ANNÉES 2024 : 1er SEMESTRE 2024

2024 : à Strasbourg, installation de 2 Stolpersteine en souvenir du couple Joseph M. , policier badois, et Eugen E., comptable strasbourgeois, dénoncés, arrêtés, condamnés pour « débauche contre-nature continue » en vertu du Paragraph 175, Joseph M est exécuté en 1942, Eugen E. est condamné à deux ans de prison et interné à Schirmeck ; l’initiative est née des recherches de l’historien strasbourgeois Frédéric Stroh, auteur d’une thèse en 2018 sur Justice et homosexuels sous le national socialisme, étude comparée du pays de Bade et de l’Alsace

Janvier 2024 : parution de Vierges : la folle histoire de la virginité de Elise Thiébaut et Ellea Bird, BD instructive qui se penche sur la notion de virginité, ses mythes et ses réalités

Janvier 2024 : la maison d »édition How to Become présente la nouvelle revue The Daughters of Darkness, sous titrée An erotic nightmare of vampire lust, un numéro qui explore l’histoire du cruising lesbien et la figure de la vampire la maison d »édition autogérée a été fondée en 2016 par un collectif d’artistes et écrivaines majoritairement lesbiennes

Janvier 2024 : parution de Sortir du placard, LGBT en politique de Sonia Tir, un essai de grande ampleur de 300 pages, dans lequel elle donne la parole à de nombreuses personnes politiques, y compris du Rassemblement national, mais les membres du parti Les Républicains ayant refusé de s’exprimer

Janvier 2024 : à Nice, l’association Polychromes poursuit ses activités (danse, atelier d’écriture, atelier théâtre, films, randonnées, débats) et lancement du festival de film Ze festival à Marseille et Avignon

1° janvier 2024 : l’Estonie devient le 15° pays de l’Union Européenne à ouvrir le droit aux couples de même sexe à travers le mariage pour tous (et le 1° de l’ex-URSS) ; le Baltic Pride Festival se réjouit de cette avancée liée à l’arrivée d’une nouvelle coalition progressiste au pouvoir depuis février 2023

3 janvier 2024 : en Ouganda, un militant LGBT+ est blessé à coups de couteau par des inconnus, Steven Kabuye, 25 ans, laissé pour mort dans la banlieue de Kampala, il travaille à la Coloured Voices Media Foundation

7 janvier 2024 : à Marseille, le journal La Provence qui dresse chaque dimanche le portrait d’une famille de la région, fait le portrait d’un couple homosexuel Laurent Derche (36 ans) ex-salarié de ThyssenKrupp à Hong Kong et Justin Heifetz (37 ans) journaliste indépendant

9 janvier 2024 : le président de la République Emmanuel Macron désigne Gabriel Attal, 34 ans, comme premier ministre, c’est le premier homosexuel affirmé qui devient ainsi chef du gouvernement ; les associations homosexuelles y voient un bon augure, certaines d’entre elles sont cependant réservées ; rapidement une déferlante d’attaques homophobes et antisémites gagnera les réseaux sociaux (insultes, harcèlement enligne, rumeurs calomnieuses, fausses révélation)

9 janvier 2024 : en Grèce, la légalisation du mariage de couples de même sexe est au coeur des débats politiques, en particulier à l’initiative du député d’opposition de Syrisa, Stefanos Kasselakis, qui a annoncé le 5 janvier le dépôt d’un projet de loi en ce sens ; le 10 janvier 2024 le premier ministre conservateur Kyriakos Mitsotakis, annonce qu’il veut légaliser le mariage de couples de même sexe et leur accorder le droit à l’adoption, puis parlera de présenter cette loi au vote du parlement en février 2024 ; le 23 janvier 20243 le saint synode de l’Eglise orthodoxe grecque se déclarera totalement opposé à ce projet de légalisation

11 janvier 2024 : au Liban, selon le rapport mondial de Human Rights Watch, les droits des personnes LGBT ont été de plus en plus bafoués au cours de l’année 2023, dans un contexte de grave crise économique et sociale

13 janvier 2024 : à Vandoeuvre près de Nancy, deux parents sont placés en garde à vue pour avoir frappé leurs filles de 13 et 17 ans et avoir empêché l’aînée de sortir à cause de sa supposée homosexualité

13 janvier 2024 : à Strasbourg, le groupe Fetish Social Strasbourg organise une après-midi autour de l’artiste finlandais Tom of Finland

13 janvier 2024 : à Taïwan, élection de la première lesbienne au parlement de la province, Huang Jie, 31 ans, elle déclarera qu’elle espère que cela donnera du courage à beaucoup de gens « car j’ai démontré que j’y suis arrivée en montant en première ligne »

14 janvier 2024 : en Irlande, Jack Chambers, ministre d’Etat, membre du parti conservateur Fianna Fail, fait son coming out sur Instagram, avec une vidéo retraçant sa carrière politique ; il reçoit le soutien du chef du gouvernement Leo Varadkar, qui a lui-même fait son coming out en 2017, et du sénateur Malcolm Byrne, lui-même ouvertement homosexuel

16 janvier 2024 : en République démocratique du Congo (ex-Zaïre), le cardinal-archevêque de Kinshasa Fridolin Ambongo, président du symposium des conférences épiscopales d’Afrique et de Madagascar (SCEAM) exprime une opposition totale à la position du Vatican sur les couples homosexuels et souhaite une « bonne disparition » à l’Occident

16 janvier 2024 : aux USA, l’auteur de la tuerie dans le Club Q de Colorado Springs  le 19 novembre 2022, est inculpé pour crime homophobe par le parquet fédéral, il a tué 5 personnes et fait 18 blessés, juste après un spectacle de drag queen, il s’est identifié comme non binaire, mais a publié sur son site une vidéo néonazie

18 janvier 2024 : à Paris, l’Arlequin lance la 2è édition du ciné-cl retraçant sa carrière politiqueub Arlequeen destiné à promouvoir l’univers drag sur grand écran, à l’initiative de Florent Gouëlou (aka Javel Habibi)

18 janvier 2024 : à Paris, le collège Stanislas établissement catholique parmi les plus huppés de la capitale est la cible de diverses attaques, la nouvelle ministre de l’Education Nationale, Amélie Oudéa-Castéra a attiré l’attention maladroitement sur lui en expliquant qu’elle y place ses enfants à cause des défauts des établissements publics, et au même moment l’enquête administrative, déclenchée par l’un de ses prédécesseurs, rendu en août 2023, révèle un constat sévère sur les  brutalités, le sexisme, l’homophobie ou encore les manquements à l’obligation de neutralité religieuse qui se manifestent dans ce collège ultra-subventionné ; parmi les questions soulevées : un père d’élève chargé du catéchisme professait que l’homosexualité était un « péché » susceptible d’être « soigné dans une structure religieuse au Canada », l’éducation à la sexualité est sommaire et insiste sur « les dangers de la contraception », une jeune fille a été mise à la porte pour avoir eu une attitude associée à du « militantisme » sur la question des droits LGBT ; un rapport de l’Education nationale de 30 pages soulignant les dérives dans l’application du contrat d’association de l’établissement avec l’Etat, remis au ministre de l’Education nationale le 1° août 2023 est révélé par Médiapart ; la ministre de l’Education nationale Amélie Oudéa-Castéra demande au premier ministre, Gabriel Attal,  de « se déporter des actes relatifs » à cet établissement ; le 26 janvier 2024 les deux associations Mousse et Stop Homophobie porteront plainte pour discrimination homophobe

18 janvier 2024 : la chaine de télévision Canal + diffuse Fellow Travelers, deux hommes sont victimes du maccarthysme aux USA, au cours de la période 1950-1954, au temps de la chasse aux sorcières des supposés communistes, c’est la romance intimiste de deux assistants politique à Washington, en référence au roman de Thomas Mallon de 2007, la chute de McCarthy est liée à l’histoire des luttes des LGBTQ+, lui-même et son directeur de cabinet Roy Cohn sont homosexuels, et l’homophobie ambiante s’est retournée contre McCarthy; le scénariste Ron Nyswaner est celui qui a réalisé Philadelphia en 1993, il explique que, sorti de placard dans les années 1970, il a vécu coup sur coup l’exaltation de la libération sexuelle et l’arrivée du sida, si le maccarthysme persécutait les homosexuels, dans les années 1980 le gouvernement les ignorait

20-21 janvier 2024 : à Marseille, une trentaine d’anciens du GLH (et amis) se retrouvent au Cap Brun, près de Toulon, quelque 40 ans après les années GLH 1977-1987, à l’initiative de Bernard Jouanaud, sous le nom de Le bal des survivantes, aux anciens du GLH de Marseille s’ajoutent d’autres militants de l’époque, comme Patrick Cardon (de la Mouvance folle lesbienne d’Aix-en-Provence) et Gwen (Jacques Ars du GLH de Rennes) ; Jacques Fortin l’ancien président ne les rejoint pas il n’est « pas fan d’émotion », avec son compagnon Bruno, il ne sort plus de sa « zone de confort, Avignon et son repaire des Cévennes » et puis « il est anti-papesse et ce genre de chose » ; c’est l’occasion pour Mémoire des sexualités de présenter son site internet et ce qui peut intéresser ces anciens (la chronologie, l’expo 50 ans de luttes, les premières UEH, les portraits de certains d »entre eux), ainsi qu’à David Weber, germaniste, fraîchement arrivé à l’association de présenter son parallèle entre Homolulu, festival de Francfort sur le Main, et la première UEH, en 1979, Patrick Cardon présente sa maison d’édition GKC, et Jean-Michel Rousseau (Mélanie) présente ses réflexions à 40 ans de distance sur les préoccupations militantes de l’époque (la pédophilie et le sida) et sur sa perplexité à l’égard du sigle LGBTQIA+ ; tout cela se fait dans la bonne humeur, le plaisir de se retrouver et un étonnant apaisement au regard des conflits de l’époque

20 janvier 2024 : à Marseille se tient l’AG du Collectif IDEM (l’inter-associatif qui regroupe Aides, Amnesty international, Mémoire des sexualités, Sawa United et ENIPSE) qui présente son bilan d’activités 2023, 2 postes rémunérés sont créés (Sarah Saby, présidente jusque-là, devient salariée, et Margot Dewavrin), la Ville et le département soutiennent l’association de puis 10 ans, un bureau d’accompagnement d’artistes queer de Marseille a été créé en 2023, IDEM participe à la structuration d’un réseau queer à l’échelle internationales, initié en 2022 à l’échelle européenne après une rencontre à Belfast en 2021, un partenariat programmatique et de résidences d’artistes a été créé entre le festival Outburst de Belfast et le festival Transform créé par IDEM, enfin un partenariat avec l’école buissonnière Lab créé à Marseille pour l’égalité des chances dans l’accès aux métiers de la culture*

22 janvier 2024 : aux USA, le festival de Sundance ovationne le documentaire Will & Harper réalisé par Josh Greenbaum, qui suit le périple de Will Farrel et de la femme trans Harper Steele, amis de 30 ans, émouvant documentaire sur une transition de genre

23 janvier 2024 : dans le journal d’investigation marseillais Marsactu, Karine Espîneira se livre, en 2005 elle a créé à Marseille avec Maud-Yeuse Thomas l’association Sans-contrefaçon qui lui a permis de faire un gros travail de sensibilisation sur la question de la transidentité, puis l’association, dans le sillage du 3 Keller du Centre gay et lesbien de Paris et du collectif Zoo animé par Sam Bourcier, a ouvert la réflexion « non plus sous le prisme de simples témoignages autour de l’opération et de la prise d’hormones, mais comme façon d’interroger les limites de notre société binaire » ; de mère française, elle est née en 1967 à Santiago du Chili, sa famille a fui le Chili en 1974, juste après de coup d’état militaire, elle s’est installée à Marseille puis à Manosque, Karine fait tout alors pour étouffer son malaise, à 20 ans, en 1987 elle subit un grave accident dont elle met 4 ans à se remettre, les médecins lui prescrivent des stéroïdes qui déclenche sa puberté, elle comprend que pour pouvoir entamer son projet de transition elle doit s’armer, »j’avais perdu tout mon capital physique, alors je me suis dit qu’il me fallait des diplômes, plein de diplômes », elle part faire des études à Grenoble, elle fait un suivi psychiatrique qu’elle trouve rapidement inacceptable ; en 1996 elle s’installe à Paris avec l’aide de l’ASB (Association du syndrome de Benjamin) et suit un parcours de « transition express », elle se rend en Belgique pour être opérée de façon correcte et bénéficier d’une bienveillance qui n’existait pas en France où l’on ne garantissait pas le droit au plaisir et à la sexualité aux femmes trans, on leur permettait juste d’avoir un vagin pour bénéficier du changement d’état civil, « je voulais un clitoris sensitif », elle veut sortir des « protocoles hospitaliers qui fabriquent de vrais hommes et de vraies femmes dans le cadre d’un suivi psychiatrique » sans quoi on serait foutu-e, elle souligne combien cette contrainte de respecter les normes de genre est « sexiste »; dans les années 2000 les associations trans se politisent, STS (Support transgenre à Strasbourg) et le GAT (Groupe activiste trans à Paris), à Marseille à travers des ateliers aux 3G et à l’UEEH qui permettent à Karine et Maud de s’adresser à des lesbiennes, elles arrivent à faire sauter des barrières qui jusque là leur rendait difficile l’accès à aux milieux lesbiens ; en 2009 elles ont crée l’association Genres de luttes qui a pour objectif de créer un fonds d’archives et un centre documentaire sur les luttes trans en liaison avec Mémoire des sexualités, elles passent le relai à T-Time, association en direction des personnes trans et intersexes, et quittent Marseille pour la Bretagne

23 janvier 2024 : en Grèce, la CEDH (Cour européenne des droits de l’homme) condamne l’Etat pour avoir imposé des tests de VIH et diffusé les identités et les données médicales de travailleuses du sexe

23 janvier 2024 : dans le cadre du FIPADOC (festival international du documentaire) le réalisateur camerounais Appolain Siewe présente Le Code de la peur révélant l’héritage colonial de l’homophobie et la terrible répression qui sévit au Cameroun à l’égard des homosexuels ; au cours d’une interview, il souligne en particulier que la colonisation allemande entre 1884 et 1916 a apporté les premières lois homophobes dans son pays, dans une période où en Allemagne on marginalisait les homosexuels et on cherchait à les transformer et à les soigner

24 janvier 2024 : à Paris, au procès des attentats de Trèbes et Carcassonne du 23 mars 2018, un enquêteur raconte les premiers crimes, un double crime homophobe, de Radouane Lakdim, 25 ans, lors de son périple meurtrier qui a tué  4 personnes – dont le gendarme Arnaud Beltrame – ceux commis contre Renato Gomes de Sousa, 26 ans, dont l’assaillant a volé la voiture, et Jean-Michel Mazières, viticulteur de 61 ans, sur un lieu de drague situé à une dizaine de minutes de la cité de Carcassonne où habitait l’assaillant

24 janvier 2024 : à Montreuil, une polémique éclate à propos du mauvais entretien du square Jean Le Bitoux, le ville explique que l’abandon de ce square est provisoire dans l’attente de travaux d’extension et de rénovation de l’espace

25 janvier 2024 : mort de Frédéric Edelmann (1951-2024), 72 ans, journaliste, militant du sida, cofondateur de Aides et créateur d’Arcat-Sida il fréquente le Sept, puis le Palace les deux boites de Fabrice Emaer, et tient quelques mois une chronique sur les nuits parisiennes dans Gai Pied, sous le nom de Frédéric Loiseau, voyage beaucoup et parle plusieurs langues, aime faire le clown ;  ; il a été journaliste au Monde pendant près de 40 ans spécialisé sur les questions d’architecture et passionné par la Chine, il s’est engagé dans la lutte contre le sida en 1984 répondant à l’appel de Daniel Defert, ils forment alors un duo particulièrement efficace à la tête de Aides, puis souhaitant une association plus riche en connaissance qu’en militants il fondera Arcat-Sida en 1987, avec son amant Jean-Florian Mettetal il fait d’Arcat-sida un laboratoire d’expertise, ils font la tournée des lieux gays pour alerter sur l’hécatombe qui vient, distribuant tracts et préservatifs ; Edelmann fonde le groupe TRT-5 qui regroupe des militants et des experts sur la question des médicaments ; il confie à Jean Le Bitoux la rédaction en chef du Journal du sida créé par Arcat-sida ; malade du sida il est sauvé par l’arrivée des trithérapies en 1996, il déclare « Le sort des survivants n’est pas simple. Intellectuellement, c’est un vrai bonheur, on ne demande pas à être plaints, mais nos vies personnelles ne sont pas si légères que cela. Cela n’a rien d’agréable de vivre avec des traitements lourds, avec tourtes ces maladies invisibles, on vit oui, mais avec une fatigue… » ; dans le Journal du sida, il accorde un entretien à Philippe Mangeot, futur président d’Act Up, qui le considère comme « un des plus grands héros du XXè siècle » ; Mettetal meurt en 1992, il épouse Caroline Bagros

25 janvier 2024 : à Bruxelles, le Parlement européen organise un événement en vue de proposer un Mémorial de l’Holocauste, impliquant les associations LGBT+

26 janvier-29 février 2024 : à Toulouse et en Occitanie, déroulement du 17ème festival de films LGBTQIA+ Des Images aux mots

27 janvier 2024 : à Angoulême, dans le cadre du Festival international de la BD, ADHEOS présente le Off de ouf franco-américain

29 janvier 2024 : à Marseille, l’association Les Héroïnes qui a créé sa bibliothèque en 2011, s’était installée au garAge à la Plaine en 2017, est contrainte de changer de lieu (pour le 91 de la rue Loubon, à la Belle de Mai), c’est une bibliothèque féministe, gratuite, anti-autoritaire, intersectionnelle, anticapitaliste et autogérée », l’équipe d’origine ce sont « des personnes non binaires, racisées, gouines, de classe pop et de classe moyenne, de différents âges  et une majorité de meufs cis, blanches, valides », ses réunions hebdomadaire alternent tout public, mixités spécifiques et femmes minorisé-es de genre et de sexualité

29 janvier 2024 : en Espagne, l’affiche officielle retenue pour les festivités de la Semaine Sainte à Séville, proposée par Salustiano Garcia, suscite la colère des milieux conservateurs, le représentation du Christ est trop efféminée, maniérée, sexualisée et provocante

30 janvier 2024 : en Angleterre et au Pays de Galles, les chiffres de l’Office national des statistiques montrent une hausse des unions entre personnes de même sexe, de 26 000 en 2015 à 167 000 en 2022

30 janvier 2024 : l‘Arménie rejette la demande d’extradition de l’homosexuel Tchétchène, Salman Mukaev, arrêté en 2020 dans son pays, formulée par la Tchétchénie

Février-mars 2024 : à Paris, exposition Paul Smara, passager clandestin à la galerie Obsession, les dessins de Paul Smara (Paul Dubois) sont tracés à la mine de plomb plein de lubricité virile, mettent en scène des marins en rut inspirés des bars louches et des hôtels borgnes du port de Toulon ; il mène une double vie entre les cercles mondains et le jardin des Tuileries ; trop petit, 1 m 55, il a été réformé par l’armée ; réputé pour ses traits d’esprit, il écrit des poèmes érotiques et mène une vie de dandy ; il fréquente Cocteau, Louise de Vilmorin, Maurice Sachs ou encore Robert Desnos et obtient la protection der Arturo Lopez Willshaw, millionnaire chilien éclairé, et refuse d’illustrer le Journal du voleur de Jean Genet ; il est mort à 78 ans à Paris ; le livre Paul Smara de l’écrivain-chercheur spécialisé dans les Années folles, Jérôme Kagan a été  édité en 2023

Février-Mars 2024 : à Nice, les Ouvreurs présentent 2 films Les carnets de Sigfried, film britannique sur un soldat héroïque de la seconde guerre mondiale, et Happy Together, film Honkongais de 1997 sur 2 amants Lai et Ho qui quittent leur pays pour l’Argentine

Février 2024 : aux assises d’Eure-et-Loire, un homme de 33 ans est jugé pour l’assassinat d’un dentiste de 53 ans dont le corps a été découvert le 17 février 2020 dans sa maison à Coulombs, les deux hommes s’étaient rencontrés quelques mois auparavant grâce à une application de rencontres gay ; le 8 février l’assassin est condamné à 25 ans de réclusion

Février 2024 : sortie du film Sans jamais nous connaître de Andrew Haigh, une romance entre Adam, un scénariste hanté par ses fantômes et Harry, son mystérieux voisin

Février 2024 : parution de Papillon très beau livre de l’artiste et militante trans Louiz, chanteuse et chorégraphe réunionnaise, auteure du film documentaire De l’Evolution à la (R)évolution, elle est marraine du Centre LGBTQIA+ Orizon de Sain-Denis de la Réunion, et soutient Requeer qui mène aussi de nombreuses actions en faveur de la communauté LGBT+

1° février 2024 : à l’Institut du Monde Arabe, lors de sa soirée Habibi accueille de nombreux humoristes LGBT+ dans le cadre de son IMA Comedy Club 100% queer, avec Kiddy Smile et Myss Keta

1° février 2024 : en Autriche, la loi visant à réhabiliter et indemniser des milliers de personnes condamnées en raison de leur homosexualité entre en vigueur ; les relations homosexuelles ont « été dépénalisées en 1971, 26 500 sentences ont été prononcées dont quelques 11 000 personnes ont été condamnées jusque dans les années 2000, la prostitution gay était interdite jusqu’en 1989, le droit d’association était interdit aux homosexuels jusque dans les années 1990, l’âge du consentement est resté fixé à 18 ans pour les relations homosexuelles jusqu’en 2002 alors qu’elle était à 14 ans pour les relations hétérosexuelles ; les peines seront annulées et une indemnisation de 3000 € avec 1 500 € supplémentaire par année de prison

2 février 2024 : à Toulouse, à la Bibliothèque d’études méridionales, premier jour du séminaire Histoire(s) tordue(s) : les passés LGBTQI+, XVIIIè-XXè siècles, organisé par le Framespa, ce premier jour est consacré au livre Lesbiennes, pédés, arrêtons de raser les murs avec Marie Cabadi, Camille Morin-Delaurière, Corto Le Peron et Mathias Quéré ; le 15 mars sera consacré aux Pratiques lesbiennes aux époques moderne et contemporaine avec Anouk Durand-Cavallino en dialogue avec Camille Morin-Delaurière ; le 5 avril à Ré-interroger les catégories du passé pour écrire une histoire trans avec Roby Faure, Lou Bossis et Michaëla Danjé ; le 26 avril  à Réprimer l’homosexualité au début du XXè en Europe avec Geoffroy Huard et Romain Jaouen

6 février 2024 : la publication d’une enquête IFOP réalisée du 26 décembre 2023 au 2 janvier 2024 sur la sexualité des Français révèle une baisse d’activité sexuelle des 18-24 ans, la proportion des personnes sexuellement initiées (c’est à dire ayant couché avec un tiers ne serait-ce qu’une fois dans leur vie) qui déclarent avoir eu au moins un rapport sexuel ces 12 derniers mois n’est plus que de 78%, soit une chute de 15 points par apport à une enquête similaire effectuée en 2006

6 février 2024 : à Paris, à la Gaité Lyrique, 4 associations STOP homophobie, ILGA World, ADUH, Egides et Solidarités internationales LGBT  organisent une conférence pour dénoncer les discriminations et violences subies par les personnes LGBT+, sur la base du rapport de l’ILGA qui recense 1 300 affaires dans 72 pays en deux décennies, avec des cas d’arrestations dans 32 pays ; parmi les intervenants l’ambassadeur français Jean-Marc Berthon, l’avocat Shahanur Islam président de Justice Maker Bangladesh, Amélie Hu consultante à l’ILGA et Lucas Ramon Mendos directeur de recherche à l’ILGA

6 février 2024 : en Belgique, le Vatican répond au gouvernement belge et au porte-parole de la conférence épiscopale qu’il ne peut accéder à leur demande de retirer le titre d’évêque à Mgr Roger Vangheluwe, ancien évêque de Bruges, car il s’est déjà prononcé en 2010 pour une interdiction d’exercer son ministère et de prononcer toute parole publique pour des faits datant des années 1970 et 1980, prescrits, mais avec maintien de son salaire annuel versé par l’Etat avant de bénéficier de sa retraite, une condamnation après la révélation de nombreux viols sur ses deux neveux mineurs, le Vatican considère qu’il ne peut pas en prononcer une seconde sans l’obtention d’éléments nouveaux ; le ministre de la Justice indique que les milliers d’images pornographiques découvertes dans l’ordinateur de l’évêque pourraient être transmises à Rome ; l’émotion est grande alors que le scandale des violences sexuelles dans l’Eglise en Belgique et loin d’être éteint, à la veille d’une visite du pape dans ce pays

6 février 2024 : en Russie, près de Saratov, la photographe Irina Mossina, 33 ans, est condamnée à une amende de 1 500 roubles (soit environ 15 €) pour avoir diffusée en ligne un drapeau arc-en-ciel, considéré comme un symbole « extrémiste » depuis l’interdiction du « mouvement international  LGBT+ », dans la région de Volgorod un homme a été condamné à 1 000 € pour les mêmes raisons et à Nijni Novgorod une femme a été arrêtée parce qu’elle portait de boucles d’oreille arc en ciel

6 février 2024 : au Yémen, 13 personnes sont condamnées à mort pour homosexualité en territoire contrôlé par les Houthis, branche de l’islam aux règles sociales et religieuse très stricts, notamment pour les femmes

8 février 2024 : mort de Robert Badinter, avocat, garde des Sceaux, président du Conseil constitutionnel, écrivain, homme de théâtre, dont la parcours ministériel  a été marqué notamment par l’abolition de la peine de mort et la dépénalisation de l’homosexualité ; une pluie d’éloge tombe du côté des milieux LGBT, les historiens Antoine Idier et Régis Schlagdenhauffen, l’élu Jean-Luc Romero-Michel, les militants comme Michel Chomarat, et les associations de défense des homosexuels (Stop Homophobie, SOS homophobie, etc.) ; le 15 mai 2009 il a parrainé le premier congrès mondial contre l’homophobie et la transphobie qui s’est déroulé au Quai d’Orsay

13 février 2024 : en Hongrie, la justice annule l’amende de 31 000 € infligée en 2023 à une chaîne de librairie qui avait vendu le roman graphique Heartstopper évoquant l’homosexualité en rayon jeunesse sans être protégé par emballage hermétique, une virgule manquante dans le texte  du texte de loi a permis d’interpréter que cela ne concernait que les livres « vendus séparément d’autres produits »

14 février 2024 : la newsletter Komitid diffuse une interview de Alain Parmentier, policier et militant LGBT, qui a pour mission de former tous les délégués du syndicat Alliance Police nationale, il a créé Flag avec Mickaël Bucheron et d’autres, au début des années 2000 ; en 2018 ils ont tenu une conférence de policiers LGBT européens, plus de 150 personnes en uniforme, ils n’ont pas eu de difficultés à être admis dans la marche de la Pride et cela lui a fait chaud au coeur, après dune période d’incompréhension du côté de certaines associations LGBT ; quand Manuel Valls était ministre de l’Intérieur, depuis   ils ont commencé à avoir des partenariats officiels et depuis ils sont admis officiellement dans les instances hiérarchiques

15 février 2024 : en Grèce, la loi autorisant le mariage pour les homosexuels est adoptée ainsi que le droit à l’adoption pour les couples de même sexe, c’est ainsi le 37è pays pour lequel les adoptions homoparentales sont légales ; l’Eglise orthodoxe et l’extrême droite manifestent leur opposition

16 février 2024 : à Marseille, au Centre LGBTQIA+, Hussein Bourgi, sénateur, président du MDH (mémorial de la déportation homosexuelle), présente la proposition de loi sur la réhabilitation des 10 000 condamnés pour homosexualités en raison des lois de Vichy, de 1942 à 1982

17 février 2024 : à Marseille, le collectif IDEM présente une série de performances au Théâtre de l’œuvre, avec Rebecca Chaillon, Romy Alizée, Aphélandra Siassia, Azani V. Ebengou

18 février 2024 : à Nice, deux jeunes gens tagguent la vitrine du Centre LGBTQIA+ avec les mots Nik les PD, Erwann Le Hô présent dans les locaux ce dimanche à 14h leur court après, prends leur bombe de peinture jeté à terre pour disposer des empreintes et porte plainte, grâce aux nombreuses caméras ils sont rapidement arrêtés, le maire Christian Estrosi se dit scandalisé ; cet événement rappelle que 2 individus qui s’en étaient pris à un groupe de jeunes LGBT à la sortie d’un bar cours Saleya en décembre 2022, ont été condamnés en juin 2023 à un an ferme sous bracelet électronique

19 -25 février 2024 : à Nice l’association Polychromes annonce la projection du film Sans jamais nous connaître du réalisateur britannique Andrew Haigh sur la rencontre de 2 solitudes, l’accueil e Valérie Baud à la librairie Vigna autour de son recueil poétique La baie d’Up sur la rencontre entre une métisse Kanak et une communarde déportée en Nouvelle Calédonie, le Queernaval sur le thème des Village people, et la rencontre littéraire  autour de la pièce Art de Yasmina Reza

19 février 2024 : l’historien Antoine Idier démontre les insuffisances du projet de loi qui vise à réhabiliter  les homosexuels condamnés en vertu de l’ordonnance du 25 novembre 1960 qui concerne l’article 330 alinéa 2 du code pénal qui aggrave la répression de l’outrage lorsque celui-ci consiste en un « acte contre-nature avec un individu du même sexe », c’est selon lui l’article 330 alinéa 1 relatif à l’outrage publique à la pudeur (OPP) qui a causé le plus de condamnations depuis des décennies, il cite l’exemple de Michel et Battista condamnés le 17 mai 1978, Martial de Geoffroy arrêtés le 12 mai 1980, Philippe et Antoine condamnés le 30 avril 1981 ; il souligne aussi que de toutes façons avant 1960 la répression était déjà abondante tout au long du XIXè et au début du XXè siècle, ce qui rend caduque l’idée de faire partir des lois de Vichy en 1942 les réhabilitations, ainsi pour le seul mois de décembre 1959 il met en évidence plusieurs condamnations, le 8 décembre 1959 le professeur de mathématique américain Paul est condamné ainsi que Auguste, comptable français, Gottfried, peintre autrichien,  et Urbano , mécanicien espagnol, ; le lendemain Jean-Paul et Ottmar ont été condamnés et le 14 décembre 1959 Henri et Jean à leur tour, ainsi que Daniel et Jacques

23 février 2024 : à Lille, la fédération du Parti socialiste reçoit Hussein Bourgi, sénateur, auteur de la proposition de loi sur la réhabilitation des homosexuels condamnés en vertu des lois de Vichy, avec la sénatrice Audrey Linkenheld, l’historien Sébastien Andrieux et l’avocat, président du RAVAD, Jean-Bernard Geoffroy 

9 mars 2024 : à Nice, à l’occasion de la Journée internationale pour les Droits des Femmes, la librairie Vigna reçoit, avec l’association Les Culottées, la photographe Marie Docher à l’occasion de la sortie de son livre Et l’amour aussi

 

 

18-29 avril 2024 : à Nice, les Ouvreurs présentent la 1-ème édition du Festival In&Out avec une trentaine de projections de films queer

 

30 novembre-15 décembre 2024 : à Marseille, 2ème festival de cinéma porté par Mémoire des sexualités en partenariat avec Utopia et Vidéodrome