Années 2010 : 2010-2011

 


Histoire du sida (le Monde 29 mai 2013)

5 janvier 1981 : 5 cas d’hommes jeunes homosexuels, à Los Angeles, présentent une infection pulmonaire rare et une déficience immunitaire

20 mai 1983 : publication dans Science de l’identification d’un rétrovirus baptisé VIH

1984 : identification du 1er récepteur (CD4) utilisé par le VIH pour infecter les cellules

1985 : commercialisation des 1ers tests Elisa détectant les anticorps dirigés contre le VIH

18 juillet 1986 : un 2ème type de VIH est découvert

19 mars 1987 : le 1er médicament antirétroviral contre le VIH, l’AZT (zinovudine) est autorisé aux USA

1994 : confirmation que l’AZT réduit la transmission du VIH de la mère à l’enfant

1995-1996 : les deux principaux corécepteurs utilisés par le VIH pour infecter les cellules sont identifiés

1996 : démonstration de l’efficacité des trithérapies (combinaison de 3 antirétroviraux) contre le VIH

2005 : un essai clinique en Afrique coorganisé par l’ANRS montre un effet protecteur de la circoncision

2005 : 1ère description des rares patients elite controllers dont le système immunitaire contrôle naturellement le VIH sans traitement

2010-2011 : accumulation de données sur la prévention par les antirétroviraux du risque d’infection

2012 : le patient de Berlin infecté par le VIH et atteint de leucémie est soigné par greffe de moelle (issue d’un elite controller), reçoit des cellules immunitaires résistance, il est déclaré guéri

2012 : une nouvelle stratégie pour éliminer complètement le réservoir viral de l’organisme est mis en place

 


 

2010-2014 : à Marseille, l’association les 3G participe aux marches de la Pride (ce qui rompt avec les périodes d’abstention liée à l’organisation de ces marches non préparées avec les associations gay et lesbiennes) ; elle organise toujours de nombreux débats et de nombreuses animations dans ses locaux

2010-2011 : en Provence-Alpes Côte d’Azur, avec ses 3 délégations Avignon, Nice et Marseille SOS homophobie rassemble 24 membres actifs ;  ainsi 419 élèves ont été sensibilisés dans le cadre d’IMS (Interventions en milieu scolaire)  dans 22 classes dans l’année scolaire 2010-2011

2010-2011 : en Provence-Alpes Côte d’Azur, l’association L’Autre Cercle PACA participe à diverses manifestations LGBT : journée de lutte contre l’homophobie (stand en Avignon), Gay Circus à Avignon, Marche des fiertés à Marseille ; ainsi qu’à la création de la coordination régionale LGBT PACA avec l’objectif est de fédérer les acteurs de la vie associative LGBT et de coordonner nos efforts pour une Région plus “LGBT-friendly” ! ; avec l’action Clé USB, elle déploie en région PACA d’un projet d’outil d’information sur les discriminations, initié et développé en région Rhône-Alpes

Début 2010 : publication du rapport de la Haute Autorité de la Santé sur la prise en charge du transsexualisme qui débouche sur : la mise en place d’une commission chargée d’élaborer un cahier des charges à destination des centres de références pour personnes transsexuelles, l’organisation d’une assemblée générale d’associations trans afin d’élire leurs représentant(e)s dans une commission de travail ministérielle, et la création d’une association réunissant l’ensemble des équipes médicales « officielles » (la SOFECT, société française d’étude et de prise en charge du transsexualisme) ; le rapport de la Haute Autorité de la Santé donne une indication sur les opérations réalisées concernant des transsexuel(le)s : à Paris en 10 ans 63 vaginoplasties « mtf » ont été réalisées dont 59% avec transfusions sanguines et 29% avec des complications, à Lyon 59 cas de phalloplasties « ftm » avec 50% de complications, 9% de sensations érogènes et 16% de mictions correctes

2010 : création de l’Observatoire des Transidentités (ODT) par Karine Espineira et Maud-Yeuse Thomas – qui sont actives à Marseille depuis de nombreuses années – avec mise en en place du site internet ; elles créeront en 2013 les Cahiers de la transidentité

2010 : à Lyon, Bruno Hérail, ancien du GLH (1976-1980), remet au Cedrats (centre de documentation et de recherche sur les alternatives sociales) ses archives militantes, LGBT et non LGBT

2010 : sur la place Saint-Michel, 3 jeunes lesbiennes sont agressées physiquement par des groupes d’extrême droite lors de l’opération de kiss-in organisé sur le parvis de Notre-Dame ; 2 jeunes femmes sont agressées physiquement et verbalement à la sortie du métro de Montreuil

2010 : sortie du film Sorcières, mes soeurs de Camille Ducellier, femmes en marge de la société, des mileux lesbiens et queer, incarnant un autre type de sexualité, en lutte contre l’hétéronotmativité et le patriarcat

2010 : deux procès concernant des actes de harcèlement et d’agression à l’égard de lesbiennes à Segré et Epinay sous Sénart, donnent consistance à la notion de lesbophobie auprès des média déjà mise en avant par la Coordination lesbienne en France créée en 1997 ; c’est l’occasion pour la CLF de définir ce concept : « La lesbophobie – aversion ou mépris à l’égard des lesbiennes – se manifeste par des comportements de rejet, de discrimination et de violence où se conjuguent homophobie et sexisme. Ainsi, la lesbophobie se traduit par l’effacement des relations amoureuses entre les femmes. Cette forme de sexisme qui nie la sexualité féminine conduit à l’invisibilité des lesbiennes. Quand elle est perçue, la sexualité entre femmes est souvent considérée comme secondaire, accessoire, futile car privée de la référence considérée comme incontournable au phallus. Elle est utilisée de manière réductrice et caricaturale dans la pornographie comme objet de fantasme et de voyeurisme à destination des hommes. La lesbophobie se traduit par la peur, la haine et la condamnation du lesbianisme et des lesbiennes parce qu’elles transgressent les rôles et brisent la structure des rapports d’appropriation et d’oppression des hommes sur les femmes »

2010 : à Lille, Patrick Cardon , directeur de la maison d’édition GKC (Gai-kitsch-Camp), lance l’idée d’un Centre national de recherches, d’études et de documentation sur les homosexualités, la prévention du VIH et des MST (CREDH), en un document de 15 pages il décline le projet : centre de prévention, vocation géographique européenne, nationale et locale, état des lieux des centres documentaires, centre de recherches et d’études, centre de formation du public, centre de documentation avec archives, édition et médiathèque, kiosque info-sida, festival question de genre, accueil du public, configuration des locaux, emploi permanents et stagiaires

2010 : à Marseille, création de l’association G’Stud, regroupant de jeunes lesbiennes, gays, bi et trans ; elle organisera la mobilisation des journées IDAHO du 17 mai en invitant de nombreuses associations pour des stands sur la place Charles de Gaulle et en organisant des débat et activités ludiques ; elle  écrira au président de l’OM pour le sensibiliser et mobilise pour la journée nationale contre le sida (en 2011), mettra en place un groupe de parole (2012), organisera une soirée patinoire (2013) et divers autres rendez-vous festifs

2010 : à Marseille, l’antenne de HES (Homosexualité et socialisme) qui vient d’organiser en décembre 2009 un colloque sur l’homophobie à l’école, poursuite son activité en  menant des actions de sensibilisation à l’intérieur de la Fédération BdR du PS, en particulier à l’occasion des élections (cantonales, municipales et nationales) et tient  des stands lors des Journées mondiales de lutte contre l’homophobie et lors des Prides

2010 : à La Seyne sur Mer siège Rando’s Provence (Bouches du Rhône et Var), association de randonneurs ancienne qui  organise 4 randonnées ou plus par mois, le dimanche, ainsi que des rendez-vous festifs (comme le réveillon de la Saint-Sylvestre) ; l’association présidée par Bruno Savian diffuse son programme chaque trimestre à ses adhérents

2010 : en Languedoc Roussillon, l’association le Refuge reçoit l’agrément pour intervenir dans les lycées

2010 : parution du livre de Julie Maroh (25 ans) Le bleu est une couleur chaude racontant une histoire d’amour lesbien vendu à 50 000 exemplaires, son éditeur parle de « puissance, naïveté, innocence et questionnements d’une jeune adulte en construction », son livre inspirera La Vie d’Adèle d’Abdelatif Kechiche, Palme d’Or à Venise en 2013 ; interrogée lors de la parution du film,  elle dira : « Je vous mets au défi de trouver un pédé ou une gouine qui ne se soit jamais fait insulter. J’attire souvent les embrouilles, ma bombe à poivre est à portée de main. Longtemps j’ai cru que la diplomatie pouvait tout sauver, maintenant je réponds avant d’être agressée »

2010 : parution de deux inédits de Jean Genet (1910-1986) Lettres à Ibis s’adressant à celle qu’il a aimé dans les années 1930 lorsqu’il avait 22 ou 25 ans comme elle (Andrée Plainemaison, dite Pragane) et La Sentence qui s’intéresse au lien qui lie le criminel et le magistrat qui “vomit la justice”, suivi d’un texte poétique J’étais ou je n’étais pas ; la même année trois livres sur Jean Genet paraissent Jean Genet,matricule 192.103, chronique des années 1910-1944 d’Albert Dichy et Pascal Fouché (460p) ainsi que Jean Genet, menteur sublime et Beckett et Genet, un thé à Tanger de Tahar Ben Jelloun (210 et 112p)

2010 : Etienne Daho, né en 1956 à Oran, enregistre Le Condamné à mort de Jean Genet, avec Jeanne Moreau ; il déclarera à Têtu en 2013 que Genet l’a totalement libéré : « Il y a des gens que ça a dérangé de m’entendre dire bite et couilles. Moi, je trouve ça très relaxant de dire ça… Le Condamné aurait pu s’adresser uniquement à un public homo ou intellectuel. Je suis fier d’avoir fait découvrir ce texte à d’autres gens. Au-delà de la spécificité sexuelle, le public a été touché par l’amour fou. » Il parlera aussi de sa fascination pour la relation de Francis Bacon avec son amant, Georges Dyer. « Dyer était un petit malfrat de l’Est End ? Un jour, il est passé par la verrière de l’atelier de Bacon qui lui a dit :’Qu’est-ce que vous faites-là ? Bon, déshabillez-vous et retrouvez-moi dans mon lit, vous aurez tout ce que vous voulez !’. Et ils ont entamé une histoire. Dyer est devenu la muse de Bacon mais il voulait juste être aimé. Il s’est suicidé dans un hôtel, rue des Saints-Pères à Paris. La relation muse/artiste m’a toujours fasciné. Leur histoire m’a inspiré deux chansons, 11 000 vierges et Bleu Gitane »

2010 : parution du livre Homme et femmes… l’altérité fondatrice du philosophe François de Muizon (futur adepte de la Manif pour Tous) selon lequel : «  Le recul du sens de l’identité sexuée (être homme ou femme) est indéniablement lié à une valorisation outrancière de l’orientation du désir sexuel (désir hétérosexuel ou désir homosexuel). L’identité de la personne est alors confondue avec le désir et notamment le désir sexuel dans sa dimension pulsionnelle, subjective aléatoire. Cette différence d’orientation du désir sexuel mise en avant a pour effet de masquer et de dévaloriser la seule véritable différence qui concerne l’identité sexuée, être homme ou être femme. L’identité sexuée fondamentale ne saurait se réduire à la simple et fluctuante orientation d’un désir. Les adjectifs « homosexuel » et « hétérosexuel » ne sont pas des substantifs. Ils ne concernent pas l’identité de la personne. Seul le fait d’être un homme ou une femme concerne l’identité de la personne. Dans les débats actuels, derrière les bons sentiments et l’argument politiquement très correct de la lutte contre les discriminations, il faut lire en réalité le symptôme d’une dangereuse indifférence à la différence ». Et « le concept étrange d’homoparentalité a été inventé pour faire exister dans le langage ce qui n’existe pas dans la réalité. Il laisse supposer qu’une filiation est possible et humainement structurante en dehors de la différence des sexes. »… « Dans la rencontre et l’heureuse relation entre les sexes, le génie féminin et le génie masculin apparaissent et se révèlent en quelque sorte l’un face à l’autre, l’un par la grâce de l’autre »… « Nous n’avons pas le choix » ; il cite le prêtre psychanalyste Tony Anatrella qui dans La Différence interdite en 1998 dit qu’il semble que la différence des sexes n’aille plus de soi aujourd’hui et que la société serait devenue « hétérophobe » ainsi que le sociologue Michel Fize qui parle des Pièges de la mixité scolaire en 2003 ; il poursuit : « L’homosexualité se présenterait désormais comme une orientation possible équivalente et symétrique de l’hétérosexualité, comme il y a des droitiers et des gauchers. La moindre amorce de réflexion critique de ce phénomène est taxée d’homophobie et désormais condamnée par la loi du 7 décembre 2004. Le terme d’homophobie est une invention langagière récente. Le mot est discutable. En effet une phobie est une maladie psychiatrique » … « Seule l’union d’un homme et d’une femme peut légitimement constituer un couple » ; il cite le philosophe Jean Lacroix qui, dans Forces et faiblesses de la famille en 1948, écrit : « C’est par le mariage que l’homme devient pleinement homme et la femme pleinement femme » mais regrette cette formule trop abrupte à l’égard du célibataire

2010 : sortie du film Too Much Pussy d’Emilie Jouvet, post-queer lesbienne et féministe pro-sexe, l’auteure se réapproprie sexualité et pornographie

2010 : création du Laboratoire de l’égalité hommes-femmes

2010 : sur 830 000 naissances, 22 401 bébés sont issus de la PMA, soit un enfant sur 40

2010 : l’APGL (association des parents et futurs parents gays et lesbiens) regroupe 2 000 adhérents

2010 : un décret autorise le dépistage rapide du VIH/sida par des non soignants, les associations comme Aides proposent des dépistages rapides

2010 : Marine Le Pen déclare à Lyon : « J’entends de plus en plus de témoignages sur le fait que dans certains quartiers, il ne fait pas bon être femme, ni homosexuel, ni juif, ni même français ou blanc »

2010 : à Carpentras, Stéphanie de Monaco ouvre la Maison de vie destinée aux malades du sida ; elle dirige Fight Aids Monaco depuis 2004, elle est ambassadrice itinérante d’ONUSIDA depuis 2006

2010 : en Turquie, la ministre de la Famille et de la Femme, Aliye Selma Kavaf, membre du parti islamo-conservateur du Premier ministre Erdogan, déclare que l’homosexualité est une maladie qui doit être « soignée », suscitant un tollé chez les militants LGBT

2010 : en Grande-Bretagne, il est désormais possible de devenir parents, par PMA ou par GPA, pour les couples de même sexe, à condition que l’un des parents soit le parent biologique de l’enfant et que l’autre ait déposé une demande de garde parentale

2010 : en Grande Bretagne, l’étude de Michael Lamb sur l’homoparentalité met en évidence que quel que soit le type de famille, l’adaptation de l’enfant est dominée par les mêmes types de facteurs : la qualité des relations entre les parents et les ressources qu’ils apportent à l’enfant ; l’enfant à besoin de deux parents, de transparence, de vérité et de cohérence, il a aussi besoin de l’acceptation par le reste de la famille de l’homoparentalité des parents

2010 : aux Pays-Bas, Gert Hekma, professeur en sciences sociales à l’Université d’Amsterdam depuis 1983 où il dirige un centre de recherches sur le genre et les sexualités, publie un article sur Politique et homosexualité aux Pays-Bas (dans le Bulletin d’histoire politique) dans lequel il remet en perspective l’histoire des mouvements homosexuels dans son pays

2010 : en Suède, la loi sur le mariage gay est adoptée par le Parlement, le partenariat pour les couples de même sexe existe depuis 1995 ; l’Eglise luthérienne accorde aux couples de même sexe le droit de se marier religieusement ; Maria Isberg, pasteur, épouse Linda, elle aussi pasteur, elles auront 3 enfants, mais lorsque les enfants naitront, Maria ne sera pas reconnue comme mère car Linda sera inséminée au Danemark (où l’attente pour les adoption est moins longue), elle ne pourra que les adopter

2010 : au Canada, ouverture de l’exposition Fugues se souvient, 30 ans d’homosexualité au Québec, présentée par l’Ecomusée du Fier Monde, organisme communautaire créé en 1980 qui se veut “musée de l’histoire et musée du citoyen”, Fugues est un magazine gay qui peut être considéré comme un témoin de l’évolution de la communauté LGBT montréalaise et comme l’un des relais de ses revendications

2010 : aux USA : le 1er film aborder de front l’homoparentalité est The kids are all right, avec Annette Bening et Julianne Moore

2010 : aux USA, parution du livre de Patti Smith Just Kids, dans lequel elle raconte ses souvenirs de jeunesse new-yorkaise et du duo qu’elle forma avec le photographe Robert Mapplethorpe ; elle fréquentait Janis Joplin, William Burroughs, elle lisait avec passion Wittgenstein, Mishima et Genet

2010 : au Japon, les jeunes japonaises, souvent mineures autour de 16 ans, sont très attirées par les mangas qui mettent en scène des relations gays, aux imites du SM, avec dominé (uké) et dominant (sémé), elles les auto-éditent dans des fanzines ; en 2013 plus de 100 000 cercles de yaoi (lieux de production de ces Boys’Love) publieront plusieurs dizaines de milliers de fanzines par an ; souvent ces filles sont « si timides que parler avec de vrais garçons est au-dessus de leurs forces » dit un professeur d’université japonais ; ces mangas rencontrent du succès en Corée, à Taïwan, en Chine et en Thaïlande

2010 : au Vatican, un scandale de prostitution gay éclate dans lequel est impliqué un choriste de la basilique Saint-Pierre soupçonné d’avoir fourni des partenaires sexuels masculins à Angelo Balducci, laïc, membre de la confrérie pontificale des Gentilshommes de Sa Sainteté

2010 : en Europe, en 20 ans les naissances hors mariage ont cru de façon considérable, aux Pays-Bas (un peu plus de 10% en 1990 – 45% en 2010), en France (30% en 1990- 60% en 2010), en Bulgarie (un peu plus de 10% en 1990 – 60% en 2010), en Suède elles sont passées de 45% à 60%, au Danemark de 45% à 50%, en Lettonie de 15% à 45%, en Irlande et en Allemagne de 15% à 33%, en Italie de 13% à 23%

2010 : en Iran, le code civil ne donne qu’aux maris le droit d’initier un divorce ; en 2009, à Téhéran il y a 27 divorces pour 100 mariage, à Iliam dans le sud-ouest 27 divorces pour 200 mariages ; les femmes sont soumises à de telles pressions qu’elles n’ont que trois issues, le suicide, le meurtre du mari ou l’adultère ; le taux de suicide chez les femmes de moins de 30 ans est alarmant (dans 2 province du sud-ouest par exemple) ; une étude de l’université de Téhéran a établi qu’en 2002, 58%   des meurtres commis par des femmes concernaient des femmes qui n’avaient pu obtenir le divorce car leur mari ou la famille s’y opposent ; en cas d’adultère, si l’un des protagonistes est marié au moment de “l’offense”, ils risquent la lapidation, mais les hommes sont en général condamnés à des punitions moins lourdes

2010 : en Australie, on découvrira (en 2017) que 7% des prêtres ont été impliqués dans des actes de pédophilie au cours de la période 1950-2010 et 15% dans certains diocèses

Janvier 2010 : création par Ludovic-Mohamed Zahed, de HM2F association des Homosexuels musulmans de France

13 janvier 2010 : tribunal de Créteil, une femme obtient le droit de partager avec sa compagne l’autorité parentale

10 février 2010 : par publication au JO (Journal officiel), Roselyne Bachelot, ministre de la santé, reclasse la transidentité, celle-ci ne figure plus dans la rubrique des « maladies mentales » du classement en maladie psychiatrique mais dans la rubrique « divers » (passage d’ALD -affection longue durée – psychiatrique à ALD hors liste), ce qui a des répercussions sur les modalités de remboursement de la sécurité sociale, ce n’est pas la dé-psychiatrisation (les opérations de réassignation sexuelle restent conditionnées à un parcours médical très psychiatrisé), mais la possibilité d’un remboursement plus aisé (on en revient à la situation de 2004) ; les manuels de classification psychiatrique de référence tels que les DSM (devenu le IV ter) ou la CIM continuent de répertorier la transidentité dans la partie « Troubles sexuels et Troubles de l’identité sexuelle » ; depuis 1997 des associations trans et leurs alliés organisaient la marche de l’Existrans pour obtenir cette déclassification ; avant 1992 et le rappel à l’ordre de la Cour européenne des droits de l’homme il reste impossible de changer de genre sur ses papiers d’identité, le changement d’état civil sera régit par une jurisprudence de la Cour de cassation jusqu’en octobre 2016, il faudra alors passer devant un juge

Mars 2010 : aux USA, parution du livre City Boy d’Edmund White, il est l’auteur de plusieurs livres (dont Oublier Elena 1973, Nocturne pour le roi de Naples 1978, Biographie de Jean Genet 1993, Le jeune américain 1984, La tendresse sur la peau 1988, Ecorché vif 1997, La bibliothèque qui brûle 1997, La symphonie des adieux 1998, L’homme marié 2000, Mes vies 2006)

Mars 2010 : au Vatican, publication par Benoît XVI d’une lettre aux catholiques irlandais exprime « ouvertement la honte et le remords que nous éprouvons tous », reconnaissant « la gravité des fautes » et « les réponses inédéquates » des évêques ; en mai, il ajoutera « La plus grande persécution contre l’Eglise ne vient pas de ses ennemis de l’extérieur, mais naît des péchés de l’Eglise » et demande « pardon Dieu et aux personnes impliquées » ; les règles canoniques seront actualisées pour accélérer les procédures et les éventuelles sanctions

Mars 2010 : mort de l’artiste peintre Hélène Azénor (1910-2010), elle vivait chez son amie Myriana depuis 1961, ne pouvant plus rester seule dans son atelier de la rue Campagne-Première, elle a raconté sa vie dans Histoire d’une vie et dans Vivre Tout Haut ; à 17 ans elle a fait la fête avec son amie Flavie chez Suzy Solidor, en 1927 ; à 30 ans, en 1940 elle a quitté le parti communiste au nom de sa conception de la justice sociale, contre l’injustice et les profiteurs, elle connait l’amour physique avec Charlotte, elle rencontre Djalla (Germaine) pied-noire amoureuse de la Grèce, puis la poétesse surréaliste Val sa folle passion

31 mars 2010 : le Conseil des ministres des Etats membres du Conseil de l’Europe adopte une recommandation sur les mesures visant à combattre la discrimination fondée sur l’orientation sexuelle ou l’identité de genre : d’examiner les mesures législatives afin de contrôler et réparer les discriminations, de veiller à ce que les mesures législatives combattent toute discrimination, de veiller à ce que les victimes aient connaissance des recours juridiques possibles, de s’inspier dans leur législation des mesures enoncées en annexe, et enfin de veiller à la diffusion de cette recommandation ; l’annexe à la recommandation cite : droit à la vie, à la sécurité et à la protection contre la violence (face aux « crimes de haine » et aux « discours de haine »), liberté d’association, liberté d’expression et de réunion pacifique, droit au respect de la vie privée et familiale, accès à l’emploi, à l’éducation, au logement, aux sports, droit de demander l’asile, structures nationales des droits de l’homme

Avril 2010 : au Pakistan, les hijras (personnes transsexuelles) Sarah Gill, Roopa et Rani reçoivent au siège de l’association antisida, Gender Interactive Alliance, dans la banlieue de Karachi ; en juillet 2009 la Cour suprême, dont le président est Iftikar Chaudhry, a jugé que les hijras doivent être reconnu-e-s comme des citoyen-ne-s à part entière, ils et elles sont évalué-e-s officieusement à 300 000, le code social moderne a laminé leurs traditions (de gens de harem, chanteurs, danseurs et comédiens animant les cours) et ils et elles sont la proie de la violence, des viols et des brutalités policières, de ce fait ils et elles se réfugient dans des groupes de types sectaires, hiérachisé-e-s en fonction de leurs mutations anatomiques ; Sarah Gill redoute les effets pervers de l’enregistrement officiel qui risque de les désigner comme des cibles, en particulier pour certains islamistes extrémistes

Avril 2010 : l’enseignement catholique a promulgué le « guide » relatif à l’éducation sexuelle dans les établissements scolaires intitulé « L’éducation affective, relationnelle et sexuelle dans les établissements catholiques d’enseignement », celui-ci se superpose à la circulaire ministérielle de 2003 qui a rendu obligatoire, dans le public et le privé sous contrat, 3 séances d’éducation à la sexualité par an ; au nom de la « vision chrétienne de l’anthropologie », l’enseignement catholique sous contrat fait sécession tournant le dos à son obligation de dispenser les mêmes enseignements que le public 

Avril 2010 : parution des livres Mémoires à contre-vent de Peter Adam et City Boy d’Edmund White, Peter Adam né en 1929 à Berlin, issue d’une riche famille juive, dont le père est mort lorsqu’il avait 11 ans, renvoyé de son école à 14 ans du fait de ses origines juives, d’abord survivant dans un village autrichien puis documentariste à la BBC puis français d’adoption s’est découvert homosexuel en 1947, il rencontre beaucoup de célébrités (Colette et Cocteau, Marie-Louise Bousquet et Marie-Laure de Noailles, Françoise Sagan à Saint-Tropez entre 1955 et 1964, Franco Zeffirelli, la Callas, John Gielgud, Georgio de Chirico, la veuve de Stravinsky, Andy Warhol, David Hockney, Lotte Lenya, Isabella Rosselini, Hans Werner Henze, Jeanne Moreau, Simone Signoret ou encore Luchino Visconti) ainsi que le salon proustien des Margerie, rue Saint Guillaume, animé par Diane de Margerie ; Peter Adam  il dédie son livre à Facundo Bo, son compagnon depuis 40 ans  ; Edmund White gay encore inassumé dans les années 1970 découvrait le New York bohème homosexuel, ville pourtant sale et détestée, évoquant les sexy seventies – des premières pilules contraceptives à l’apparition du sida – il compare l’épidémie du sida au crash de 1929 ; ils parlent l’un et l’autre des écrivains et des artistes  qui les touchent – ou les agacent – Susan Sontag, Robert Mapplethorpe, Nabokov, Bruce Chatwin, Christopher Isherwood, Peggy Guggenheim, Lillian Hellman, Borges

1er avril 2010 : le Conseil de l’Europe adopte la recommandation appelant les 47 Etats membres à lutter fermement contre les discriminations envers les minorités sexuelles et de genre

8 avril 2010 : mort de Christiane Marty-Double, 69 ans, figure historique de la lutte contre le sida, médecin et professeur de médecine, membre du conseil d’administration de Aides, ex-vice présidente, elle a participé à la création d’Aides et de Sida Info Service ; elle se souvenait que lors de la création d’Aides, il y avait un fossé entre d’un côté les malades et leurs proches, ignorant tout cde cette maladie et de l’autre “le corps médical qui s’était beaucoup fermé” ; elle avait créé le comité Aides du Gard en en 1985 ; engagée de la première heure elle a été de tous les combats pour la légalisation et la mise en place des premiuers programmes d’échange des seringues, pour la création de la Maison du Soleil pour l’accueil des enfants séropositis-ves, elle était au comité de rédaction de Remaides pour la formation des militant-es ; désignée comme membre du CNS (Conseil national du sida), elle a toujours fait valoir les combats de Aides, à l’occasion de son décès le CNS a rendu hommage à “son implication constante et à sa détermination à défendre les droits des personnes, notamment les plus vulnérables”

8 avril 2010 : mort de Georges Kanuna, 38 ans, militant historique de la lutte contre le sida au Burundi, notament au sein de l’ANSS (association nationale de soutien aux séropositifs-ves et malades du sida), partenaire de Aides, et membre co-fondateur de la Coalition PLUS, il a contribué à créer Africagay contre le sida ; défenseur acharné du respect “des droits des homosexuels qui souff meurent, se suicident parcequ’ils ont une orientation sexuelle naturellement différente” et infatigable militant de la lutte contre le VIH/sida dans son pays, il a initié en 2009 le programme à destination des hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (HSH) au sein de l’ANSS, avec le soutien de Aides et du Sidaction, ce qui était un tour de force dans ce pays plutôt homophobe, ainsi 3 mois après la mise en place du programme le gouvernement promulguait une loi pénalisant l’homosexualité, perturbant les activités de l’ANSS ; il a fondé le Rainbow Candle Light réunissant “des personnes qui voulaient militer en étant ouvertement gay” en Afrique

21 avril 2010 : mort de Jean le Bitoux (1948-2010), à 61 ans, le cancer ajouté au SIDA l’a anéanti, il sera incinéré au cimetière du Père Lachaise, une cérémonie du souvenir aura lieu 1 mois plus tard en mémoire de Jean ; Simone de Beauvoir lui avait conseillé au début des années 1970 : “Si le mouvement révolutionnaire a du mal à vous accepter, vous n’avez qu’à être plus révolutionnaire que les révolutionnaires” ; il a créé le FHAR à Nice en 1971, s’est engagé en politique lors des législatives de 1978 aux côtés de Guy Hocquenghem, fondé le journal Gai Pied en 1979 avec Gérard Vappereau et Jacky Fougeray, il a cherché l’appui des grands intellectuels, le journal est devenu un phare des média gay, en désaccord avec la ligne éditoriale eryt l’a quitté en 1983, puis s’est engagé activement pour les questions LGBT (pour la reconnaissance de la Déportation homosexuelle, aux côtés de Pierre Seel, pour une Maison des homosexualités ou encore pour la création d’un centre d’archives LGBT avec l’association Mémoire des homosexualités) et pour la lutte contre le sida, à l’heure où il vivait lui-même avec le sida, créant à Aides en 1985 le groupe de prévention Pin’Aides, puis devenant rédacteur du Journal du sida à Arcat-Sida ; il a écrit Moi Pierre Seel, déporté homosexuel (1994), Les Oubliés de la mémoire (2002), co-écrit Citoyen de seconde zone (2003) et Entretiens sur la question gay (2005) ; René de Ceccaty écrira « Jean, comme quelques autres figures de militants charismatiques, avait la capacité de reconnaître, d’accepter, d’entraîner ceux qui le comprendraient, l’aideraient, lui apporterait soutiens et idées… Jean aura été déterminant sur le chemin d’une conquête e justice et de liberté… Jean parlait, avec humour, de son enfance, de son adolescence, où il avait été à la fois bloqué et libéré… La maladie l’attendait comme beaucoup de ses contemporains. Mais dans la maladie même, il avait réinventé un combat. Comme Gilles Barbedette, comme Alain-Emmanuel Dreuilhe, comme Conrad Detrez, comme Hervé Guibert, comme Cyrille Collard, comme Pascal de Duve, comme Hélie Lassaigne, comme Guy Hocquenghem, comme Christophe Bourdin, comme Jean-Baptiste Niel. Et bien sûr, comme Michel Foucault. Ceux qui, même s’ils n’avaient certes pas une âme de soldat, savaient se battre. Non contre des frères, mais contre le mal et contre le silence. Avec un courage qu’il faut bien désormais qualifier de romantique » ; Daniel Defert écrira « La discrétion têtue et l’élégance intellectuelle de Jean le Bitoux lui ont permis d’être incroyablement fédérateur de mouvements, d’événements, de personnalités et de générations. Pendant quarante ans, il a été là, où s’est nouée notre histoire : la rencontre publique de l’homosexualité et de la politique, de l’homosexualité et des médias, de l’homosexualité hélas et du SIDA, et enfin la constitution d’une mémoire de l’homosexualité militante… Au fond, Jean était au fait de tous les enjeux juridiques, sociaux, médicaux qui avec le SIDA s’étaient greffés sur les enjeux affectifs, sexuels, identitaires qui avaient grossi les rangs de la lutte et notamment les rangs de la Gay Pride dont il fut pendant plusieurs années le fédérateur et le président. Il fut à l’origine de ces moments de mémoire des morts du SIDA qui clôturait les Gay Pride » ; l’un de ses amis les plus proches, Voto Leclerc, rappellera les noms de ses amis qu’il est allé rejoindre « ses 2 meilleurs amis, Philippe Béraud et Pierre de Ségovia, et les autres Pierre Mardon, Marco Lemaire, Alain Druel, Romuald Joly, Gérard Vappereau, Alain Prique, Michel Foucault, Gilbert Saurez, Michel Politis, Antoine Pingaud, Alain Leroy, Copi, Guy Hocquenghem, Gilles Barbedette, Cécilio, Philippe Salvé, et tant d’autres »

24 avril 2010 : l’assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe dans sa Résolution 1728 (2010) alerte les 47 Etats membres sur les discriminations fondées sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre et les exhorte à adopter une politique d’éradication de l’homophobie et de la transphobie, avec le changement d’état-civil sans condition préalable de stérilisation, de chirurgie ou d’hormonothérapie ; il recommande aussi le droit au séjour des personnes LGBT persécutées ; dans son article 1 la Résolution indique : « L’identité de genre désigne l’expérience intime et personnelle de son genre telle que vécue par chacun. Une personne transgenre est quelqu’un dont l’identité de genre ne correspond pas au genre qui lui est assigné à sa naissance »

25 avril 2010 : journée du Souvenir de la déportation Marseille, pour la 1ère fois depuis 1995, les homosexuels représentés par le Mémorial de la déportation homosexuelle (MDH), déposent une gerbe dans le cadre de la cérémonie officielle grâce à l’intervention de la Halde ; Mme Gabrielle Génovésio, présidente de l’association des déportés, internés et résistants des BdR, est furieuse « Je ne suis pas homophobe mais notre association comprend des déportés, internés et résistants vivants, alors que les homosexuels ne sont représentés que par leurs amis. Et par nature, ces personnes ne se reproduisent pas. Ils n’ont pas de famille. », elle ajoute qu’elle ne participera pas à la cérémonie l’année prochaine : « Ce monsieur (Christian de Leusse, délégué du MDH) m’indispose. Je suis la plus gênée alors je pars. »

26 avril 2010 : au Chili, quatre victimes du “saint” père Fernando Karadima témoignent à la télévision (James Hamilton, Juan Carlos Cruz, José Andrès Murillo et Fernando Batlle), ces témoignages créent une déflagration dans une société très catholique et totalement incrédule ; Karadima a fondé dans les années 1940 un centre de formation pour les prêtres tournés vers une spiritualité contemplative ; sa paroisse est célèbre et très attirante pour de nombreux jeunes gens des milieux aisés, favorables à la dictature du général  Pinochet (à partir de 1973), à contre-courant d’une église qui dans son ensemble a plutôt résisté  au régime militaire ; les jeunes gens étaient à sa dévotion et l’aura du père Karadima suscitait de nombreuses vocations, le rendant invulnérable ; les 4 victimes sont révoltés contre ce prêtre qui a abusé d’eux psychologiquement et physiquement ; le fait qu’une cinquantaine de prêtres, et parmi eux de futurs évêques, aient été formés par le père Karadima, le protègera longtemps, malgré de nombreux autres cas révélés peu à peu ; l’affaire prendra une ampleur considérable jusqu’à ce que le pape François considérant avoir été mal informé et trompé obtienne la renonciation de 34 évêques chiliens à Rome le 18 mai 2018

Mai 2010 : à l’ONU, 68 Etats ont signé la déclaration sur les droits de l’homme et l’orientation sexuelle et l’identité de genre adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies en décembre 2008 (mais 80 Etats punissent encore l’homosexualité)

Mai 2010 : à Cannes, création de la Queer Palm qui récompense les films LGBT par le journaliste Franck Finance-Madureira

Mai 2010 : une directive du Garde des Sceaux demande aux procureurs de vérifier (par eux-mêmes) le côté irréversible de la démarche de transsexualisation et de ne pas solliciter d’expertise médicale dès lors qu’il y a suffisamment de certificats émanant de praticiens spécialistes stipulant l’état irréversible de la démarche de la personne

Mai 2010 : au Portugal, la loi modifie la référence au sexe différent dans la loi, rendant ainsi le mariage accessible aux couples de même sexe, sans adoption, ni PMA, c’est le 6ème pays en Europe, les manifestations d’opposants ont été limitées, une grande majorité de Portugais y était favorable ; à l’inverse, 3 ans auparavant la loi sur l’avortement a été violemment contestée

Mai 2010 : en République centrafricaine, un réseau détourne depuis des mois les crédits et les médicaments destinés à 13 500 malades, un système de captation des médicaments dès leur livraison à l’aéroport et dans les lieux de stockage est mis à jour tandis que les officines privées se multiplient pour revendre les antirétroviraux, les appêtits sont aiguisés dands un contexte où le budget annuel consacré à ce pays par le Fonds mondial de la lutte contre le sida, la paludisme et la tuberculose s’élève à 22,9 millions de $, soit 10 fois le total du budget du ministère de la santé centrafricain (1,8 million $)

16 mai 2010 : à Marseille, mobilisation dans le cadre de la journée mondiale contre l’homophobie (IDAHO), commémorant le 17 mai 1993 (date où l’OMS a rayé l’homosexualité de la liste des maladies mentales), plusieurs associations ont appelé à un des animations place du Général de Gaulle, avec lâcher de ballons multicolores, kiss-in (“le 3ème et le plus grand kiss-in de Marseille”), stands d’information et minute de silence en hommage aux victimes d’homophobie, Benjamin Sartini – qui dit qu’il n’est pas gay – s’exprime au nom de G’Stud en faveur de la tolérance, Rémi de Saint-Régis parle de mobilisation festive et revendicative au nom de Fiertés de provence, sont présent-es aussi  FAG (Fac Aix Gay), Le Refuge, Amnesty International, Fronts Runners, HES, Zolag, David et Jonathan, ainsi que les commerces Lulu et Berlu et System Gay ; Christophe Corbier de Fiertés de Provence indique avoir obtenu que le drapeau arc-en-ciel soit hissé dans une mairie de secteur mais pas en mairie centrale ; dans le même temps dans le Gard, la gendarmerie de Ledignan enregistre des plaintes, contre Facebook et contre deux regroupements homophobes, le Groupe contre l’homosexualité (182 membres revendiqués) et le groupe “Je recherche 100 000 tunisiens contre l’homosexualité” (570 membres revendiqués)

17 mai 2010 : au niveau mondial, alors que près de 80 pays condamnent toujours l’homosexualité, la 6ème édition de la Journée mondiale contre l’homophobie mobilise dans 60 pays

Juin 2010 : le livret de la Lesbian & Gay Pride de Lyon explique Qu’est-ce que c’est que l’intersexuation ? “Peu de personnes savent finalement ce que signifie l’intersexuation. un mythe pour certains, un délire pour d’autres, des monstruosités pour d’autres encore. Voici quelques informations pour vous aider à mieux comprendre qui sont les intersexes… bien que le loi interdise formellement toute mutilation génitale, les enfants sont quasi-systématiquement opérés et stérilisés… il existe une immense gamme d’expression du sexe qui peut se traduire de diverses manières… Les associations demandent d’attendre que l’enfant soit en âge de choisir s’il souhaite ou non être opéré, une simplification des démarches de changement d’état-civil, et une déclassification de l’intersexuation parmi les maladies.”; les associations Orfeo à Paris et Chrysalide à Lyon sont citées en référence

7 juin 2010 : au Portugal, célébration du 1er mariage homosexuel

11 juin 2010 : en Islande, les 49 membres du Parlement adoptent à l’unanimité l’extension du mariage aux homosexuels ; la chef du gouvernement, Johanna Sigurdardottir, est alors ouvertement lesbienne et vit avec sa compagne

11 juin 2010 : au Vatican, Benoit XVI clôture l’Année sacerdotale, devant 15 000 prêtres, il demande « avec insistance pardon, à Dieu et aux personnes impliquées »

12 juin 2010 : à Marseille les Front Runners, association sportive LGBT qui existe depuis décembre 2002 modifie ses statuts ; elle développe peu à peu ses activités dans de  nombreuses disiplines

16 juin 2010 : aux USA, la cour de justice fédérale de San Francisco est saisie de la plainte de deux couples – Kristin Perry et  Sandy Stier, Paul Katami et Jeff Zarrillo –  demandant à la justice fédérale de révoquer l’interdiction du mariage entre personnes de même sexe, inscrite en amendement à la Constitution californienne depuis novembre 2008, après que par référendum les électeurs aient approuvé la Proposition 8 reconnaissant uniquement “les unions entre un home et une femme” ; leurs avocats David Boies et Theodore Olson plaident à partir de la jurisprudence de la Cour Suprême, celle de 1954 qui a imposé à certains Etats  de mettre fin à la ségrégation scolaire et celle de 1967 qui a mis fin à l’interdiction des mariages entre couples interraciaux

19 juin 2010 : en Allemagne, lors de la Gay Pride de Berlin, Judith Butler refuse le prix du courage civique que les organisateurs s’apprêtent à lui remettre proclamant que la “lutte contre l’homophobie avait dégénéré en action homophobe et même raciste” stigmatisant “l’homo-nationalisme, la “lessiveuse d’un nouveau nationalisme qu’il viendrait blanchir”, elle conclut que les persécutions hétérophobes et christianophobes vont redoubler en France dès que la loi sur le mariage pour tous sera votée

28 juin 2010 : Espace lesbiennes of color organise son 1er appel pour un point fixe exclusivement lesbien sur le cortège de la Marche des fiertés de Paris au niveau de Maubert Mutualité devant l’abribus du 51 bd Saint-Germain, nombreuses lesbiennes pour une solidarité sans frontières contre le racisme, le sexisme, la lesbophobie et les fondamentalismes et pour un droit d’asile à toutes les lesbiennes qui s’enfuient, la CLF dans le cortège marque l’arrêt pour saluer ce rassemblement « féministes lesbiennes »

Eté 2010 : en Autriche, Conférence internationale sur le Sida à Vienne

8 juillet 2010 : à Marseille, HES (Homosexualité et socialisme) organise un débat sur “La GPA, une voie acceptable vers l’enfant ?” (Cité des associations) avec Gaëlle Lenfant (PS) opposée à la GPA, Danièle Lochak (LDH), Gilles Bon-Maury (président de HES) et Philippe Rollandin (APGL) ; et le 10 juillet 2010 le groupe HES de Marseille diffuse un “Manifeste des LGBT” co-écrit avec Front Runners, Amnesty, AIDES et APGL, à l’occasion de la Pride ; il mène des actions de sensibilisation à l’intérieur de la Fédération BdR du PS, en particulier à l’occasion des élections (cantonales, municipales et nationales) et tient un stand lors des journées de l’homophobie et des Prides

9 juillet 2010 : loi sur les violences faites aux femmes, violences au sein des couples et incidences sur les enfants

10 juillet 2010 : à Marseille, 17ème édition de la Lesbian & Gay Pride ; l’association Tous&Go – désignée par le milieu LGBT marseillais (associatif et  commercial) lors de la réunion inter-associative du 3 mai 2010 – organise la Lesbian & Gay Pride (suite à la suppression du droit de l’association Lesbian& Gay Pride d’utiliser la marque) animée par Christophe Lopez, Florence Chatelard, Didier Garcia, Erwan le Merrer, Didier Gaumet et Stéphane Bourdon ; la Marche démarre à partir du Parc du XXVIème centenaire sur le thème” Tous citoyens, tous égaux”, un Manifeste des LGBT est diffusé (rédigé par les Front Runners, Amnesty, AIDES, HES et APGL), avec forum des associations, dance floor en soirée aux Docks des Sud ; 30 associations et organisations la soutiennent, la mobilisation jusqu’à l’Hôtel de Ville est très importante ; Le Refuge dont la délégation Marseille-Paca est en création, participe à la Marche, il organise un accueil régulier le samedi après-midi, en association avec G’Stud, à la Maison des association ; Ronan Rozec président de SOS homophobie est présent, ainsi que des partis politiques (Front de gauche-PCF avec Jean-Marc Coppola  et Richard Sanchez, et Europe Ecologie-les Verts) ou des syndicats (comme la CFDT) ; Suzanne Ketchian et Gilles Dumoulin (futur acteurs de la 2ème Pride de 2012 et de l’Europride) ainsi que Stéphane Corbin (de l’Interpride) soutiennent activement cette Pride  ; de son côté, l’association Fiertés de Provence, animée par Sebastien Gony, dont les membres sont issus de la LGP disparue a organisé le 3 juillet, une Marche des Fiertés “libre et indépendante”, concurrente, avec l’appui de l’association G-Stud, du Vieux-Port à la place Castellane, qui a mobilisé quelque 500 personnes

13 juillet 2010 : 48% des Français se disent favorables à l’adoption d’enfants par les couples homosexuels (contre 40% en 2007, sondage Credoc)

15-18 juillet 2010 : à Marseille, à ESBAM (Beaux-Arts) de Luminy dans le cadre des UEEH environ 80 ateliers se déroulent, colloque “Des corps des identités… et après ?” (à la BMVR bibliothèque de l’Alcazar, avec Arnaud Alessandrin, Karine Espineira, Ludovic Gay, Catherine Rea, Maud Yeuse Thomas), sur les thèmes : accessibilité, mixité sociale, international, culture et santé

15 juillet 2010 : l’Argentine légalise le mariage entre conjoints de même sexe, le texte est adopté par 33 voix pour et 27 contre au Sénat après 15 heures de débats retransmis par la télévision, la mention mari et femmes est remplacée par « les contractants », les couples peuvent adopter et obtiennent les mêmes droits pour la sécurité sociale, les allocations et les jours de congés ; Mgr Bergoglio, futur pape, choisit de faire profil bas, une manifestation rassemble 40 000 personnes, il déconseille pourtant une veillée de prières publiques, mais dans une lettre au couvent de carmélites, il qualifie le projet de loi de « refus frontal de la loi de Dieu » et d’« action du diable », son relativisme éthique provoque la suspicion des milieux conservateurs de l’Eglise

15 juillet 2010 : au Vatican, Benoit XVI renforce drastiquement l’appareillage répressif dans le droit interne de l’Eglise à l’égard des comportements pédophiles des prêtres

18-23 juillet 2010 : en Autriche, 18ème conférence mondiale du sida à Vienne, avec plus de 20 000 chercheurs, médecins et des membres d’associations, sur le thème Des droits, ici et maintenant,  alors que la maladie fait encore 2 millions de morts par ans et progresse toujours en Europe orientale et Asie centrale, et que les crédits ne cessent de baisser ; en PACA 7 689 cas de sida ont été déclarés depuis le début de l’épidémie, dont 4 480 décédés, il y a 2 943 cas dans le 06 et 2 898 cas dans le 13, les 2 départements les plus touchés, en 2008 les cas de contamination sont à égalité 49% pour les relations hétérosexuelles et pour les relations homosexuelles, 3 209 personnes vivent avec le VIH ce qui représente 11% des cas de sida vivant en France ; dans le monde le virus a infecté 2,7 millions de personnes en 2008, soit par rapport à 2001 une baisse de 17%, 33,4 millions de personnes vivaient avec le virus en 2008 dont 2,1 millions d’enfants de moins ce 15 ans, depuis le début de la maladie 60 millions de personnes ont été infectées, 25 millions en sont mortes (soit 41,6%), l’Afrique sub-saharienne est la plus touchée avec 67% des personnes vivant avec le VIH dans le monde, 4,7 millions de personnes ont reçu un traitement en 2008 (soit 42% seulement des personnes qui en ont besoin)

29 juillet 2010 : mort de Michèle Causse (1936-2010), écrivaine, militante, avec Voyage de la grande naine en Androsie en 1993, Quelle lesbienne êtes-vous ? en 1996 et Contre le sexage en 2000 ; elle a traduit les oeuvres de Djuna Barnes L’Almanach des dames, de Jane Bowles Stèle et de Willa Cather Destins obscurs

31 août 2010 : le commissaire aux Droits Humains du Conseil de l’Europe dénonce dans un article les pratiques des Etats membres à l’encontre des personnes transgenres : les classifications médicales désignant les personnes transgenres comme atteintes de troubles mentaux et les conditions inacceptables mises à leurs changements d’état-civil, telles que le divorce et la stérilisation forcée (il cite des exemples en Allemagne et en Autriche, et signale de possibles changements de législation en Irlande, Portugal, Hongrie et Pays-Bas)

Septembre 2010 : le ministre de l’Education nationale, Luc Chatel, diffuse une circulaire selon laquelle tous les collèges et lycées reçoivent pour la 1ère fois un kit de communication pour la ligne d’écoute Ligne Azur (il y a triplement des appels sur la Ligne malgré le fait que seuls 40% des établissements aient affiché l’information)

Septembre 2010 : Mgr André-Joseph Léonard, évêque de Malines-Bruxelles, primat de Belgique, affirme sur le sida : « Je le verrais plutôt dans l’ordre d’une certaine justice immanente »

Septembre 2010 : parution du livre Le Jour du Roi de l’écrivain marocain Abdellah Taïa, il parle de l’amitié ambigüe, amoureuse, qui unit les camarades de collège, Omar-le-Pauvre et Khalid-le-riche, et qui s’achève dans le sang, guerres des classes, des castes et des corps

Septembre 2010 : aux USA, Calvin Klein, styliste, 67 ans, fait fureur avec son nouveau boyfriend de 20 ans, l’acteur porno Nick Gruber (rapporté par Têtu)

25 septembre 2010 : à l’initiative des ODLM, dévoilement d’une plaque reconnaissant la déportation pour motif d’homosexualité au camp de concentration de Natzweiler-Struthof

Octobre 2010 : parution de Homo exoticus. Race, Classe et critique queer de Maxime Cervulle et Nick Rees-Roberts, ils dénoncent le néolibéralisme normatif, l’ “homonormativité” qui s’exprime dans le mariage gay ou la dénonciation de l’homophobie dans les cités

Octobre 2010 : en Allemagne, au mémorial de l’ancien camp de concentration de Ravensbrück se tient le colloque Homophobie et déviance, la directrice Insa Eschebach explique à propos des persécutions subies par les lesbiennes, si souvent évincées des discours officiels : “L’oppression ne fonctionne pas uniquement par des interdictions explicites, mais aussi par la constitution de sujets légitimes et, partant de là, par la constitution de (non) sujets illégitimes… Ceux-ci ne sont ni nommés ni interdits dans l’économie de la loi. L’oppression fonctionne ici par la production d’un domaine de l’impensable et de l’informulable”

Octobre 2010 : en Grande Bretagne, mort dans le métro de Londres de David Burgess, 63 ans, brillant avocat des droits de l’homme, une femme de 34 ans est soupçonnée de meurtre ; en fait, il est né sous le nom de Sonia Burgess, membre du groupe d’entraide pour chrétiens transgenres, cofondateur d’un cabinet d’avocat vers 1975, spécialisé dans le droit d’asile, il a épousé une réfugiée tibétaine Youdon Lhamo en 1985 avec laquelle il a eu 2 enfants et adopté un 3ème ; il a pris la défense de 52 Tamouls en 1987, de sorte que la lois a été modifiée pour permettre aux demandeurs d’asile de faire appel lorsqu’ils sont déboutés (réforme considérée comme l’une des plus importantes en droit constitutionnel depuis 200 ans), il a défendu plusieurs clients transsexuels pour  obtenir la pleine reconnaissance de leur changement de sexe

Octobre 2010 : parution du livre Le Règlement de l’américaine Heather Lewis, premier roman lesbien lucide et cru, une femme conjugue drogue, terreur, douleur, jouissance, la description de l’esclavage volontaire et de la mutilation sexuelle est exemplaire par sa radicalité

9 octobre 2010 : le Central, l’un des plus vieux bars gay du Marais, ferme ses portes

8 octobre 2010 : Nathalie Arthaud, porte-parole de Lutte ouvrière, écrit que « sans avoir de structure spécifique pour les homosexuels, cela ne nous empêche pas d’être solidaire de tous ceux qui luttent contre l’homophobie »

23 octobre 2010 : 14ème Marche du collectif Existrans à Paris «L’identité de genre nous appartient, notre liberté de choix ne se négocie pas »

23 octobre 2010 : signature de la Charte contre l’homophobie dans le sport par Rama Yade, secrétaire d’Etat chargée des Sports, à l’occasion de la dernière rencontre de la coupe d’Europe de Rugby ; en mars 2010 l’AS Saint-Etienne était le 4ème club de foot (après Paris St Germain, AJ Auxerre et OGC Nice) a signé la Charte contre l’homophobie du Paris Foot Gay

Novembre 2010 : parution de trois récits authentiques et troublants, Soigner de Patrick Autréaux qui décrit avec l’effoi qui l’a saisit lorsque de médecin psychiatre il est passé à partient entre les mains du corps médical ; Ils de Franck Delorieux, il décrit les rencontres sexuelles presque anonymes, les corps à corps brutaux où l’érotisme paraît se dissoudre à force de se fragmenter ; Pour Sébastien de Mathieu Riboulet, son personnage est un petit paysan qui entre dans le monde des adultes après avoir rêver de devenir une femme et s’exhibe dans des films pornographiques

8 novembre 2010 : à Marseille, Eric Séroul et Jean-Marc Astor annoncent que la LGP a obtenu le mandat d’organiser l’Europride (label donné par l’EPOA) pour en 2013 : ils annoncent 150 à 200 000 personnes à l’image de l’Europride de Paris en 1997 et la nécessité de mobiliser un budget de 500 000 €

4 décembre 2010 : à Marseille, organisation du débat “L’homoparentalité : la parenté interdite ?” avec la participation de HES et l’APGL

Décembre 2010 : aux USA, le Congrès vote la fin de la règle “don’t ask, don’t tell” dans l’armée, qui interdisait aux personnes LGBT d’assumer leur identité sexuelle

20 décembre 2010 : au Vatican, Benoit XVI devant les cardinaux de la Curie, invite à « accueillir cette humiliation » comme une exhortation à la vérité et un appel au renouvellement ; au cours de l’année 2010 a été marquée par des scandales de pédophilie révélés en Allemagne, en Belgique et aux Pays-Bas

31 décembre 2010 : à Marseille et Toulon, nuit de la Saint Sylvestre de Rando’s Provence (Bouches du Rhône et Var), association déjà ancienne de randonneurs, elle organise 4 randonnées ou plus  par mois le dimanche, ainsi que des rendez-vous festifs (comme le réveillon de la Saint-Sylvestre); l’association présidée par Bruno Savian, à La Seyne sur Mer, diffuse son programme chaque trimestre à ses adhérents

Fin 2010 : aux USA, en Utah, création du premier groupe à militer ouvertement sur la question gay à la Brigham Young University, mormone, la plus grande université religieuse des USA avec 27 000 étudiants ; en 2008 l’Eglise mormone a considéré l’homosexualité comme un péché lors du vote de la « proposition 8 » en Californie qui voulait légaliser le mariage gay, l’église mormone a un peu évolué dit Adam, vice-président de l’Understanding Same Gender Attraction, le fait d’être homosexuel n’est plus un péché en soi, mais la relation homosexuelle oui ; en mai 2010 la Mormons Building Bridges est arrivée à rassembler 300 personnes pour la gay pride de Salt Lake City ; l’Université est très contrôlée par l’Eglise de Jésus-Christ des saints des derniers jours, le code d’honneur est strict, ni café, ni alcool, ni cigarettes, ni relations sexuelles avant le mariage, le short arrive au-dessous du genou, pas de barbe sous peine de ne pas pouvoir passer d’examen

Fin 2010 : 205 000 pacs ont été signés en 2010, contre 251 000 mariages ; alors que 22 271 pacs avaient été signés en 2000, la multiplication des pacs a été fulgurante en 10 ans

 

2011 : en France, les femmes représentent 30,4% des membres du gouvernement, 18,5% des députés, 21,9% des sénateurs ; elles représentent 15% des conseils d’administration des grandes entreprises (la loi du 27 janvier 2011 fixe le quota à 40% d’ici 2017) ; elles sont les principales victimes du travail précaire, 30,3% des femmes actives occupent un emploi à temps partiel (contre 5,8% des hommes) et 82% des travailleurs à temps partiel sont des femmes ; une femme décède tous les 3 jours sous les coups de son compagnon ; 75 000 femmes sont violées tous les ans, seulement 10% d’entre elles portent plainte ; les femmes consacrent 5h par jour aux tâches ménagères contre 2 h pour les hommes, ceux-ci ont augmenté de 10 mn leur participation à ces tâches ménagères en 10 ans

2011 : parution du livre Histoire de la virilité d’Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine et Georges Vigarello

2011 : parution du livre La Fabrique des garçons de Sylvie Ayral, elle montre le rôle pervers des sanctions dans la construction de l’identité masculine au collège

2011 : à Marseille, Laurent Bonnat, 20 ans, s’inscrit à l’école de journalisme, il écrit sexe F., son changement d’état-civil est en cours, il deviendra journaliste web et vidéo à la Provence ; né Laura, révélé à lui-même par l’émission Secret story, il a voulu parler de son souhait de changer de sexe à sa famille quand il passait son bac en 2008, et a pris contact avec une équipe de l’hôpital Sainte-Marguerite, il fait en 2011 une mastectomie et souhaite faire une phalloplastie et vivre avec une femme

2011 : à Marseille, dernière année d’activité du Festival Reflets, après dix années d’organisation de festivals annuels de cinéma (avec Florence Fradelizi de Cineffable, puis les 2 dernières portées seule par Michèle Philibert), en liaison avec les associations LGBT de la ville, en particulier le CEL et les 3G, mais aussi les jeunes gays  de G’Stud, Aides, SOS Homophobie, mais aussi le Festival de Marseille, le Théâtre du Merlan et le Ballet national de Marseille (en 2012 le festival sera repris en partie par l’association Polychromes de Nice)

2011 : 6 100 personnes découvrent leur séropositivité au cours de l’année en France

2011 : une étude expérimentale (HPTN 052) menée sur 1 763 couples stables séro-différents renforce les conclusions du rapport Hirschel de 2008 en prouvant que le traitement antirétroviral du partenaire séropositif réduit de 96% le risque de transmission du VIH au partenaire séronégatif

2011 : sur les 910 957 PACS contractés en France depuis 2000, avec un taux de rupture de 15,6% ; 63 609 l’ont été entre personnes de même sexe (soit 7 %)

2011 : l’Autre Cercle dans une étude sur la vie des LGBT au travail constate que près de 20% des LGBT considèrent que le climat dans leur entreprise ou organisation leur est hostile et que 67% des personnes ne souhaitent pas être visibles par crainte de conséquences négatives (ils étaient 74% en 2006) ; en PACA l’association participe à diverses manifestations : journée de lutte contre l’homophobie (stand en Avignon), Gay Circus à Avignon, Marche des fiertés à Marseille, participation à la création de la coordination régionale LGBT PACA avec l’objectif est de fédérer les acteurs de la vie associative LGBT et de coordonner nos efforts pour une Région plus LGBT-friendly ; elle met en place une action Clé USB destinée au déploiement en région PACA d’un projet d’outil d’information sur les discriminations (déjà développé en région Rhône-Alpes)

2011 : à Marseille, création des Municigays (LGBT de la ville de Marseille, liés à Homoboulot) animés par Sylvie Gaume et Evelyne B., avec l’objectif de faire avancer les droits pour le personnel municipal, ils organisent des apéros festifs, mobilisent pour la journée de lutte contre le sida (2012), sensibilisent en interne les autorités municipales et les syndicats (en particulier à partir de la charte pour la promotion de l’égalité et la lutte contre les discriminations signée par la ministre de la Fonction publique en décembre 2013)

2011 : à Marseille, création de l‘antenne PACA du Refuge (association nationale d’accueil de jeunes “chassés” de leur famille, dont le siège est à Montpellier) ; c’est le 22 juin 2013 que sera créée la délégation PACA (Marseille)

2011 : le Rapport de SOS Homophobie 2012 révèlera une forte hausse des actes d’homophobie au travail (+36%) ; 200 cas ont été recensés au cours de l’année 2011

2011 : 160 000 personnes vivent avec le SIDA en France, et plus de 33 millions dans le monde où 2 millions de personnes en meurent annuellement

2011 : une lesbienne est victime d’une tentative de meurtre de la part de sa famille, selon une information fournie par la CLF

2011 : création de l’association Les Lesbiennes Dépassent les Frontières par 4 lesbiennes féministes Catherine, Faina, Jo et Mami, un réseau d’aide aux lesbiennes réfugiées et demandeuses d’asile

2011 : l’Institut de veille sanitaire se fondant sur une enquête de presse gaie et lesbienne rapporte que la pratique du frottis vaginal par les lesbiennes et autres femmes ayant des relations sexuelles avec d’autres femmes (FSF) est très inférieure à celle des femmes hétérosexuelles exclusives

2011 : parution des résultats de la 1ère enquête auprès des personnes noires en France Afrobaromètre santé, si la question de l’homosexualité est un non-sujet, elle révèle que 7% de réponses concernent des relations HSH (hommes avec des hommes) ; il faudra attendre 2015 pour voir apparaître une association de séropositifs Asso African Positive

2011 : la révision des lois de bioéthique précise à la demande du député UMP Jean Léonetti : « Le caractère pathologique de l’infertilité doit être médicalement diagnostiqué » ce qui édifie un solide rempart contre les demandes d’accès des homosexuelles à la PMA, l’insémination artificielle avec donneur, « Ces techniques doivent être employées non pour satisfaire une demande d’enfant érigée en véritable droit, mais pour pallier l’infertilité médicalement constatée d’un couple » ; la loi ferme aussi l’accès aux origines pour les enfants nés de la PMA, au nom du modèle français « pseudo-créatif » dit Irène Théry « le système mime la procréation biologique alors que, par hypothèse c’est faux »

2011 : deux dessinateurs de BD (Silver et Pochep) lancent le Projet du 17 mai dans l’objectif d’unir des dessinateurs et des dessinatrices  pour lutter contre l’homophobie, dès le 17 mai 2012 un site web sera ouvert aux dessinateurs qui le souhaitent et un album sera mis en vente le 17 mai 2013

2011 : au Front National, Roger Holeindre, ancien de l’OAS, dit à Jean-Marie Le Pen : « Ta fille ne s’est entourée que de pédés, et ça ne me plaît pas »

2011 : les mariages se développent dans de nombreux pays : Belgique en 2010 il y avait 2 164 mariages ; et en 2011, il y a Pays-Bas 1 355 mariages auront été célébrés ; Espagne il y a 3 880 mariages de couples du même sexe ; au Canada 21 015 couples de même sexe seront mariés ; aux USA, 131 729 couples de meme sexe seront mariés (pour les 7 Etats qui ont d’ores et déjà légalisé le mariage) ; Suède il y a 2 086 mariages

2011 : en Suède, 1 290 enfants vivent dans des familles homoparentales, à 95% élevés par 2 femmes ayant eu recours dans la majorité des cas à la PMA

2011 : au Canada, mise en place du réseau québécois en études féministes (RéQEF) qui structure les recherches à l’échelle de la province et participe à la décentralisation – hors Montréal – des études féministes ; en milieu universitaire cette démarche s’accompagne de la féminisation du corps professoral, des luttes contre les violences sexuelles et du développement d’une culture de l’égalité, et linstitutionnalisation des études de genre est indissociable de la création de dispositifs pour l’égalité dans les universités

2011 : aux USA, malgré la décision de la Cour suprême de 1973 qui reconnaît que l’accès à l’avortement est un droit constitutionnel, 92 lois limitant l’accès à l’IVG ont été adoptées dans les différents Etats de l’Union ; ce climat juridique hostile à l’IVG entraine une politisation de l’avortement

2011 : en Allemagne, le peintre Norbert Bisky, né à Leipzig en 1970, marque sa fascination pour les corps masculins dans le style de comics américains des années 1940-1950, ne craignant pas d’inscrire en arrière plan des saynètes pornographiques

2011 : au Maroc, un pédophile espagnol Daniel Galvan est condamné à 30 ans de réclusion, cette condamnation fondée sur de nombreuses preuves (photos et vidéos liés au fait qu’il monnayait et diffusait ses ébats) fait figure d’exception malgré le droit marocain qui prévoit jusqu’à 30 ans de prison pour un viol de mineur ; mais la perception de ces actes fait qu’ils ne se sont considérés comme des crimes mais comme des délits, le poids du tabou lié à la réputation des familles conduit à terminer ces affaires sans bruit par des arrangements à l’amiable, la prostitution des enfants est un sujet aussi important et tabou que la pédophilie, et l’article 475 permet à un auteur d’agression sur une mineure nubile d’être exempté si le violeur l’épouse ; lorsque le roi Mohammed VI le graciera en juillet 2013 un mouvement de révolte s’exprimera

2011 : remise du prix Nobel de la Paix à 3 femmes, 2 Libériennes Leymah Gbowee (qui a contraint le sanguinaire président Charles Taylor à négocier avec le Ghana voisin, en bloquant les issues du bâtiment et en menaçant de se déshabiller devant tout le monde), et Ellen Johnson Sirleaf (future présidente de la République) et l’activiste Turco-yéménite Tawakkul Karman ; cette remise de prix fait suite à celles accordées à d’autres femmes, la Kényane Wangari Maathai (qui plantait des arbres) en 2004 et la Péruvienne Rigoberta Menchu (militante des droits des peuples autochtones) en 1992

2011 : aux USA, Jeremy Heimans créée le site internet All out qui « se bat pour défendre les gays non plus seulement aux USA, mais de manière globale » : « Nous menons des campagnes en ligne en temps réel, masqsives, rapides, efficaces, c’est cela notre rôle »

2011 : aux USA, fermeture des portes de l’école Dozier pour jeunes délinquants créé en Floride en 1900, créée par Arthur G. Dozier ; il faudra attendre 2013 pour que des anthropologues de l’université du sud de l’Etat (USF) découvrent les restes d’anciens pensionnaires victimes d’agressions physiques, de pressions mentales, de violences sexuelles, etc. une cinquantaine de corps de garçons sont découverts dans la partie où étaient gardés les enfants noirs, la partie des enfants blancs n’étant pas encore prospectée

2011 : aux USA, le cardinal-archevêque de Los Angeles, Roger Mahony, qui a couvert un énorme scandale sexuel comme évêque de Stockton puis 500 cas de mineurs violentés par des prêtres de le diocèse de Los Angeles, prend sa retraite, et en janvier 2013 il sera relevé de ses fonctions administratives et publiques par son successeur Mgr José Gomez ; Mgr Mahony clamera que « rien ne l’avait préparé dans ses antécédents ou sa formation à gérer de tels événements », et en 2013 une pétition circulera afin de l’empêcher de prendre part au conclave

2011 : au Cameroun, deux jeunes homosexuels, Jonas et Francky, sont arrêtés ; ils seront finalement acquittés en janvier 2013 grâce à la défense pugnace de leur avocate Alice Nkom qui, grand-mère de 8 petits enfants, a créé une association de défense pour les homosexuels ; elle prendra la défense de 11 jeunes emprisonnés pour homosexualité, en décembre 2012 elle ne pourra pas empêcher la condamnation de Jean-Claude Roger Mbédé à 5 ans de prison en appel, elle décidera « d’aller en cassation »

2011 : en Tunisie, à l’occasion de la campagne électorale qui verra le triomphe des islamistes d’Ennahda, se crée le 1er magazine homosexuel lance sur Internet Gayday ; les homosexuels encourent toujours une peine de 3 ans de prison (Code pénal promulgué en 1913)

2011 : en République tchèque, 1ère Gay Pride à Prague

2011 : en Uruguay, le président José Mujica, élu en novembre 2009, après 13 ans passé dans les geoles de la dictature militaire comme ancien dirigeant des Tupamaros, fait voter deux lois de dépénalisation de l’avortement et d’adoption du mariage gay, il annoncera en 2012 la légalisation du canabis ; en juin 2013, le pape François qualifiera ce président humble et paysan, vivant dans une ferme une heure de Montevidéo, de « personnage admirable »

2011 : dans le monde arabe, en 10 ans, depuis 2011, le nombre de personnes vivant avec le VIH a augmenté de 47% selon Onusida

2011 : à l’ONU, le Conseil des droits de l’homme adopte la résolution 17/19 qui condamne toute discrimination contre des personnes en raison de leur orientation sexuelle adopté par 23 voix contre 19 et 3 abstentions (soit une participation de 45 pays sur 193 seulement)

Début 2011 : les chiffres de l’INSEE annoncent que 32 millions de personnes déclarent vivre en couple (7 millions en union libre, 1,4 millions pacsés), dont 200 000 personnes en couple avec un conjoint de même sexe : couples d’hommes dans 6 cas sur 10, en cohabitation dans 84% des cas, pacsés dans 43% des cas, à 48% diplômés de l’université (soit 20 points de plus que les couples de sexe différent), ils sont plus jeunes que les couples hétérosexuels ( la moitié de moins de 40 ans), à 75% vivant dans de grands pôles urbains (contre 56% pour les couples hétérosexuels), 4% ne vivent pas avec leurs conjoint (surtout parmi les plus jeunes et ce sont pour 1/3 des étudiants), 10% des personnes vivant en couple homosexuels déclarent résider avec au moins 1 enfant (il s’agit alors dans 8 cas sur 10 de couples de femmes), la plupart de ces enfants sont nés avant la formation de l’union actuelle ; par déduction on peut imaginer que 24 000 à 40 000 enfants vivent en milieu homoparental (chiffres proches de ceux de l’INED) ; chez les hétérosexuels 72% des hommes et femmes vivant en couple sont mariés (23 millions de personnes, souvent plus âgées), suivent l’union libre (7 million de personnes) et les pacs (1,4 million)

2011 : à Taïwan, création du 1er magazine lesbien chinois LEZS Magazine par Ann-Jiun Wang

Février 2011 : une enquête de l’IFOP parue dans le journal Têtu indique que 6,5% de la population âgée de plus e 18 ans se déclare homosexuelle (3,5%) ou bisexuelle (3%) sur un échantillon de 6 867 personnes ; 46% des homosexuels vivent en couple contre 70% chez les hétérosexuels

Février 2011 : aux USA, sortie du film documentaire américain We were here de David Weissman sur la survenue du sida à San Francisco racontée par 4 témoins

15 février 2011 : la Fédération des associations et centres LGBT de France adopte comme revendication l’application de la résolution 1728 du Conseil de l’Europe

18 février 2011 : mort de Henri Maurel, 58 ans, des suites d’une méningite, fondateur des Gays pour les Libertés en 1985, et de Radio FG (Fréquence Gaie à l’origine) dont il est devenu président en 1990 ; il a été un des principaux artisans de la Techno Parade en 1998

28 mars 2011 : les pacs peuvent être désormais être signés devant un notaire ; mais au début 2013 le système de recensement des pacs signé devant notaire ne sera toujours pas opérationnel

Printemps 2011 : les dominicaines du Saint-Esprit de Draguignan donnent l’alerte, elles ont reçu les nouveaux manuels de SVT de première L, et découvert qu’ils feraient la promotion de la “théorie du genre”, en s’interrogeant sur l’identité et l’orientation sexuelles ; l’information est rapidement diffusée auprès de l’Institution Saint-Pie-X de Saint Cloud, tenue par les mêmes religieuses, fréquentée par la crème des familles chics parisiennes, plutôt “cathos tradis”

Avril 2011 : à Toronto, au Canada, un policier tient un propos sexiste qui marquera car il donnera naissance aux « slutwalk » (marche des salopes), il enquête sur une série d’agressions sexuelles commises dans un campus universitaire, il conseille aux jeunes filles de ne pas s’habiller comme des salopes si elles ne veulent pas se faire violer

Avril 2011 : l’avocate Caroline Mécary obtient un droit de visite et d’hébergement pour une mère sociale séparée de sa compagne, c’est une 1ère

Mai 2011 : aux USA, Dominique Strauss-Kahn, directeur du FMI, est accusé de viol suite à une agression contre l’employée d’hôtel Nafissatou Diallo ; à la fin 2012, une transaction entre les 2 protagonistes entrainera un versement de 1 millions de $ par M. Strauss-Kahn à Mme Diallo

Mai 2011 : Manuel Valls, dans le magazine Têtu, à l’occasion des Primaires du PS, déclare à propos de la GPA qu’au-delà des précautions nécessaires pour éviter la « marchandisation du corps des femmes qui pourrait se révéler inmaîtrisable… cette évolution est incontournable, à condition qu’elle soit encadrée. Contrairement à ce que disent ceux qui sont par principe hostiles à la GPA, je crois que si celle-ci est maîtrisée, elle est acceptable, et j’y suis donc favorable »

5 mai 2011 : au Brésil, la Cour suprême reconnaît l’union civile entre deux hommes

16 mai 2011 : le Vatican, la Congrégation pour la doctrine de la foi demande aux évêques, par lettre circulaire, de prendre des mesures précises de prendre des mesures précises concernant les victimes et les coupables d’actes de pédophilie, et donne un an à tous les épiscopats pour harmoniser leurs procédures de prévention et de gestion de ces cas

17 mai 2011 : parution du Rapport de SOS-Homophobie : augmentation de 20% des témoignages homophobes (reçues sur ligne d’écoute et site internet), et de 43% des témoignages concernant des agressions dans des lieux publics, un témoignage sur 2 concerne des agressions physiques

14 juin 2011 : un projet de loi socialiste visant à autoriser le mariage gay, qui avait été déposé une première fois en 2006 sans être débattu, est examiné par l’Assemblée nationale avant d’être rejeté par 293 voix contre 222

Juin 2011 : aux USA, à New-York 6 adolescents sont poursuivis pour avoir battu à mort un jeune gay de 18 ans

4 juin 2011 : à Nancy,  Stéphanie Nicot, transgenre de 59 ans, toujours considérée comme un homme se marie avec Elise ; l’adjoint au maire a préféré employer le prénom masculin de Stéphanie…

25 juin 2011 : à Paris, la Marche des Fiertés Lesbiennes, gays, bi et trans, a choisi un coq à la tête entourée d’un boa rouge pour affiche, ce symbole “national” suscite une polémique ; un point fixe lesbien est organisé par le groupe Locs et rejoint par un collectif de groupes et associations lesbiennes devant l’Institut du Monde Arabe, slogans : Pour la solidarité entre les femmes et les lesbiennes du monde entier, Contre les oppressions-répressions-discriminations des femmes et des lesbiennes : lesbophobie, capitalisme, racisme et intégrismes, Pour la résistance au contexte politique nauséabond et aux discours : antisémite, lesbophobe, islamophobe, participent à ce rassemblement les Lesbiennes Bulldozer, Batucadykes, CLF (coordination lesbiennes en France), Outsiders, les Archives lesbiennes

Eté 2011 : à Rome, la parade de l’Europride rassemble 1 millions de participants

Juillet 2011 : adoption de la 3ème loi bioéthique qui ne modifie pas en profondeur le texte antérieur, la recherche sur l’embryon reste interdite, mais autorisée pour certains laboratoires par dérogation, la pratique des « mères porteuses » (GPA : gestation pour autrui) n’est pas autorisée, l’anonymat du don des gamètes est maintenu, la congélation ultra rapide (vitrification) des ovules est autorisée, le don de sang du cordon et du placenta – anonyme et gratuit – ne peut être effectué qu’à des fins scientifiques ou thérapeutiques, l’accès  à la PMA reste réservé aux couples composés d’un homme et d’une femme ayant six mois de vie commune, l’objection de conscience pour les médecins et auxiliaires médicaux qui refusent de manipuler les embryons, est pour la première fois affirmée par la loi ; la loi est en principe votée pour 7 ans

Juillet 2011 : la Haute Autorité de Santé estime que 300 nouveau x incestes ont lieu chaque jour en France ; l’âge moyen du 1er viol incestueux est à 9 ans ; l’inceste est une bombe à fragmentation, le sondage Ipsos pour l’Aivi précise que 98% des victimes ont le sentiment d’être déprimées, 86% ont des pulsions suicidaires et 76% des personnes abusées enfants souffrent de troubles compulsifs graves, boulimie ou anorexie ; « Il y a un décalage très fort entre la loi morale qui pose l’interdit et la pratique courante et banale dans les familles » déclare l’ethnologue spécialiste de l’inceste Dorothée Dussy

Juillet 2011 : parution du livre Une autre époque de l’écrivain suisse Alain Claude Sulzer sur le calvaire qu’a vécu un père homosexuel de clinique psychiatrique et mariage forcé, c’était “une époque terrible pour les homosexuels” dit-il, même s’il relativise la situation en suisse plus tolérante alors que l’Allemagne ; il avait obtenu le prix Médicis étranger pour Un garçon parfait qui était un admirable récit la difficulté d’être homosexuel dans les années 1950

Juillet 2011 : l’utilisation du poppers est désormais interdite

2 juillet 2011 : à Marseille, la marche de la Pride est organisée par Tous&Go, un manifeste pour l’égalité est rédigé, le mot d’ordre est “Pour l’égalité en 2011 je marche, en 2012 je vote” ; 57 associations et organisations apportent leur soutien ; 25 000 personnes estimé dans les rues, 6 000 pour l’apéritif et 2 000 pour la soirée aux Docks des Suds ; un festival d’une semaine 29 juin-1er juillet avec culture, festivités et débats ; un partenariat est établi avec l’OM sur le thème “Coup Franc contre les discriminations homophobes” ; un spectacle est donné en soirée par Les Poulettes (Dominique chanteuse et Karine accordéoniste)

8 juillet 2011 : à Marseille, suicide de Babou, salarié de Aides depuis 20 ans, Michel Bourelly son directeur, très éprouvé, parle d’un « ami fidèle, drôle et touchant »

Août 2011 : à Avignon dont l’évêque particulièrement conservateur est Mgr Cattenoz, le directeur de l’Enseignement catholique, Thierry Aillet, publie un éditorial “Objection de conscience” qui appelle çà une véritable résistance contre cette volonté perverse” du ministère “d’imposer à nos élèves l’étalage d’une véritable antimorale… de modéliser toutes les déviances” dans le chapitre “devenir homme et femme” du manuel de SVT (Sciences et vie de la terre), il appelle au boycott de ces chapitres (marqués par “l’hypersexualisation” et “le sexe qui n’est qu’un objet de plaisir”), accusant le “hobby” homosexuel héraut d’ “une passion putrescente” et ajoutant “laissons aux parents la responsabilité de parler d’amour à leurs enfants” ; Jacques Fortin, enseignant à l’université d’Avignon, ancien cofondateur du GLH de Marseille, déclare “c’est honteux, je parlerais plutôt d’abjection de conscience. Thierry Aillet n’écrit pas un mot sur la souffrance des gens. son discours est haineux et ressemble à de l’inquisition. Beaucoup de jeunes sont désemparés quand ils découvrent leur homosexualité. Ils ont besoin qu’on leur dise que la sexualité doit rester libre.”

Août 2011 : à Cuba, d’un côté le Cenesex (centre national d’éducation sexuelle) est dirigé par Mariela Castro, fille du chef de l’Etat, Raul Castro, a présenté un projet d’union homosexuelle, sa directrice est opposée à la Gay Pride qu’elle juge inutile dans ce pays, l’un de ses animateurs Leannes Imbert Acosta précise que son rôle est de faire de la pédagogie sur la reproduction et la prévention des MST, alors que l’Education nationale est fermée à la diversité sexuelle ;  de l’autre l’Observatoire des droits des gays, lesbiennes, bisexuels et transsexuels qui veut créer un centre d’information ouvert à tous, a appelé le 28 juin à la 1ère marche de la fierté gay à La Havane, avec drapeaux et affiches ; employée du Cenesex, la transsexuelle Wendy Iriepa a été sanctionnée pour sa liaison avec Ignacio Estrada, séropositif et animateur de la Ligue cubaine contre le sida, avec lequel elle s’est mariée en grande pompe le 13 août 2011, usant de son genre féminin de naissance

Septembre 2011 : au Canada, Sonya Barnet appelle à la 1ère Slut Walk (« marche des salopes ») défilé en soutien-gorge, short, minijupe en criant : Ceci n’est pas une invitation au viol, Une salope n’est pas une victime, Notre coprs nous appartient, Assez d’excuses pour les violeurs ; c’est la 4ème vague féministe (qui utilise le mot salope comme les homosexuels ont utilisé le mot queer – pédé, pute, tordu, bizarre – aux USA ou le mot pédé en France)

Septembre 2011 : parution de Queer zone 3 Identités, cultures, politiques de Marie-Hélène Bourcier, enseignante à Lille III, qualifié par Eric Loret dans Libération de “classique des luttes féministes et antiracistes, prônant la prolifération des genres”, il ajoute qu’elle tire à boulets rouges sur Catherine Breillat, Bertand Bonello, Bataille, Lacan, Barthes, Foucault, Deleuze ou encore la Judith Butler de Défaire le genre, critiquant l’hétéronormativité qui les caractérise, elle considère que le grand tournant s’est produit dans les années 90 avec l’apparition des FtM (female to male) plus menaçants que les MtF “car prouvant comme le disent beaucoup d’entre eux qu’on n’a pas besoin d’une bite pour être un homme“; Queer zone 3 milite pour que les “minoritaires”(anormaux, monstres, freaks) se revendiquent comme tels alors qu’en France, patrie de “l’intégration républicaniste et universaliste”, on met de côté “tout ce qu’ils ont d’intéressant et de différent”

Octobre 2011 : la Commission des droits de l’homme du Conseil de l’Europe publie un rapport sur les discriminations concernant l’orientation sexuelle et l’identité de genre, ses recommandations vont plus loin que la résolution 1728 concernant les droit des personnes transgenres et les politiques de prévention, elles reprennent certaines des revendications de la Déclaration de Malte (témoignant ainsi d’une plus grande implication que les associations LGBT françaises…)

Octobre 2011 : l’Inter-LGBT refuse l’adhésion de HM2F : statuts jugés trop flou au regard du caractère confessionnel de l’association

13 octobre 2011 : mort de Danielle Charest, à l’âge de 60 ans, animatrice du collectif Amazones d’Hier, Lesbiennes d’Aujourd’hui (ALHA), écrivaine, conférencière (Ecole des Lesbiennes de Bagdam à Toulouse 2003-2005)

19 octobre 2011 : Marseille, sur décision à l’unanimité du CA de l’EPOA (organisation européenne des Pride), est désignée comme ville organisatrice de la 20ème Europride en 2013, la LGP (devenue Lesbian and Gay Parade) a obtenu d’être en charge de son organisation ; pour la LGP nouvelle manière, présidée par Gilles Dumoulin et dont Suzanne Ketchian est secrétaire générale, c’est un double coup de poker, à l’intérieur de l’association Lesbian and Gay Pride (où ils ont renversé les dirigeants en place, Jean-Marc Astor et Eric Séroul, par un mini coup d’état, alors c’est eux qui avaient obtenu l’avis favorable de principe de l’EPOA dès septembre 2010) et ils ont modifié le nom de l’association afin d’éviter d’être mis en cause par Connexion (propriétaire de la marque Pride depuis l’effondrement financier de la Pride de Paris), et à l’extérieur en s’imposant à l’ensemble des LGBT marseillais comme les organisateurs d’une Europride largement parachutée ; en effet si Jean-Marc Astor depuis de nombreuses années manifestait le souhait de recevoir l’Europride à Marseille, sa crédibilité restait très médiocre du côté du milieu associatif marseillais ; le tandem Ketchian-Dumoulin a fait dès lors un  pari doublement audacieux (sans compter le défi financier auquel ils se confrontaient), leur campagne de communication est leur atout essentiel, face à l’EPOA, face à l’Interpride qui se rallie à eux rapidement compte tenu de leur obtention du label de l’EPOA en piétinant allègrement l’autre prétendant – mieux assis sur le milieu associatif marseillais – l’association Tous&Go, et face au milieu LGBT marseillais ; on apprendra plus tard que leur communiquant, imposé par la ville de Marseille en contrepartie de sa subvention, est Sébastien Chenu (futur député du Rassemblement national dans le nord de la France)

Novembre 2011 : Canal Plus diffuse une enquête de Sophie Bonnet sur la communauté charismatique Les Béatitudes, Frère Ephraïm (Gérard Croissant) a eu la révélation de fonder une communauté en 1973, avec un mode de vie proche des premiers chrétiens ; il a été ordonné diacre est 1978, puis fondé 30 communautés, avec un millier de fidèles, les donateurs ont été généreux ; en 2007 Ephraïm a été révoqué pour avoir eu des relations sexuelles avec des religieuses ; les reproches sont arrivés (gourou, malade, obsédé sexuel), le contraste entre les richesses acquises et le recours à la Banque alimentaire provoque des réactions, le travail dissimulé, les transes et les exorcismes aussi, les autorités du Rwanda ont contraint Croissant à quitter le territoire ; la communauté devrait bientôt être reconnu comme un ordre religieux à part entière, à l’heure où devrait s’ouvrir le procès pour pédophilie de frère Pierre -Etienne, en ex-dirigeant de la communauté…

17 novembre 2011 : l’Association Nationale Transgenre considère au vue de la proposition de loi déposée au Sénat par Odile Quéré sur l’homogénéisation des délais de prescription concernant les discriminations pour les homosexuels et les hétérosexuels qui ne rend pas en compte la discrimination transphobe, que « la transphobie est toujours légale en France »

27 novembre 2011 : en Grande-Bretagne, mort du réalisateur Ken Russell (1927-2011), aussi acteur et producteur, réalisateur de Music Lovers, Mahler, Tommy, Love ou Femmes amoureuses, dans lesquels l’homosexualité est un thème récurrent

Décembre 2011 : en Espagne, 22 442 mariages homosexuels ont été célébrés depuis la loi de juin 2005 et les couples homosexuels ont procédé à 160 adoptions depuis 2006

31 décembre 2011 : 7 826 cas de sida ont été déclarés dans l’année en PACA, région la plus touchée après l’Ile de France ; 126 déclarations de séropositivité ont été déclaré dans les BdR, contre 110 en 2008, la contamination est en hausse inquiétante chez les HSH (hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes) qui représentaient 49% des cas de contamination en 2008 et sont passés à 62% en 2011 (les hétérosexuels passant de 48% à 33%), alors qu’au niveau national la contamination hétérosexuelle reste majoritaire, avec 55% des découvertes de séropositivité ; chez les migrants, les plus touchés sont d’Afrique subsaharienne : au niveau national le pourcentage est de 30% en 2011 en baisse continue, et en PACA il est stable avec 10%

31 décembre 2011 : il n’y a eu que 233 généreux donateurs de sperme dans les Cecos au cours de l’année écoulée, soit une chute depuis 2009 (400), 306 en 2010 ; en 2012 le débat sur l’anonymat des donateurs (alors que la loi suédoise autorise à connaitre l’identité du géniteur depuis 1985, la loi allemande depuis 1989 et la loi britannique depuis 2005) ; en 2013 le débat sur le « mariage homosexuel » contribuera à faire chuter le nombre de donateurs « certains ne (souhaitant) pas que leur semence soit utilisée par des couples de même sexe si d’avanture la PMA leur était rendue possible » déclarera en septembre 2013 le présient de la fédération française des Cecos

31 décembre 2011 : près de 210 000 IVG ont été pratiquées au cours de l’année ; la proportion des femmes qui ont eu accès 2 fois à l’IVG est de 9,5% (et de 4,5% pour 3 avortements et plus) ; l’âge moyen de recours à l’IVG est de 27,5 ans, ce qui correspond au retardement de l’âge moyen de la maternité (de 26,7 ans en 1975 à 30,1 ans au début de la décennie 2010) ; l’avortement concerne surtout les plus jeunes, à 15 ans 70% des grossesses sont interrompues, à 20 ans c’est 40%, entre 19 ans et 25 ans une femme sur quatre connait un avortement ; il y a 15 avortements pour 1 000 femmes en France comme en Norvège et au Danemark, mais 17 en Hongrie et 20 en Suède (et 35 pour 1000 dans les pays d’Afrique de l’Est qui prohibent l’IVG) ; les IVG sont pratiquées en moyenne lors de la 7ème semaine de grossesse ; la pillule abortive RU 486 permet une IVG médicamenteuse, 55% des IVG ont été médicamenteuses en 2011 (16% en 1990 et 36% en 2002)

 


  • Les étapes de l’IVG :
  • 17 janvier 1975 : promulgation de la loi Veil l’avortement n’est plus un crime, mais toute propagande en faveur de la contraception ou de l’avortement reste interdite
  • 1979 : la loi de 1975 est confirmée
  • 1980 : diffusion de la pilule abortive RU 486 en milieu hospitalier
  • 1982 : l’IVG est remboursée par la sécurité sociale
  • 1984 : diffusion de la pilule abortive RU 486 en milieu hospitalier chez les gynécologues et les généralistes
  • 1989 : diffusion de la pilule abortive RU 486 dans les centres de planification familiale et les centres de santé
  • 2001 : le délai légal permettant d’avorter est allongé, de 10 à 12 semaines
  • 2014 : le droit d’accès à l’IVG est inconditionnel