une équipe. Il a un charisme de leader et de fédérateur.

Lors du lancement de Gai Pied il faisait le tour des GLH pour puiser des correspondants. Nous étions partis à trois à Toulon, mais j’étais incapable de rédiger un article à partir du peu que nous avions visité dans cette ville. Marco Lemaire a pris ma relève, il deviendra journaliste à plein temps. A Hyères-les-Palmiers, Roland Thélu a interviewé Marguerite Duras, puis nous avons rencontré Anna Prucnal. Je me suis plutôt employé à faire le tour des kiosques à journaux pour faire connaître – rougissant – ce nouveau journal et… à me faire rabrouer. Il fallait pousser les NMPP (ancêtre de Presstalis) à le distribuer.

Ce journal était pour moi une pépite, je m’étais abonné.

Je voyais Jean à divers moments au siège de Gai Pied ou dans d’autres lieux. Il était toujours brillant et percutant.

Puis, je l’ai fait venir lors d’un débat public à Marseille, il galvanisait en parlant des homosexuels éloignés de tout hoirs des grandes villes.

Au début des années 1980, après avoir gagné un procès contre Paris Match pour droit à l’image. Je souhaite que les 10 000 francs gagnés soient utilisés pour la cause, il est immédiatement ma référence. Il hésite et, rapidement, la dispersion des archives de Pierre Hahn lui viennent à l’esprit, il faut crée un pôle d’accueil des documents et archives que les familles des homosexuels décédés jettent sans le moindre respect. De là nait l’idée de Fondation Mémoire des Homosexualités, il réunit rapidement autour de ce projet la crème des intellectuels militants (Jean-Pierre Joecker de Masques, Jean-Pierre Meyer-Genton des Mots à la Bouche, Geneviève Pastre, Jacques Vandemborghe et un arcadien). Là encore, il sait rallier sur un projet, sans exclusive. Il confie ses idées et les laisse prospérer, faisant confiance aux personnes Peu après, Daniel Guérin qui a besoin alors de disperser ses nombreux rayons de livres et heureux de trouver là le lieu de dépôt pour ses livres homosexuels.

Je revois Jean en 1983, à Marseille aux UEH (Universités d’été homosexuelle) puis à Avignon, lorsqu’il quitte Gai Pied avec perte et fracas. Chez Pierre de Ségovia se retrouve l’équipe qui a suivi Jean dans sa révolte. Ils ont tôt fait de rédiger un journal de quelques pages Le Gai Pied au cul qui explique leur rupture. Ils sont déjà ensemble sur un nouveau projet de journal.

Au début des années 1990, Jacques, Geneviève et Jean sont mobilisés sur le procès contre Mgr Elchinger, évêque de Strasbourg (qui a traité les homosexuels d’« infirmes »), je les rencontre chez Me Jourdain leur avocat. Je prends contact avec Pierre Seel, à qui je téléphonerai de plus en plus. Je sais que Jean prépare un livre avec Pierre, je les retrouve à Toulouse, et je vois la qualité de travail qui s’est instauré entre eux, Pierre est une boule de révolte, colérique, Jean est patient et présente l’avancement de son travail.

Lors d’une Gay Pride parisienne, j’entends résonner sa voix lors de son discours de fin de marche, un discours magnifique et mobilisateur. Je n’attendais que cela, de l’entendre, avec cette force et cette sûreté de lui-même qui galvanise, en ces temps où il fallait affronter tant de bourrasques adverses. Il dira qu’on ne lit pas assez ses discours. Ce sont des discours-programmes.

En avril 1994 Jean vient à Marseille, dans l’auditorium du Musée d’Histoire de la Ville, pour parler de la déportation des homosexuels, il m’avait demandé qu’un historien soit présent pour donner plus de force à son propos. Emile Témime, historien des migrations, écoute son exposé, l’atteste et donne quelques compléments d’information. Jean est décidément toujours disponible.

Vers 1992, j’ai l’occasion de le rencontrer dans les locaux du Journal du Sida, où il est rédacteur en chef.

En 1995, Jean dépose une gerbe aux déportés homosexuels à l’Ile de la Cité à Paris. La même année sous son impulsion je dépose une gerbe à Marseille, après la cérémonie officielle, dès lors commence une longue bataille dans nos villes respectives, pour faire reconnaître cette déportation et nous faire admettre dans les cérémonies officielles. Et Jean crée le MDH (Mémorial de la déportation homosexuelle) afin de mieux se coordonner au niveau national sur cette question.

En 1997 j’organise une conférence de Pierre Seel au Goethe Institut, puis, je le ferai venir à l’UEEH de 2000 dans le cadre d’un atelier. En 2003 j’inviterai Pierre pour participer à la cérémonie de la déportation, il est alors reçu par les autorités locales.

En 2002 l’anniversaire des 20 ans de la dépénalisation des homosexuel-les, je travaille au Conseil régional PACA, dont Michel Vauzelle est président, et je suis membre du CA des UEEH (devenue Université d’Eté Euroméditerranéenne des Homosexualités, selon la dénomination adoptée en 1999), les planètes sont alignées pour fêter avec force cet anniversaire en juillet dans le cadre du colloque des UEEH à l’Hôtel de Région. C’est une magnifique occasion pour donner à Jean Le Bitoux la place qui lui revient, et donner la parole aussi à plusieurs acteurs et actrices majeur-es de cette période. Jean raconte ses années Gai Pied et explique le sens de son infatigable militantisme. Après cette journée à l’Hôtel de Région, un élu Front national fera du grabuge parce qu’il y a vu des hommes en jupe et en robe, tremper leurs pieds dans un plan d’eau !

Puis je n’ai plus revu Jean, je le regrettais, tellement je ressentais le besoin de son impulsion.

Lui parti, j’ai gardé l’image d’un magnifique modèle militant.

 

Christian de Leusse

Mémoire des sexualités – Marseille

Mémorial de la Déportation Homosexuelle

En savoir plus