Années 2010 : Janvier – mai 2017

2017 : parution du livre de l’écossaise, féministe et lesbienne, Val McDermid Les Suicidés, inspiré de Northern Abbey de Jane Austen et de la violence qui s’était exprimée lorsque Caroline Criado-Perez avait proposé que le visage de Jane Austin figure sur un billet de la Banque d’Angleterre ; Val McDermid s’est installée depuis quelques mois avec sa compagne, universitaire, dans une vaste bâtisse géorgienne du centre d’Edimbourg

2017 : parution de la bande dessinée du japonais Gengoroh Tagame, pornographe et SM gay, le Mari de mon frère, histoire de la rencontre entre un jeune père de famille japonais et l’amoureux canadien de son frère jumeau qui vient de mourir ; il a commencé à publier en 1982, mais ce n’est que dans les années 1990 qu’un marché gay de l’écriture a émergé, prenant le relais des revues pornos et des sex-shops, en 1994 il a lancé la revue G-Men consacrée aux bears

2017 : parution du livre La Première Pierre du polonais Krzysztof Charamsa, dignitaire de la Congrégation pour la doctrine de la foi au Vatican, qui a fait son coming out en présentant à la presse le 3 octobre 2015, son ami Eduardo Planas à la veille du synode des évêques sur la mission de la famille ; ordonné prêtre en 1997 en Pologne, officier de la Congrégation pour la doctrine de la foi (2003-2005) puis secrétaire adjoint de la commission théologique internationale (2011-2015), il a travaillé sous la présidence du cardinal Ratzinger (président de 1981 à 2005 de la congrégation), futur Benoit XVI ; il a découvert Eduardo à Barcelone en 2012 ; K. Charamsa était fasciné par Thomas d’Aquin et la “cathédrale logique de son œuvre” mais “Hélas ! j’ai fini par me rendre compte que Thomas était le gardien d’une prison et que l’Eglise m’imposait une forma mentis, une forme d’esprit qui m’empêchait de me mouvoir vers la vérité.”; il juge sévèrement la Congrégation, successeur lointain de l’Inquisition : “Si l’Inquisition n’utilise plus la torture physique, nous exerçons une violence symbolique redoutable. Songez qu’en 1993 et 2003, nous avons rédigé des textes qui prévoient une véritable persécution des homosexuels. Ces textes demandent aux catholiques de ne louer aucun bien immobilier à des homosexuels, de ne pas les engager comme professeurs ou enseignants dans les écoles, de ne leur confier aucune charge liée aux centres sportifs ni aux piscines, de leur refuser le service militaire.”, il ajoute que compte tenu de l’impact de ces recommandations sur la diplomatie vaticane, Rome fait ainsi “pression sur les gouvernements élus, sur les organisations internationales… Ce type de documents que j’ai contribué à rédiger détruisent la vie de centaines de milliers de personnes.”, de plus en 2010 le Cardinal Bertone, n°2 du Vatican a déclaré qu’il y avait “un lien entre homosexualité et pédophilie” au nom des démonstrations de nombreux psychologues et psychiatres,  ainsi : “Le Vatican s’appuie sur des allégations pseudo scientifiques pour criminaliser l’homosexualité” alors que selon K. Charamsa le Christ a été extrêmement ouvert à l’égard de la sexualité des personnes, c’est “Paul l’héritier de la culture juive” marquée par un Ancien Testament rempli de nombreux interdits, y compris sexuels, qui leur a donné “une valeur universelle… chez Paul, ils deviennent absolus et visent la chair. C’est là que les problèmes commencent.” ; K. Charamsa rappelle que Benoit XVI a obligé les prêtres à faire un vœu de célibat et à se déclarer hétérosexuels, il note aussi que “Les confessionnaux sont devenus des officines de gestion de la sexualité individuelle.”; K. Charamsa est sévère avec les comportements privés des dignitaires de l’Eglise, marqués par une grande hypocrisie, la proximité entre Benoit XVI et son secrétaire Giorgio (Georg Gänswein) l’interroge, il poursuit “Sachez que l’église catholique est une institution qui attire les gays. Je vous assure que beaucoup de prêtres et de moines sont homos, y compris dans la Congrégation. c’est même la fonction historique de l’Eglise d’offrir une position sociale confortable à ceux qui ne se retrouvent pas dans l’institution du mariage hétérosexuel.”… Aussi “Nous entrons dans le théâtre de la double identité baroque, qui est aussi le théâtre du mystère, le théâtre de la vie.”; rappelant son coup d’éclat de 2015, K. Charamsa parle du coming out comme d’un sacrement ” un acte public qui implique l’énergie de Dieu dans les gestes les plus simples… l’infusion de l’énergie de la grâce qui se manifeste publiquement.” ; K. Charamsa a été suspendu dès le 21 octobre 2015 par son supérieur hiérarchique, l’évêque polonais de Pelpin, Mgr Rysard Kasyna, interdit d’exercer son sacerdoce et de porter la soutane, tant qu’il n’a pas fait œuvre de repentance ; en octobre 2007, Mgr Tommaso Stenico, 60 ans, prêtre, en charge de la Congrégation pour le clergé, a été suspendu publiquement pour avoir affirmé son homosexualité, et en juillet 2013 l’Espresso a révélé l’homosexualité de Mgr Battista Ricca, qui venait d’être nommé prélat de l’IOR (institut pour les œuvres de religion, la banque du Vatican), il a alors du présenter sa démission

2017 : en Grande-Bretagne, le musée de la mode du London College of Fashion accueille l’exposition Museum of Transology autour des thématiques LGBT, destiné à marquer le cinquantenaire de la décriminalisation de l’homosexualité, il permet d’exposer de nombreux objets liés à la thématique trans et aux opérations de réassignation

2017 : aux USA, plusieurs créateurs de cosmétiques s’orientent vers une stratégie militante, stimulés la montée en puissance des idées de Donald Trump dans la société, ils affichent leur soutien à la Women’s March, le Planning familial, les associations de lutte contre les violences faits aux femmes, ou encore leur soutien à l’homosexualité (le savon Gay is Okay reverse 100% des bénéfices aux associations LGBTIQ), aux sans-abri issus de la communauté LGBTIQ ou à la lutte contre le sida ; certains accueillent les transsexuelles pour présenter leurs produits et l’Oréal promeut les femmes dans l’entreprise (24% des postes-clefs du groupe en 2007, 47% en 2017)

2017 : en Russie, depuis 2004 il y a une dizaine d’attaques homophobes par an en moyenne selon l’ONG Sova, les mouvements nationalistes (70 mouvements recensés en 2010 et 2016) sont les plus agressifs ; la loi de 2013 qui a interdit la propagande homosexuelle auprès des mineurs a donné lieu à un pic de violence en 2012-1013 ; le groupe orthodoxe radical La Volonté de Dieu, de Dmitri Tsorionov (alias Enteo), a ouvertement appelé à agresser les gays ; Maxime Martsinkevitch, ex-skinhaed, surnommé Le Sabre, qui avait créé le groupe néonazi moscovite Format 18, a créé Occupy pédophilie, dirigé en fait contre les gays, il donnait rendez-vous à des homosexuels via les réseaux sociaux, les battait, les insultait et en faisait des vidéos, le mouvement s’est étendu à Ekaterinbourg, Irkoutsk et Saint-Petersbourg ; en 2013 à Volgograd Vladislav Tornov, soupçonné d’être homosexuel, a été violé avec une bouteille et a eu la tête fracassée avec une pierre, c’est seulement après un autre crime au Kamchatka que les forces de sécurité ont commencé à réagir ; en mars 2016 un journaliste homosexuel critique de théâtre, Dmitri Tsilikine a été tué

2017 : à Marseille, poursuite des activités des association lesbiennes, les 3G avec leurs activités culturelles nombreuses (atelier d’écriture, karaoké, spectacles, expo photo, etc.) ; le CEL avec ses activités multiples (ateliers, sorties, autodéfense, etc.), avec mise en place d’un groupe d’aide à 6 lesbiennes réfugiées demandeuses d’asile et de Arc’en’CEL en préparation des Gay Games Paris 2018

2017 : à Marseille, la délégation de SOS homophobie développe encore les IMS (6 900 élèves touchés en 2016-2017) ; elle met en place avec l’AMU (Aix-Marseille Université) une charte concernant les LGBT, avec en particulier le droit pour chaque étudiant de donner son propre prénom d’usage ; elle participe activement aux discussions que propose le département des Bouches du Rhône dans le cadre du COLD (comité de lutte contre les discriminations) en proposant la création d’une maison des LGBTI+

1er trimestre 2017 : parution de Mirage gay à Tel Aviv du journaliste (à Gai Pied, puis à Libération) Jean Stern, démontage en règle de la stratégie marketing et politique orchestrée par l’Etat israélien, pinkwashing ( ou même lavage des cerveaux des LGBT locaux et étrangers) qui consiste à camoufler la guerre, l’occupation des territoires arabes, le conservatisme religieux et  et l’homophobie derrière le paravent du sea, sex & sun, où même Tsahal (l’armée israélienne) s’affiche gay-friendly

Janvier 2017 : parution du livre d’Elise Thiébaut Ceci est mon sang qui se confronte au phénomène physiologique des règles que connaissent toutes les femmes, de 13 à 51 ans, et analyse le chemin parcouru depuis les années 1970

Janvier 2017 : la librairie Violette and Co proclame le Prix du roman gay 2016 attribué à La course au bonheur, histoire d’une vie gay de Benoit Lapouge, né en 1952, il raconte sa vie, sa vie de drague et sa vie militante : “Je suis de ces générations qui ont fait émerger gays et lesbiennes comme des personnages sociaux, non plus confinés au champ clos des relations interpersonnelles quelles qu’elles soient, mais reconnus, enfin politiques, réels, avec tout ce que cela a porté et portera encore d’innovations dans le champs social”, il a travaillé à Masques avec les éditions Persona, connu les copines lesbiennes Suzette Triton, Michèle Causse, rencontré ses amours comme Jean-Luc Pinard, avec lequel il a écrit en 1980 L’Enfant et le Pédéraste, et payé un lourd tribu du sida

Janvier 2017 : le prix découverte du roman gay 2016 est attribué à Janathan Gillot pour Désordres un roman catastrophe

Janvier 2017 : le livre de Philippe Besson Arrête avec tes mensonges vient de paraître, une histoire d’amour entre 2 lycéens charentais en 1984, du lycée de Barbezieux, l’un brillant élève de terminale C (le futur romancier) et l’autre en terminale D, Thomas Andrieu (1966-2016), fils d’agriculteur, le romancier n’entendra plus parler de son amour d’enfance jusqu’à la terrible nouvelle de sa mort en 2016 ; Philippe Besson en explique le contexte : “J’avais 18 ans, au milieu des années 80, au moment de la grande décimation. J’étais entouré de gens, qui étaient homosexuels, et tout d’un coup, ils se sont mis à mourir. J’ai commencé à penser à la mort à ce moment-là… Il y a des pertes irrémédiables, je lai su tout de suite. A 17 ans en perdant Thomas, celui qui a inspiré mon livre, j’ai découvert ce que ça fait de perdre quelqu’un qui est vivant. Mais qu’on voit pas. Il n’est pas mort, mais on peut pas le voir, c’est comme ça, c’est irrémédiable… J’écris, ça me plait, je suis insouciant, je vis avec un homme, je suis amoureux de lui, je voyage, j’ai des amis. Je n’ai aucune raison d’être triste. Sauf que je suis hanté par les disparus.”

Janvier 2017 : parution de livres largement autobiographiques écrits pas des jeunes auteurs issus du Maghreb, Celui qui est digne d’être aimé du marocain Abdellah Taïa, Ma mère et moi et Je n’ai pas eu le temps de bavarder avec toi de l’algérien Brahim Metiba, et Les Ruelles des pieds-nus du marocain Hicham Tahir

Janvier 2017 : l’animateur de télévision Marc-Olivier Fogiel se livre dans TV magazine, il a fréquenté 18 ans un psychanalyste “pour soigner un mal-être profond” : “Je n’ai jamais parlé de ma vie privée. Mais à partir du moment où j’ai bénéficié de cette loi sur le mariage pour tous, l’état-civil étant du domaine public, je n’allais pas me cacher derrière mon petit doigt. Je pense avoir fait les choses dans le bon ordre, m’être accompli professionnellement avant de me consacrer à ma famille. Aujourd’hui, je vis au sein d’une famille homoparentale épanouie. J’ai deux filles que nous sommes très heureux d’élever. Je l’assume et, surtout, je ne revendique rien.”

Janvier 2017 : selon l’INSEE 32 640 mariages entre personnes de même sexe ont été célébrés en France depuis la promulgation de la loi sur le mariage le 17 mai 2013 jusqu’au 31 décembre 2016 (7 367 en 2013, 10 522 en 2014, 7 751 en 2015 et 7 000 en 2016), ce qui représente 3% des mariages civils ; 49% des mariages ont concerné des couples de femmes en 2016 (mais la progression est constante, elles étaient 43% en 2013) ; la progression du nombre de pacs est elle aussi constante, il y en avait plus de 1 000 en 2013, il y en a eu 7 012 en 2016 (les pacs hétérosexuels ont eux aussi augmenté, passant de 144 714 en 2011 à 181 930 en 2016)

Janvier 2017 : aux USA, le rapport de l’association GLAAD (association de journalistes et d’écrivains contre la diffamation dans les média, créée en 1985) note que les séries télévisées diffusées par les grandes chaines de télévisions comptent 43 personnages LGBTQ réguliers et 28 occasionnels, soit 4,8% de leurs salariés, 4% d’entre eux sont transgenres, ces chiffres n’ont jamais été aussi élevés, mais il n’y a parmi eux que 17% de lesbiennes

Janvier 2017 : aux USA, au cours des années de présidence Obama, de 2003 à 2016 les mentalités ont beaucoup évoluées sur les questions de société, les moins de 35 ans partisans du mariage gay sont passés de 51% à 71%, et dans l’ensemble de la population les pro-mariage pour tous sont désormais majoritaires à 55%, mais les gestes homophobes se sont aussi multipliés jusqu’à la tuerie d’Orlando en juin 2016 ; seuls 28% des Américains (et 44% des républicains) sont partisans d’une abrogation du droit à l’avortement

Janvier 2017 : aux USA, l’ambassadeur américain au Danemark laisse une empreinte très positive à l’heure de quitter son poste, Rufus Gifford, 39 ans, est depuis 2013 le 6ème ambassadeur ouvertement homosexuel de l’histoire des USA, il a vécu avec celui qui est devenu chef du protocole de la Maison Blanche, il vit désormais avec le vétérinaire Stephen DeVincent, avec lequel il s’est marié à Copenhague en octobre 2015 ; il a joué dans une série télévisée danoise Je suis ambassadeur d’Amérique qui a eu du succès

Janvier 2017 : en Pologne, Barbara Nowacka, militante féministe, reçoit le prix Simone-de-Beauvoir attribué en France pour la liberté des femmes, elle est l’initiatrice de le mobilisation des femmes contre l’abolition de la loi sur l’avortement avec le comité Sauvons les femmes ; en 1993 des images sanglantes de fœtus ont été accrochées dans les églises polonaises et des religieuses ont dévalisé les pharmacies de leurs contraceptifs ; le 3 octobre 2016 les manifestations des femmes vêtues de noir, avec des cintres symboles des avortements clandestins, ont atteint leur paroxysme, avec près de 200 000 femmes sous la pluie à Varsovie, à Poznan et Wroclaw et dans de nombreuses petites villes, c’était le 1ère fois qu’elles faisaient grève ; la loi polonaise de 1993 est très restrictive, l’avortement n’est autorisé que s’il y a malformation de l’embryon, vie de la mère en danger, viol ou inceste, or il y a 80 000 à 100 000 avortements illégaux par an, un projet de loi (déposé par l’association Ordo Juris) veut aller plus loin (une femme violée même mineure devra mener sa grossesse à terme et les criminelles ayant avortées seront condamnées à 5 ans de prison)

Janvier 2017 : en Egypte, l’avocate Azza Soliman est interdite de sortie du territoire ; fondatrice du Centre d’assistance juridique aux femmes égyptiennes et de Avocats pour la justice et la paix, elle a aidé des milliers de femmes en butte aux violences conjugales et familiales ; elle est tombée sous le coup de la nouvelle loi sur les ONG interdisant des subventions venues de l’étranger le 14 décembre 2016

Janvier 2017 : en Inde, un violeur d’enfants en série est arrêté, il a bénéficié de la honte que provoquent dans les familles les crimes sexuels et de la culture de l’excuse pour les criminels, Sunil Rastogi, 38 ans, père de 5 enfants, il attirait les jeunes filles à la sortie des écoles pour les violer dans les cages d’escalier en Uttar Pradesh et en Uttarakhand, il avoue avoir agressé plus de 500 jeunes filles depuis 12 ans ; l’honneur garanti par la pureté des filles l’a protégé des dénonciations et à peine un crime sexuel concernant un mineur sur dix est rapporté à la police ; les mesures pénales ont été renforcées depuis le terrible viol collectif qui a coûté la vie à une étudiante à New Delhi en décembre 2012 et les grandes manifestations qui ont suivi et les plaintes ont augmentées de 53,5% de 2010 à 20015 et 1/4 des plaintes concernent des enfants, au total 34 651 viols ont été enregistrés en 2015

Janvier 2017 : au Brésil, une mère assassine son fils de 17 ans Itaberli Lozano, parce qu’il est gay, deux jeunes de 18 et 19 ans et le beau-père sont impliqués dans le crime

4 janvier 2017 : dans les locaux du ministère des Outre-Mer se tiennent les Etats Généraux des LGBTphobies dans les outre-mer, organisés par la Fédération Total Respect

6 janvier 2017 : lancement d’une mission de consensus confiée à l’animatrice de radio-télévision Flavie Flament, 42 ans, auteur du livre La Consolation (dans lequel elle avoue avoir été violée à l’âge de 13 ans, par un homme dont l’identité a été révélée peu après, David Hamilton) et l’ancien magistrat Jacques Calmettes, sur les délais de prescription des crimes sexuels commis sur des mineurs, ceux-ci ne peuvent porter plainte que 20 ans après leur majorité soit  jusqu’à l’âge de 38 ans si ils-elles avaient moins de 15 ans au moment des faits ; 2 pétitions ont été signées chacune par 20 000 personnes, l’une demandant l’imprescriptibilité, l’autre demandant un allongement des délais de prescription de 10 ans supplémentaires

21 janvier 2017 : parution de Penser la langue, l’écriture, le lesbianisme de Michèle Causse, à cette occasion se tient un débat entre Michèle Causse, Françoise Armengaud, Katy Barsac, Suzette Robichon et Catherine Gonnard

21 janvier 2017 : aux USA, la Women’s March organisée à l’occasion de l’investiture du président Donald Trump mobilise plus de 2 millions de personnes aux USA, à Washington (500 000 personnes), Los Angeles (500 000 personnes) et dans les autres villes (Chicago, Dallas, San Francisco, Denver, Boston) dans tout le pays plus de 200 marches sont organisées ainsi que dans des nombreuses villes occidentales (comme à Paris, Londres, Sydney, Amsterdam, Genève, Montréal, Mexico ou Tel Aviv), ce sont les “bonnets roses” pour la défense des droits des femmes, contre les incitations à la haine, les attitudes discriminatoires, les messages et actions réactionnaires ;  le New York Times a titré lors de la victoire de Donald Trump le 8 novembre 2016 “défaite pour le féminisme”, ce jour-là 54% des femmes ont voté pour Hillary Clinton et 42% des hommes, et parmi les femmes 94% des noires ont choisi Clinton et 53% des blanches

23 janvier 2017 : à Paris, la marche des anti-IVG “Marche pour la vie” mobilise des milliers de personnes, Nicolas Sevillia -secrétaire de la Fondation Lejeune –  en est un des porte-parole, organisée par des mouvements anciens (Choisir la vie, Renaissance catholique) et nouveaux (Survivants, Eveilleurs de conscience) ; la marche est soutenue par le mouvement Sens commun, animé par Madeleine de Jessey, secrétaire nationale LR, qui met en cause le délit d’entrave à l’IVG (par le biais de sites internet en particulier) en cours de discussion à l’Assemblée nationale (il sera adopté par celle-ci le 26 janvier)

23 janvier 2017 : la Conférence des évêques de France publie ses 1ères statistiques, depuis 6 ans sur la pédophilie dans ses rangs, 9 prêtres, diacres et religieux sont emprisonnés pour des violences sexuelles sur mineurs (autant qu’en 2010) tandis que 37 sont sortis de prison après exécution de leur peine, il y a 26 mis en examen (il y en avait 45 en 2010) ; l’Eglise a signalé en 6 ans 137 faits au parquet, alors que 222 victimes se sont manifestées ces dernières années auprès des diocèses ; pour la 1ère fois un recensement des victimes est effectué, elles sont au nombre de 322, plus de 60% témoignent de faits antérieurs à 1970, 35% de faits survenus de 1970 à 2000, et 4% d’agressions plus récentes ; certains victimes estiment qu’on voit encore trop peu de sanctions, ainsi Jean-Pierre Martin-Vallas, ancien du petit collège St-Louis de Gonzague à Paris, tenu par les jésuites, qui a mis en cause le père Lamande pour des actes subis en 1953, même si à la suite de cette révélation les jésuites ont édité en septembre 2016 Face aux situations d’abus sexuels, Prévention et actions

25 janvier 2017 : en Russie, les députés votent une loi de dépénalisation des violences domestiques, si elles n’entrainent pas d’hospitalisation, celles-ci relèveront désormais de peines administratives au lieu de délit pénal antérieur passible de 2 ans d’emprisonnement ; selon les statistiques officielles 40% des crimes graves dont sont victimes en priorité des femmes mais aussi des enfants, se produisent en milieu familial, et plus de 10 000 femmes meurent chaque année sous les coups de leurs conjoints, le Centre national contre la violence évalue à plus de 650 000 le nombre de femmes battues chaque année depuis 1995 par le mari ou un proche  ; la sénatrice Elena Mizoulina met en avant la “préservation des valeurs traditionnelles familiales” (à l’origine de la loi contre la “propagande homosexuelle”, elle est contre l’IVG et veut taxer les divorces) ; un collectif des femmes appelle à manifester le 4 février

26 janvier 2017 : le Conseil constitutionnel valide l’introduction de la notion d'”identité de genre” dans les dispositions pénales réprimant la diffamation ou des discriminations mais invalide l’amendement parlementaire qui interdisait les violences corporelles de la part des parents à l’égard des enfants

27 janvier-17 février 2017 : au Centre LGBT IDF, 2ème festival des cultures LGBT avec des expositions, lectures, concerts, projections et spectacles dans plusieurs lieux du centre de Paris

Février 2017 : l’artiste Jean-Luc Verna, 50 ans, fait l’objet d’une rétrospective au MAC/Val de Vitry-sur-Seine, adepte des piercings, tatouages et maquillages, chanteur (dans le groupe de “cabaret new wave” I Apologize), acteur, danseur, performeur, metteur en scène, dessinateur et peintre ; lui qui a un grand et beau corps, entièrement tatoué ne s’intéresse pas particulièrement à la beauté des corps, “la perfection anatomique c’est de l’art gay intracommunautaire toxique” ; de 15 à 20 ans il se prostituait dans les rues de Nice avant d’intégrer l’école d’art de la Villa Arson, un virage qui lui a sauvé la vie, entre séropositivité et toxicomanie ; le 27 novembre 2015 il a été invité à Marseille lors du 1er festival Transform organisé par le Collectif Idem

Février 2017 : sortie en France du film Moonlight déjà couvert d’éloges aux USA, de l’Américain Barry Jenkins, 37 ans, qui suit le parcours d’un jeune Noir homosexuel issu d’un quartier pauvre de Miami, de son enfance à l’âge adulte, une quête d’identité traversée par le rejet et l’insulte, avant même de se savoir homosexuel ; le journal Libération note la résonance de ce film avec les propos de Judith Butler (dans Vie psychique du pouvoir) sur le sujet “qui cherche le signe de sa propre existence en dehors de lui-même, dans un discours qui  est à la fois dominant et indifférent” et fabriquant un “domaine des corps impensables, abjects et invivables”; Barry Jenkins, originaire de Miami, souligne qu’il s’agit “de conscience : grandir en étant déjà autre au sein de sa communauté avant de le savoir soi-même”. Il dit ailleurs :”La vie en Amérique n’a jamais été facile pour les Noirs. dans l’homosexualité, il y a l’idée de pénétration. Et se faire pénétrer est vu comme un signe de vulnérabilité, de faiblesse, de soumission. Laquelle est perçue comme dangereuse. Elle renvoie l’homme noir à un passé très douloureux dans l’histoire américaine.”

Février 2017 : parution du livre Le Sacré incestueux coécrit par un sociologue (Olivier Bobineau), un prêtre (Joseph Merlet) et une juriste (Constance Lalo) ils tentent de décrypter les racines de la pédophilie des prêtres, revenant au concile de Trente (1545-1563) qui a définit l’intouchable sacré ( “Touche pas à mon corps, touche pas à ton corps – condamnation de la masturbation – et touche pas à son corps – celui de la femme, celui de l’autre -.”), à un document de l’Eglise de 1922 condamnant le “délit de sollicitation” (un prêtre ne doit pas à l’occasion de la confession solliciter du pénitent des faveurs sexuelles) et à la recommandation qui a toujours été faite aux séminaristes de sublimer leur sexualité dans le divin ; ils analysent les risques liée à la dimension sacrée du prêtre et la dimension paternelle qui leur est attribuée par la tradition, ainsi que le contexte nouveau pour eux celui de l’érotisation de la société  et de leur situation d’isolement ; ils soulignent aussi l’incapacité qu’a l’Eglise d’assumer sa responsabilité en choisissant désormais de rejeter le prêtre fautif (livré à la justice, réduit à l’état de laïc, oublié) pas plus qu’elle ne l’assumait lorsqu’elle procédait à sa mutation sans réfléchir davantage

Février 2017 : en Grande-Bretagne, rétrospective consacrée à David Hockney, 80 ans, à la Tate Gallery ; dans les années 1960 il était un jeune artiste homosexuel qui prenait des risques dans un pays où pesait le poids de l’interdit (l’homosexualité était alors un délit), dans les années 1968-1977 il exécutait des des peintures de ses parents, de l’écrivain Christopher  Isherwood ou du peintre Don Bachardy, dans les années 1980 il ne faisait plus scandale

Février 2017 : en Egypte, le conseil des oulémas d’Al Azhar, la plus haute autorité islamique du pays, réaffirme la validité du divorce verbal, ne nécessitant ni témoin ni document, comme à l’époque du Prophète ; le président Abdel Fattah al-Sissi suggère au contraire l’adoption d’une loi prévoyant la présence d’un représentant légal afin de reconnaître le divorce,  l’heure où il y a 160 000 cas de divorce pour 900 000 mariages en 2015 et un taux de divorce de 40% dans les 5 premières années du mariage, les hommes ayant recours au divorce verbal pour échapper à leurs obligations financières envers leurs épouses et enfants, alors que les femmes doivent recourir aux tribunaux pour divorcer et se trouvent confrontées à de multiples obstacles, d’autant que les violences physiques doivent être étayées par des témoins, et elles doivent accepter de perdre leurs droits financiers et rembourser la dot apportée par le mari

Février 2017 : à Marseille, le réfugié turc Deniz, 22 ans témoigne de son exil depuis sa ville natale d’Izmir, il a participé à des manifestations revendiquant le droit des minorités, puis caché dans un camion embarqué sur un bateau il a quitté fin 2015 un pays marqué par un niveau élevé d’homophobie et par une lecture rigoriste de la religion

1er février 2017 : au Venezuela, pour la 1ère fois un couple de femmes est reconnu comme mères légales de leur enfant, mariées en Argentine elles n’avaient pas pu faire reconnaître leur union, après l’assassinat de l’une de sa compagne Ginniveth Soto, Migdelis Miranda a fui en Argentine avec son fils, grâce au soutien de Venezuelian Equality Association, la Cour Suprême a contraint le conseil national électoral à délivré le 1er certificat de naissance reconnaissant 2 mamans

2 février 2017 : à Aulnay-sous-Bois, un jeune homme, Théo (Théodore L.), 22 ans, éducateur de quartier, est maltraité par la police, il accuse la police de l’avoir violé (attesté par une blessure du canal anal) avec un bâton télescopique ; cette affaire réveille le souvenir d’autres faits de “viols”(par objet), celui d’Alexandre T. le 29 octobre 2015 à Drancy, d’Ahmed Selmouni en 1991 lors d’une garde à vue (pour lequel la France a été condamnée par la Cour européenne des droits de l’homme) ou encore de Yves B. le 11 février 1976 impliqué dans l’assassinat d’un convoyeur de fonds  à Marseille (qui dira “on m’a enfoncé une matraque dans l’anus à plusieurs reprises. J’ai ressenti de violentes douleurs. Alors j’ai avoué ce qu’on me demandait de dire.”)

6 février 2017 : à Marseille, l’acteur de la série Plus Belle la Vie, Laurent Kerusoré, annonce vouloir quitter Marseille après les agressions à caractère homophobes dont il a été victime, en particulier depuis l’année 2013 marquée par l’hystérie homophobe liée aux manifestations de La Manif pour Tous

6 février 2017 : en Grande-Bretagne, l’arbitre international de rugby de 45 ans, le gallois Nigel Owens déclare qu’il aura “tout fait pour être normal aux yeux des gens”; 1er arbitre ouvertement gay, il a fait son coming out en 2007 mais l’assumer a été compliqué, il a souffert de boulimie, est devenu accro aux stéroïdes et à la gym, a tenté de se suicider, il a demandé à être castré chimiquement, enfin il dira “réussir à accepter qui j’étais m’a sauvé la vie” mais c’était plus dur que la pression folle d’arbitrer une finale “devant 85 000 personnes”

6 février 2017 : en Australie, une commission royale rend publique une enquête sur les abus sexuels de l’Eglise qui indique que 7% des prêtres ont été accusés d’avoir commis des actes pédophiles en 1950 et 2010, et 15% dans certains diocèses ; 4 444 cas d’abus sexuels ont été rapportés aux autorités de l’Eglise entre 1980 et 2015, 90% des victimes ont été des garçons en moyenne de 11 ans et demi (10 ans et demi pour les filles) ; près de 1 900 religieux ont été identifiés mais 500 autres noms ne sont toujours pas connus, les statistiques les plus élevées concernent des monastères, 40% des frères au sein de l’ordre des Brothers of St John of God (St Jean de Dieu) qui accueillait notamment des orphelins ; il s’est écoulé 33 ans en moyenne entre l’acte et la dénonciation ; le père Gerald Ridsdale a agressé pendant 20 ans au gré de ses mutations une cinquantaine d’enfants, âgé de 82 ans il est désormais en prison ; 60%des témoignages font état de violences pédophiles au sein d’institutions religieuses, 37% sont liés à un établissement géré par l’Eglise catholique, un millier d’établissements sont concernés, les auteurs désignés sont 597 frères, 572 prêtres, 543 laïques et 96 sœurs ; le cardinal ultra-conservateur George Pell, responsable dans le diocèse de Ballarat, dans l’Etat de Victoria,  entre 1971 et 1997, est soupçonné d’avoir couvert les exactions de 5 prêtres

8 février 2017 : l’ONDRP (observatoire national de la délinquance et des réponses pénales) a effectué une enquête auprès de 290 personnes qui révèle que 62 000 femmes et 2 700 hommes sont victimes d’un viol ou d’une tentative de viol chaque année, 60% des victimes sont mineures, mais seule une victime sur 5 (20%) s’est rendue à la police, 13% ont porté plainte et 4% ont déposé une main courante, ainsi 4 victimes sur 5 n’ont pas fait de démarche, pour 62% d’entre elles pour “éviter des épreuves supplémentaires” ; la honte et la culpabilité continue à peser et 31% estiment que les faits ne sont “pas graves”

8 février 2017 : sortie du documentaire du Franco-autrichien Patric Chira Brothers of the night sur de jeunes prostitués “hétérosexuels” venus de Bulgarie à Vienne, en Autriche, en quête d’argent facile, via la prostitution, au Rüdiger Café ;  ils parlent un mélange de romani, bulgare et turc que Patric Chiha ne comprend pas mais choisit de laisser s’exprimer, mettant à jour leur monde de vérité et mensonge, de réel cru et de fantasme, de virilité surjouée et d’homosexualité niée ; “peu à peu, les contours homo et hétéro se déplacent, s’imprègnent mutuellement, se confondent dans la même pulsation du désir, et ces garçons si durs, parfois violents, finissent par se projeter dans leur propre féminité caparaçonnée” note Mathieu Macheret dans Le Monde

15 février 2017 : publication du Dictionnaire des féministes auquel ont contribué 198 auteure.s sous la direction de Christine Bard

22 février 2017 : aux USA, les départements de la justice et de l’éducation informent qu’ils ne suivront pas les recommandations de l’administration Obama d’appliquer le principe de non-discrimination dans l’enseignement afin de permettre aux personnes transgenre d’accéder aux toilettes du sexe auquel ils ou elles s’identifient et non à celui de leur naissance ; l’attorney general des USA Jeff Sessions est opposé à cette disposition, alors que la secrétaire à l’éducation, Betsy Devos, y est favorable

27 février 2017 : en Grande-Bretagne, les 1ers témoins d’une vaste enquête sur les abus sexuels pédophiles perpétrés dans l’empire britannique de 1946 à 1974 sont entendus, l’enquête doit durer 5 ans, elle concerne des écoles, des hôpitaux, des orphelinats, ds institutions religieuses ou militaires ; en Australie ont été envoyés entre 7 000 et 10 000 enfants isolés, mais cela s’inscrit dans un processus beaucoup plus long, pendant 350 ans jusqu’en 1974 environ 350 000 enfants britanniques ont été exilés vers le Canada, la Nouvelle Zélande, l’Australie et la Rhodésie du Sud, avec l’objectif de peupler l’empire britannique “avec un bon stock de Britannique blancs”, gérés par des ordres religieux catholiques ou anglicans (comme Barnardo’s ou Fairbridge Society) les enfants se sont retrouvés lâchés dans la nature une fois débarqués, à la merci de prédateurs, contraints à des travaux forcés, battus et violés pour une majorité d’entre eux ; il reste 2 000 survivants en Australie, le gouvernement de ce pays leur a présenté des excuses en 2009 et le Royaume Uni l’année suivante

28 février 2017 : reparution du journal Têtu – bimestriel – après 19 mois d’éclipse et l’arrivée de nouveaux dirigeants ; il a été créé en 1995, avec le soutien du mécène Pierre Bergé, mais chroniquement déficitaire il a été mis en liquidation après 20 ans d’existence en juillet 2015 au 212ème numéro ; en novembre 2015 la start up Idyl a repris les actifs (pour 102 000 €) elle a créé So Têtu et Têtu.com qui bénéfice de 500 000 visiteurs par mois

Mars 2017 : les candidats à l’élection présidentielle affichent leurs position sur les questions LGBT, Marine Le Pen promet l’abrogation de la loi sur le mariage pour tous, elle prévoit pour le remplacer la création d’une union civile (un pacs amélioré sur la transmission du patrimoine notamment), sans effet rétroactif pour les couples mariés, François Fillon ne reviendra pas sur le mariage entre personnes de même sexe mais réservera l’adoption plénière aux couples hétérosexuels afin de maintenir la filiation biologique dans les autres cas, il veut des sanctions renforcées en cas de gestation pour autrui, Benoit Hamon et Jean-Luc Mélenchon promettent l’ouverture de la PMA à toutes les femmes ; pour Emmanuel Macron toutes les familles et toutes les personnes ont droit à une égale considération, “la diversité est un trésor”, s’il est favorable à la PMA il se montre prudent  dans l’attente de l’avis du Comité consultatif national d’éthique (saisi depuis 4 ans) et tiendra compte de l’état de la société, il reconnaîtra les enfants nés sous GPA à l’étranger mais ne souhaite pas autoriser la GPA en France, il ne réintroduira pas les ABCD de l’égalité mais les associations pourront continuer à intervenir dans le temps scolaire, il ajoute qu’il “faut être féministe c’est une obligation morale”

Mars 2017 : au Vatican, une tension se manifeste entre la Commission pour la protection des mineurs (dirigée par le cardinal Sean O’Malley) et la Congrégation pour la doctrine de la foi (dirigée par le cardinal Gerhard Ludwig Müller) qui gère les dossiers de prêtres pédophiles ; le 1er mars Marie Collins, ancienne victime irlandaise, démissionne de la Commission dont elle est membre depuis 2014, car elle n’a pas obtenu qu’il soit répondu systématiquement et personnellement à chaque victime ; le britannique Peter Sanders, ancienne victime lui aussi, s’est mis en congé un an auparavant, en critiquant l’appui apporté par le pape à certains prélats accusés de négligence ; de plus la Commission a demandé un tribunal pour juger les évêques ayant couvert des prêtres pédophiles mais c’est une commission de discipline qui a été préférée (le cardinal Barbarin et l’australien Mgr Georges Pell , préfet du secrétariat pour l’économie, pourraient être concernés, pour n’avoir pas assez prêté attention à des prêtre de leurs diocèses respectifs concernés par ces affaires) ; enfin à son tour le pape François est mis en cause – par Peter Saunders –  pour le soutien apporté à l’évêque chilien d’Osorno, Juan Barros, soupçonné de “protéger” un prêtre pédophile (Fernando Karadima), et il est confronté à son attitude en tant qu’évêque à Buenos Aires car il aurait aidé dans sa défense le père Julio César Grassi, celui-ci vient d’être condamné à 15 ans de prison et le pape doit désormais décider s’il doit être démis de son état clérical ; le 5 mars le cardinal Müller répond dans un entretien au Corriere della Sera qu’il n’est pas besoin de tribunal spécial pour juger les évêques car la Congrégation pour les évêques peut s’en charger elle-même et que c’est à chaque évêque de répondre aux victimes “selon le principe de l’autonomie des diocèses et de la subsidiarité”

Mars 2017 : la sortie du film La Belle et la Bête adaptée par Disney provoque des polémiques à cause d’un “moment gay” (une “liaison” entre le personnage du Fou et le beau garçon qui veut séduire la Belle, une “jolie scène” que le cinéaste Bill Condon se targue d’avoir insérée), en Malaisie la censure qualifie ce moment de “gay” qui sort avec interdiction aux moins de 13 ans, le Koweit banni le film, la Russie l’interdit aux moins de 16 ans, le clergé chrétien de Singapour accuse Disney, aux USA 90 000 personnes signent la pétition hostile du pasteur Franklin Graham

Mars 2017 : sortie du livre de l’auteur suédois Jonas Gardell N’essuie jamais de larmes sans gants dans lequel il suit la destinée d’une dizaine d’homosexuels, il rappelle que dans les années 1980 les victimes du sida étaient enfermées dans des sacs-poubelles noir, le secret médical n’était pas respecté et les malades non plus car “ils l’avaient bien cherché”, ils étaient internés avec humiliations, réprimandes et maltraitances jusqu’à la mort où le concubin d’un défunt se voyait dépossédés des liens avec son amant par la famille

Mars 2017 : parution du livre de l’italienne Goliarda Sapienza Rendez-vous à Positano paru en Italie en 1984 qui raconte la relation de Goliarda avec la riche héritière Erica

Mars 2017 : à Orléans, les victimes du père Pierre de Castelet mettent en cause sa hiérarchie ; la police a pris connaissance du tome IV de son “Livre de vie”, dans lequel il retraçait en langage crypté sa vie au cours des années 1990 mais ce document ne révèle rien de significatif ; le prêtre est en particulier accusé d’attouchements sexuels sur des garçons de moins de 13 ans lors d’un camp de vacances (organisé par le Mouvement eucharistique des jeunes) dans les Pyrénées Atlantiques en juillet 1993, plusieurs témoignages de parents de victimes sont remontées à l’évêché d’Orléans au cours des années 1990-2000 (Mgrs Picandet, Daucourt et Fort), elles ont été soigneusement conservées, ni l’ordre religieux concerné ni les 3 évêques qui se sont succédé n’en ont pas informé la justice ; 3 anciens pensionnaires (Olivier Savignac, Philippe C. et Paul W.) ont découvert que le père était toujours en contact avec des mineurs ; en 2011 le dernier évêque Mgr Blaquart a pris l’initiative d’informer le parquet d’Orléans et relève le père de Castelet de ses responsabilités au sein des Scouts d’Europe ; le 31 janvier 2012 Olivier Savignac a porté plainte, puis les 2 autres victimes à leur tour, en octobre 2013 le parquet a délivré un réquisitoire supplétif pour non dénonciation d’atteinte sexuelle ; interrogé par la justice le prêtre n’a pas nié les faits : “C’est la tranche d’âge qui m’attirait le plus. Et ce que je cherchais c’était d’entrer dans leur intimité, à être proche d’eux, mais toujours en étant gentil, sans les brusquer, et je ne me rendais pas compte du tout du mal que ça pouvait leur faire. Il s’agissait de sujets tabous à ‘époque, et personne n’en parlait.”

Mars 2016 : aux Ménuires,  se déroule la 9ème European Gay Ski Week avec plusieurs centaines de participants, et ses nombreuses animations, organisées par le réseau social Blued ; la 3ème Fierté Montpellier Tignes Pride est organisée à Tignes ce que les organisateurs appellent la 1ère “marche” de l’année, avec 800 skieurs (ils ont pris l’habitude de rassembler des skieurs LGBT chaque hiver depuis 2008)

Mars 2017 : parution du livre d’un Collectif Pour un féminisme de la totalité qui défend une conception radicale et révolutionnaire du féminisme, avec des contributions de Felix Boggio Ewanjé-Epée, Stella Magliani-Belkacem, Morgane Merteuil et Frédéric Monferrand (les coordonnateurs), Johanna Brenner, Tichi Bhattacharya, Silvia Federici, Peter Drucker, Sara Farris ou encore Angela Davis

Mars 2017 : en Tunisie, le chercheur et écrivain Farhat Othman, auteur de livres sur la question de l’homosexualité en islam et sur Ihsane Jarfi assassiné en Belgique en avril 2012, souhaite libérer l’islam de ses tabous et faire revivre les valeurs de l’islam soufi ouvert à la liberté des mœurs, fait connaître son projet de loi pour l’abolition de l’homophobie dans son pays, fondée sur l’article 230 du code pénal

3-5 mars 2017 : à Marseille, Zak Ostman, 35 ans, militant LGBTI algérien, fondateur de Shams France, réfugié, est drogué au bar le Polikarpov, volé , séquestré et violenté pendant près de 48h dans une chambre d’hôtel, il doit son salut au passage de la police municipale sous ses fenêtres, ceux-ci parviennent à le libérer et à arrêter ses ravisseurs ; ceux-là, des légionnaires déserteurs, irlandais et chilien, n’auraient pas eu l’intention de casser du gay selon leur avocat Me Gaëtan Poitevin ; SOS homophobie prévoit de se constituer partie civile ; Zak Ostman, menacé de mort dans son pays, arrivé en France le 9 juillet 2014, a publié en 2013 un manifeste contre la pénalisation de l’homosexualité en Algérie (art. 333 et 338 du code pénal condamnant les homosexuels à 2 à 5 ans de prison ferme), en 2016 il a a coécrit avec Ludovic-Mohamed Zahed un ouvrage dénonçant les tortures à l’encontre des homosexuels pendant la guerre civile en Algérie entre 1992 et 2007 Genre interdit : nos années noires, entre totalitarisme et obscurantisme. Mes luttes, ma liberté, mon exil, il est le 1er homosexuel à avoir, depuis le sol algérien, déclaré publiquement son orientation sexuelle et revendiqué son droit à vivre dignement dans la différence

4 mars 2017 : en Slovaquie, célébration du 1er mariage d’un couple de même sexe à Maribor, en vertu d’une loi de 2016 (consécutive au référendum de 2015 rejetant le droit à l’adoption des couples de même sexe)

9 mars 2017 : à Paris, 1er colloque international sur “la santé des LGBT” organisé par Manuel Picard, président de l’association organisatrice des Gay Games de Paris en 2018 ; selon une enquête (dirigée par le Dr Thibault Jedrzejewski) sur 3 200 réponses, seulement 7,3% des femmes et 23,6% des hommes déclarent avoir reçu d’un médecin généraliste des informations adaptées, utiles et intéressantes sur la prévention des infections sexuellement transmissibles ou la sexualité, et plus de 34,7% de ceux qui ont fait leur coming out médical se sont sentis jugés par leur médecin ; il y a une invisibilisation de la santé des lesbiennes (IST, risques cardio-vasculaires, cancer du sein et du col de l’utérus) et une quasi-absence d’études sur les questions trans’

11 mars 2017 : à Barcelone, deux homosexuels, Andy 28 ans et Jorge 23 ans, qui s’embrassaient à la sortie d’un bar (Le General) sont tabassés par une douzaine d’hommes ; l’assemblée nationale de Catalogne appellera ses administrés à se réunir pour soutenir la campagne lancée par le collectif AJIB Bergueda et le lundi 13mars des centaines d’anonymes envahiront la Plaça Sant Pere

13 mars 2017 : en Tunisie, le cinéaste Karim Belhal, 38 ans, est interpelé dans son appartement à Tunis en compagnie de son amant de 21 ans, ils admettent avoir eu des relations sexuelles consenties et seront détenus à la prison  civile de Mornaguia pour “délit d’homosexualité” (art. 230 du code pénal) ; plusieurs instances du cinéma français et international se manifesteront en leur faveur

18 mars 2017 : 1ère rencontre inter-associative trans-intersexes de France (regroupant 13 associations) destinée à la création d’un collectif national ; cette inter-associative est créée 4 mois après la publication de la loi du 18 novembre 2016 qui instaurait de nouvelles procédures relatives au changement de prénom à l’état-civil mais à des conditions inacceptables, d’arbitraire administratif, laissant de fait les fonctionnaires de l’état-civil accepter ou non les demandes ; quelques jours auparavant, 18 associations (les mêmes auxquelles s’ajoutaient la Fédération LGBT, ADHEOS, le CLGBT Poitou-Charente, la fédération Solidaires et Act-Up Paris) écrivaient une lettre ouverte au ministre de la Justice pour dénoncer la circulaire (du 17 février 2017) de présentation du ministre qui donnait des directives aux officiers de l’état-civil pour appliquer cette loi afin de mettre en adéquation “l’apparence physique” et le nouveau prénom, faisant fi de l’avis des personnes concernées

21 mars 2017 : la Cour de cassation se saisit du cas de Gaëtan Schmitt (le nom qu’il s’est choisi), intersexe de 66 ans, il est né avant la vague des opérations qui ont commencé à la fin des années 1950 destinées à choisir un sexe arbitrairement (dans les 5 jours qui suivent une naissance) et ses parents l’ont déclaré de sexe masculin, il a eu une vie professionnelle (fonctionnaire au ministère de la Culture, guide touristique, professeur de français aux USA, etc.) et une vie de couple (marié à 42 ans, un garçon adopté qui a 25 ans), en 2006 il a découvert les associations intersexes, il en est devenu un militant actif, il a obtenu du tribunal de Tours d’être qualifié de “sexe neutre” le 20 août 2015, mais la cour d’appel d’Orléans a cassé cette décision en mars 2016, prétextant que son “rôle social masculin” est attesté par son statut d’homme marié et de père adoptif ; il veut faire respecter l’article 8 de la convention européenne des droits de l’homme qui garantit à chacun le droit au respect de la vie privée ; on estime à 200 le nombre d’enfants concernés sur les 800 000 naissances annuelles en France ; Vincent Guillot, représentant en France de l’OII (organisation internationale des intersexes), 51 ans, opéré, souffre de séquelles nombreuses (douleurs, dépression, infection urinaire) et marche avec une canne : le Défenseur des droits a émis un avis en faveur des intersexes en février 2017 et le président Hollande à son tour le 17 mars ; la définition “troubles du développement sexuel” (DSD), adoptée en 2008 aux USA laisse entendre qu’il s’agit d’une pathologie, ce que conteste l’association intersexe nord-américaine créée en 1993 ; plusieurs Etats se sont déjà déclaré en faveur de la reconnaissance d’une identité non binaire (Allemagne, Malte, Australie, Inde, Malaisie, Népal, Nouvelle Zélande, Afrique du Sud) ; la Cour de cassation doit rendre sa réponse le 4 mai

22 mars 2017 : en Allemagne, le gouvernement adopte un projet de loi de réhabilitation des hommes qui ont été poursuivis par la justice, après 1945, à cause de leur orientation homosexuelle en vertu du §175, le projet prévoit une indemnisation de 3 000 € et 1 500 € par année de détention ; on évalue à 68 000 le nombre d’hommes qui ont ainsi été condamnés, pour la plupart à la fin des années 1960, lorsque les deux Allemagnes se sont engagées à poursuivre les relations homosexuelles avec mineurs ; Fritz Schmehling, 74 ans, raconte qu’en 1957, à l’âge de 15 ans, apprenti menuisier, il a été condamné à 4 jours de privation de liberté, peine qu’il a du effectuer pendant 4 week-end, originaire de Baden-Baden il lui a fallu attendre 1961, à 21 ans, pour aller vivre librement son homosexualité à Berlin-Ouest

23 mars 2017 : Marie-Claude Bompard, maire de Bollène (Ligue du Sud, d’extrême droite), est relaxée, après l’action intentée contre elle pour avoir refusé un mariage homosexuel, l’association qui a intenté l’action est déclarée “irrecevable à agir”

24-26 mars 2017 : 23ème Sidaction parrainé par les chaines de télévision, à l’heure où 153 000 personnes vivent avec le VIH et où 25 000 ne savent pas qu’elles sont séropositives ; en 2016 le Sidaction a consacré 3,37 millions € à 101 programmes en France (prévention et aide aux personnes), 4,72 M€ à l’international (137 projets dans 20 pays), 3,14 M€ pour la recherche (30 projets) et 1,63 M€ pour des actions de sensibilisation

25-26 mars 2017 : à Paris, le  18ème Printemps des Assoces rassemble plus de 100 associations LGBT+, les organisateurs espèrent faire mieux que les 5 000 personnes et plus qui ont parcouru la Halle des Blancs Manteaux en 2016, avec de nombreux débats, ateliers, expositions, des tests de dépistage et des conseils juridiques

29 mars 2017 : le Centre LGBT Ile de France lance le programme urgence archives destiné à collecter les archives et documents dont se séparent les personnes et les associations afin d’éviter qu’elles ne soient perdues, dans l’attente de la concrétisation de la consultation organisée par la ville de Paris

31 mars 2017 : 146 scientifiques, médecins et chercheurs dans le domaine des sciences de la vie, mettent en cause l’action de la Fondation Jérôme-Lejeune et demande que soit reconsidérée sa reconnaissance d’utilité publique, attribuée lors de sa création en 1996 ; spécialisée dans la recherche sur la trisomie 21 cette fondation, présidée par Jean-Marie le Méné, est l’une des organisatrice de la “marche pour la vie” qui rassemble tous les ans les opposants à l’IVG, hostile à toute recherche sur les cellules souches embryonnaires humaines (nécessaire pour les travaux sur de nombreuses maladies génétiques), elle a engagée 19 procédures devant le tribunal administratif, 9 autres devant la cour administrative d’appel de Paris et 10 devant le Conseil d’Etat, bloquant ainsi de nombreuses recherches en cours, pour un coût de 200 000 € en 3 ans (peu de choses au regard de son budget annuel de 10 millions €)

31 mars 2017 : aux USA, décès à New York de Gilbert Baker, créateur du Rainbow Flag, 65 ans ; il ‘est engagé dès les années 1970 dans les mouvements homosexuels à San Francisco, lié d’amitié avec Cleves Jones (son amant depuis cette époque) et Harvey Milk (1er conseiller municipal ouvertement gay, assassiné en 1978) ; en 1994 (25 ans de Stonewall) il a imaginé le plus grand Rainbow Flag du monde et en 2003, plus encore, il a créé un drapeau qui s’est étendu du golfe du Mexique à l’Océan Atlantique, dont des morceaux ont été envoyés dans 100 pays

31 mars 2017 : journée internationale de la visibilité trans ; à cette occasion TF1 diffuse les premiers épisodes de Louise, Arte avait ouvert la voie en 2015 avec sa minisérie Paris, mais à la différence d’Arte, TF1 n’a pas fait appel à une comédienne transidentitaire, mais la fiction française est largement inexistante dans ce domaine alors que aux USA la trans Laverne Cox est devenue une icône du petit écran en 2013 dans Orange Is the New Black, et depuis 2010 les comédien-ne-s trans sont nombreux dans la fiction américaine ; Hélène Hazera souligne que dans les années 1970 il y avait des téléfilms avec des trans dans le rôle principal ; le cinéma a fait des avancées récentes avec Wild Side de Sébastien Lifschitz en 2003 avec Stéphanie Michelini, 47 ans, et Pascale Ourbih (dans Venus et Apollon sur Arte, la Nouvelle Maud sur FR3, Pigalle la nuit diffusé en 2009 sur Canal +) a été une des rares actrices transgenres française à avoir joué pour le cinéma ou la télévision

Avril 2017 : à quelques mois des marches de la Pride, les Lesbian & Gay Pride de Bordeaux, Toulouse, Montpellier et Marseille traversent une période difficile ; la LGP de Bordeaux s’est sabordée contraignant le CGL Le Girofar à prendre la relève ; les organisateurs de la Pride de Toulouse sont confrontés à des contraintes en matière de sécurité qui conduisent à des coûts prohibitifs ; la LGP de Montpellier est confrontée au déménagement partiel au Canada de son président Vincent Boileau-Autin ; la LGP de Marseille vit une nouvelle mutation, le Collectif IDEM organisateur des marches de 2014-2015-2016 (celle de 2016 ayant dû, comme celle de Nice, se cantonner à un rassemblement fixe pour des raisons de sécurité) s’est retiré, désormais le milieu des commerçants reprend l’initiative aux côtés d’un certain nombre d’associations

Avril 2017 : le Font National attire davantage les homosexuels, les hommes homosexuels ou bisexuels sont aussi nombreux (28%) que les hétérosexuels à vouloir voter pour le FN ; Sylvain Brouard montrait que 32,45% des couples homosexuels mariés avaient voté pour le FN au 1er tour des régionales en 2015 ; le rejet de l’homosexualité chez les musulmans joue un rôle dans l’attention que les homosexuels portent au FN, ainsi que l’ouverture dont fait preuve le FN  l’égard des homosexuels (Florian Philippot vice président du FN, Sébastien Chenu conseiller régional des Hauts de France, Steeve Briois, Julien Odoul, David Masson-Weyl président de l’association FN de Sciences Po) et la retenue de Marine Le Pen face aux manifestations contre le mariage pour tous, ou encore la déception de nombreux homosexuels à l’égard du mandat de François Hollande ; cependant Florian Philippot est conscient de l’homophobie qui se manifeste en interne, il a assuré à Guillaume Laroze, éphémère cadre d’un collectif frontiste : “Tu sais, moi aussi je me fais insulter tout le temps”

Avril 2017 : parution du livre de René Pavans de Ceccaty Enfance, dernier chapitre, né en Tunisie en 1952, après son frère Jean Pavans né en 1949, sa famille est arrivée en France en 1958 et il a poursuivi ses études à Montpellier de 1962  1965, il s’efforce de retrouver ses souvenirs d’enfance et sa découverte des écrivains, des poètes et des peintres (P.-P. Pasolini, Violette Leduc, Pissaro, Cézanne) ; il est l’auteur d’Aimer (1996) et de L’Hôte invisible (2007)

Avril 2017 : sortie du film sud-africain de John Trengrove Les Initiés concernant les rituels de l’ethnie Xhosa, deux fois par an, par le biais de l’initiation traditionnelle (l’ukwaluka) les jeunes gens sont censés devenir de vrais hommes, ils sont initiés par des hommes plus âgés exerçant sur eux un pouvoir parfois abusif, ils sont d’abord circoncis, et dans un milieu patriarcal où l’homosexualité est désignée et combattue comme un tabou absolu, elle est plus ou moins consciemment tolérée et entretenue dans la promiscuité de certains rites laissant la place aux désirs et aux sentiments individuels ; Vija , père de famille, est amoureux du jeune ouvrier homosexuel Xolani, celui-ci est chargé de Kwanda un citadin qui refuse de se soumettre à ces parangons de la virilité qui se cachent pour faire l’amour entre eux et l’humilient faute de pouvoir le posséder

Avril 2017 : sortie du film One kiss de Ivan Cotroneo, Lorenzo est amoureux d’Antonio mais dans ce lycée du nord de l’Italie il ne faut jamais qu’on puisse vous prendre pour un pédé…

Avril 2017 : à Paris, l’Open Café dirigé par Bernard Bousset, rue des Archives, dans le Marais, est confronté à son tour à l’important processus de “gentrification” , après l‘Amnesia et le Central en 2008, l’Oiseau bariolé et le Keller en 2010, le Spyce en 2016, après la librairie Agora presse, les établissements ferment leurs portes tour à tour depuis une dizaine d’années remplacés par des boutiques de luxe et des enseignes de prêt-à-porter ; à 75 ans, Bernard Bousset, figure historique de la cause gay et de la lutte contre le sida (cofondateur du Sneg en 1990), n’est pas optimiste en ce qui le concerne, il a géré le sauna IDM (à côté du Palace) et ouvert le Quetzal en 1987 (rue de la Verrerie), “c’est moi qui ai lancé le Marais” aime-t-il dire, faisant référence à l’époque où les gays ont quitté la rue Sainte-Anne et les Halles pour venir dans le Marais, populaire et bon marché, il a ouvert l’Open Bar en 1995 et ouvert le Raidd bar, rue du Temple, en 2000

Avril 2017 : le réseau LGBT en France du cabinet BCG (Boston Consulting Group) fait état d’une signature par le cabinet BCG de la Charte d’engagement LGBT de l’Autre Cercle, et son président Gontran Bernard, directeur de projet au BCG, fait état des résultats d’une enquête réalisée en 2016 auprès d’étudiants diplômés : 4 répondants sur 5 disent assumer leur orientation sexuelle, mais 1 sur 2 ne se sent pas serein à l’idée de répondre à une question de son manager sur son couple, et 11% préfèrent mentir en se faisant passer pour célibataires ou en mentant sur le sexe du partenaire ; ils sont 62% à juger les entreprises françaises en retard par rapport à leurs “cousines” européennes et entre deux offres d’emploi proches les candidats gays privilégient l’entreprise ayant la plus forte culture gay-friendly ; BNP Paribas a été reconnue en 2016 comme le 2ème groupe de plus gay-friendly dans le monde, derrière IBM, selon le classement de la fondation Workplace Pride, et l’association Stonewall britannique le Service de renseignement intérieur M15 est l’employeur britannique le plus gay-friendly

1er-2 avril 2017 : aux Pays-Bas, une agression homophobe se produit dans la nuit à Arnhem contre Jasper et Ronnie Sewratan-Vernes, en réponse de nombreux couples décident de se tenir dans la rue la main dans la main, à commencer par deux personnalités politiques de 1er plan (Alexander Pechlold et Wourter Koolmess)

1er avril 2017 : en Argentine, le cadavre de Micaela Garcia est retrouvé dans les environs de Gualeguay (à 230 km au nord de Buenos Aires) après 7 jours de recherche, 21 ans, militante au sein du collectif Ni una menos (Pas une femme de moins) créé en 2015 pour lutter contre les violences sexistes ; Sebastien Wagner, 30 ans, principal suspect du viol et de l’assassinat a été condamné pour deux viols commis en 2010, à 9 ans de prison en 2012, mais il a bénéficié de liberté conditionnelle en juillet 2016 ; des ONG recensent 322 femmes assassinées dans le pays en 2016 ; de nombreuses marches spontanées réuniront des milliers de personnes au cours du week-end du 8-9 avril

1er avril 2017 : en Tchétchénie, Etat membre de la Fédération de Russie, selon le journal russe indépendant Novaïa Gazeta, une vague de persécutions cible  des homosexuels depuis décembre 2016, déjà 3 personnes sont décédées (une dans sa famille, les 2 autres par les forces de sécurité) ; les victimes seraient détenues dans des lieux tenus secrets à 30 ou 40 personnes par cellule, humiliées par leurs geôliers, parfois battus à mort ou renvoyés dans leurs familles qui laveront leur honneur en les assassinant ; le porte-parle du chef de l’Etat, Ramzan Kadyrov, dément les accusations : “Il est impossible d’interpeller ou de harceler ceux qui n’existent pas” ; l’un des 1ers capturés a déclaré : “Deux gays étaient avec moi, mais 20 autres que je ne connais pas ont également été capturés” ; 3 lieux de détention sont identifiés à Grozny, Argoun et Totsi-Iourt ; Igor Kochetkov, dirigeant du réseau LGBT russe indique que “plus d’une centaine de personnes sont emprisonnées”, la torture est pratiquée pour extorquer de nouveaux noms et les forces de sécurité gagnent de l’argent en rackettant les personnes capturées, tout dépôt de plainte est dangereux car il expose à des représailles des autorités locales ;  Novaïa Gazeta  lancera un message d’alerte le 13 avril, faisant état des menaces reçues, et le lendemain le grand mufti de Grozny déclarera que le châtiment d’Allah atteindra le journal ; le Conseil des droits de l’homme de l’ONU parlera le 13 avril “d’actes de persécution à grande échelle… violations des droits de l’homme” ; dans les semaines qui suivent de nombreuses manifestations se produisent dans divers pays en réaction à ces événements, à Paris, Bruxelles, Dublin ou LondresMarseille, à l’initiative du Collectif LGBTQI+, une quinzaine d’associations LGBT ont appelé à une manifestation) ; le député britannique Sir Alan Duncan déclarera le 20 avril que le président Tchétchène a prévu d’éliminer la communauté gay avant le ramadan qui commence le 26 mai ; le 25 avril l’assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, composée de 47 Etats membres (dont la Russie avec 18 parlementaires), adoptera une résolution condamnant cette “persécution à grande échelle orchestrée par l’Etat”; Ekaterina Sokirianskaïa, de l’International Crisis Group, expliquera : la société tchétchène est frustrée, traumatisée par la guerre, et depuis 10 ans obstinément archaïque, depuis que le scandale a éclaté le pouvoir a consolidé l’homophobie, et face à la mise en cause des forces de l’ordre et à ce qu’il considère comme des insultes, Kadyrov a détourné le débat en affirmant qu’il n’y avait pas d’homosexuels parmi eux

6 avril 2017 : la CEF (Conférence des évêques de France) annonce que sur la “suggestion” du nonce apostolique, l’évêque d’Aire-et-Dax, Hervé Gaschignard, 57 ans, a proposé fin mars sa démission au pape François qui l’a accepté ; décision radicale et exceptionnellement rapide, occasionnée parles remontées d’informations auprès de la Congrégation pour la doctrine de la foi, au Vatican, selon le cardinal Jean-Pierre Ricard, archevêque de Bordeaux “son comportement a provoqué émotion et trouble chez un certain nombre de jeunes, qui en ont parlé à leur famille” et l’association landaise Colosse aux pieds d’argile deux témoignages ont mis en cause l’évêque, un garçon de 14 ans que l’évêque aurait interrogé sur ses pratiques sexuelles et une adolescente du même âge a parlé de “caresse sur la cuisse, bisou volé sur la joue, chuchotements dans l’oreille, et beaucoup de paroles inappropriées” ; une enquête avait été ouverte en 2011 par le procureur de la République, concernant celui qui était à l’époque évêque auxiliaire de Toulouse, concernant un camp de jeunes  vélo, mais elle avait été classée sans suite ; l’épiscopat a fourni un bilan en janvier selon lequel 222 victimes se sont manifestées auprès des institutions ecclésiastiques, plus de 60% des témoignages concernant des faits antérieurs à 1970, 35% survenus entre 1970 et 2000, 4% survenus au cours des années 2000, en janvier par ailleurs 9 prêtres, diacres ou religieux étaient emprisonnés pour violences sexuelles sur mineurs, 37 seraient sortis de prison après exécution de leur peine et 26 seraient en examen, et l’Eglise aurait signalé en 6 ans 137 faits au parquet

19 avril 2017 : la Fédération Trans et Intersexes diffuse un communiqué à l’adresse de l’Inter-LGBT mettant en cause la demande faite aux candidats à la présidentielle d’établir un Protocole national de Diagnostic et de Soins, la FTI réclame “Le libre choix des parcours médicaux, sur la base du consentement éclairé, du libre choix du médecin… et le démantèlement des équipes et protocoles hospitaliers et la formation de des médecins et chirurgiens pour un suivi médical de qualité, respectueux et dépsychiatrisé”

20 avril 2017 : un attentat sur les Champs-Elysées provoque la mort du policier Xavier Jugelé, 37 ans ; Xavier, pacsé avec Etienne Cardiles, diplomate et père d’un garçon, était adhérent à FLAG !, sa mort provoque une onde de choc dans la société, et plus particulièrement dans la communauté LGBT ; un hommage national lui sera rendu le 25 avril dans la cour de la préfecture de Police de Paris, présidé par François Hollande, accompagné des deux vainqueurs du 1er tour des élections présidentielles, Emmanuel Macron et Marine Le Pen, à cette occasion Etienne prendra la parole de façon particulièrement émouvante et impressionnante : “Cette haine, Xavier, je ne l’ai pas, parce qu’elle ne te ressemble pas… A toi, je voudrais dire que tu vas rester dans mon cœur pour toujours. Je t’aime. Restons tous dignes et veillons à la paix. Et gardons la paix.” ; c’est la 1ère fois que le compagnon d’un policier prend la parole lors d’un hommage national et qu’un président de la République mentionne le compagnon d’un policier dans son allocution

21-22 avril 2017 : à Marseille, le Collectif IDEM organise du 2ème festival Transform (festival des créations queer contemporaines) à La Déviation (à l’Estaque) : danse, films, ateliers, cabaret queer

23 avril-7 mai 2017 : entre les 2 tours des élections présidentielles, la CEF (conférence des évêques de France) tétanisée par ses divisions (une quinzaine d’évêques favorables à Marine Le Pen d’un côté, dont Mrg Rey, évêque de Fréjus-Toulon, une quinzaine de l’autre, le reste étant un grand marais centriste), et en particulier les pressions de Sens commun (qui soutenait François Fillon au 1er tour, favorable à une position “ni Macron, ni Le Pen“) et la Manif pour Tous (dont le choix est “Tout sauf Macron“), ne prend pas position contre le FN comme c’était le cas lors des échéances présidentielles précédentes

29 avril 2017 : à Marseille, SOS Homophobie organise sur le Vieux-Port une manifestation pour les LGBT de Tchétchénie

30 avril 2017 : en Allemagne, manifestation à Berlin contre les persécutions des homosexuels en Tchétchénie, avec un homme mis en cage en public

Mai 2017 : parution du livre d’Erik Remes Pride-Chroniques de la révolution gay, certains de ses textes parus dans plusieurs journaux gay  de 1992 à 2005 sont rassemblés autour de plusieurs thèmes (visibilité, communauté, mariage, homoparentalité, homophobie, drogue, sexe, sida, prévention, bareback, hétérophobie, politique, hétéronormativité, subversion, années sida) ; il écrit : “Aujourd’hui en 2017, la plupart de nos revendications ont été reconnues et la communauté gay est tombée dans une morbide léthargie” et fait une série de propositions, avec le souci de se respecter soi-même en particulier pour un séropositif  ; il est l’auteur de Je bande donc je suis et Serial Fucker, journal d’un barebaker

Mai 2017 : aux USA, une anti-IVG, Teresa Manning, est nommée par Donald Trump à la tête du Planning familial (Planned Parenthood), elle aura à gérer un budget annuel de 280 millions $ ; elle a publié en 2003 un livre contre l’avortement et ne croit pas à l’efficacité de la pilule, elle pourrait remettre en cause le programme (Title X) qui a permis à 4 millions de femmes aux revenus modestes d’accéder à un moyen de contraception en 2014 ; en avril Donald Trump a stoppé les subventions aux cliniques pratiquant les avortements, alors que le ministre de la Santé Tom Price annonce le déremboursement prochain des contraceptifs

Mai 2017 : sortie du film Plus jamais seul du chilien Alex Anwandter en souvenir de Daniel Zamudio décédé après 6 heures de tortures et 3 semaines d’agonie à Santiago du Chili en juillet 2012, les 3 néonazis tortionnaires ont été condamnés en 2013 (à perpétuité pour l’un, à 15 ans e 7 ans pour les deux autres), les funérailles de Daniel ont réuni des milliers de chiliens, mais une semaine avant le verdict un autre jeunes homosexuel, Wladimir Sepulveda, 21 ans, avait été tabassé par un groupe de jeunes et transporté aux urgences ; partant de l’agression sauvage de Daniel, le film est une fiction destiné à provoquer la réflexion ; en 2012 après cette agression le parlement chilien a adopté, enfin, la loi anti-discrimination en discussion depuis de nombreuses années

Mai 2017 : à Marseille, AIDES procède à l’ouverture du SPOT (centre gratuit d’information, dépistage et diagnostic) habilité à proposer dépistage (VIH et IST), PrEP, vaccinations et accompagnement des parcours de transition (hormonothérapie) ; ce SPOT complète celui qui a ouvert à Paris le 30 juin 2016

Mai 2017 : parution du livre Les années sida à l’écran de Didier Roth-Bettoni, il est déjà l’auteur d’une somme sur L’Homosexualité au cinéma (2007), de Sebastiane ou saint Jarman (2013), de Différent ! (2016) sur Philippe Vallois ; le journaliste du Monde écrit que Roth-Bettoni livre le même combat que Campillo (metteur en scène de 120 Battements par minutes) “vibrant et militant” ; Les années sida à l’écran livre une étude sur plus de 200 films, téléfilms, séries et documentaires, “Je suis obsédé par la mémoire si friable de notre communauté, par la nécessité de forger des outils qui servent à la transmission de cette mémoire” dit l’auteur qui cite quelques uns des films qui lui paraissent les plus marquants : Un Compagnon de longue date (1990), Zero patience (1993), Blue de Derek Jarman, Silverlake Life, We Were Here de David Weissman, L’Homme que j’aime de Stéphane Giusti, Les Nuits fauves (1992) de Cyril Collard ou encore Philadelphia (1993)

Mai 2017 : parution de Vernon Subutex III de Virginie Despentes, événement littéraire après ses 2 premiers tomes et son livre King Kong Théorie ; elle a été marquée par le viol qu’elles ont subi en 1986 dans le nord de la France en faisant de l’auto-stop, en revenant d’Angleterre avec Cara Zina ; bisexuelle, elle a vécu avec Beatriz Paul Preciado, philosophe, queer-trans, chroniqueuse à Libération

Mai 2017 : en Espagne, trois militantes mettent un observatoire associatif sur l’homophobie en milieu scolaire (observatorio coeducativo-LGBT) sur le web avec des vidéos tutorielles et des fiches pratiques,  un moment où 70% de l’ensemble des élèves disent avoir été insultés à l’école en raison de leur orientation sexuelle et où 80% d’entre eux n’osent pas faire leur coming out dans leur environnement scolaire de peur d’être injuriés

Mai 2017 : en Italie, la chambre de députés adopte la loi autorisant une union civile pour les couples gays et lesbiens

Mai 2017 : en Argentine, éclate un scandale lié à l’Eglise, à la suite d’un reportage sur un site italien, des dizaines d’enfants sourds-muets (filles et garçons de 5 à 12 ans) ont été violés, il y a 30 ou 40 ans, dans un institut religieux argentin, l’Institut Provolo de Mendoza, fondé à Vérone, en Italie, en 1841 par le père Antonio Provolo de la Cie de Marie pour l’éducation des sourds-muets ; l’association L’Abuso, de victimes de la pédophilie explique qu’elle a fourni le 13 mars 2013 au pape François, quelques mois après son accession au pontificat,  une liste de 15 prêtres impliqués dans des agressions sexuelles qui auraient quitté l’Institut ; en novembre 2016 plusieurs adultes (2 prêtres, 2 laïcs et une religieuse) ont été arrêtés ; 17 victimes de prêtres pédophiles, dont 2 anciens de l’Institut Provolo, ont témoigné le 9 mai 2014 à la télévision italienne

4 mai 2017 : la Cour de cassation refuse d’accorder la qualification de sexe “neutre” à l’intersexe Gaëtan Schmitt, 66 ans ; en août 2015 il avait obtenu ce droit de la part du TGI de Tours, mais la Cour d’appel de la même ville avait contredit ce jugement en mars 2016

10 mai 2017 : mort de Collette Guillaumin, sociologue et féministe, elle a théorisé le racisme et les rapports de sexe, elle était la compagne de la sociologue Brigitte Lhomond

11 mai 2017 : la revue britannique The Lancet HIV annonce que l’espérance de vie des personnes séropositives a augmenté en 10 ans en Europe et en Amérique du Nord depuis l’introduction des trithérapies en 1996, elle atteint désormais 73 ans chez les hommes et 76 ans chez les femmes (pour un patient de 20 ans ayant commencé son traitement à partir de 2008) contre 78 ans chez les séronégatifs ; et les effets secondaires sont de moins en moins nombreux

17-21 mai 2017 : à Marseille, dans le cadre de sa 5ème semaine nationale, Le Refuge organise des soirées festives au profit de l’association (dans plusieurs lieux : Play Bar, Link Hall, New Cancan et Bistrot Vénitien) et organise une conférence sur le harcèlement homophobe en milieu scolaire

17 mai 2017 : la DGAFP (Direction générale de l’administration et de la fonction publique) diffuse une plaquette spécifiques aux risques de discriminations visant les personnes LGBT dans la fonction publique

17 mai 2017 : journée mondiale de lutte contre l’homophobie, IDAHO ; en France, SOS Homophobie publie son 21ème rapport concernant l’année 2016, les témoignages recueillis par l’association ont augmenté de 19,5%, passant de 1 318 en 2015 à 1 575 en 2016, les trans sont parmi les 1ères personnes concernées par cette hausse, avec une augmentation de 76% des témoignages ; internet joue un rôle important de véhicule de la parole homophobe (22,5% des témoignages) ; le contexte familial et l’entourage proche (lieux publics, école, travail) concerne 42% des témoignages ; en l’absence de statistiques officielles (que devrait rassembler la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT, DILCRAH, récemment crée) SOS Homophobie est le seul lieu de recueil de ces informations, et son rôle s’est considérablement accru en 21 ans (il y avait 263 témoignages en 1994-1995), 2013 – année du vote de la loi sur le mariage pour tous et des grandes manifestations homophobes –  a été une année d’explosion des témoignages (3 517), et 2012 et 2014 ont été elles aussi très marquées (autour de 2 000 témoignages), le niveau atteint en 2016 est proche de celui de 2011 avec plus de 1 500 témoignages ; en milieu scolaire le nombre de témoignages a augmenté de 7% en 2016, et pour la 2ème consécutive cela concerne en majorité des mineurs (59%) ; les hommes ont constitué 57% des témoignages, les femmes 27% ; les cas de biphobie ont augmenté de façon importante (48%)

18 mai 2017 : sur la chaine de télévision C8, l’animateur Cyril Hanouna de l’émission Touche pas à mon poste en grande partie à destination des enfants, diffuse un canular homophobe ; les réactions seront d’une telle ampleur (le CSA recevra 47 000 signalements) que plus de 30 annonceurs publicitaires de l’émission mise en cause afficheront leur volonté de se distancer de l’animateur ; déjà à l’automne 2016 les annonceurs avaient été incités, par le collectif Protection Enfance, à prendre leur distance de l’émission d’i-Télé animée par Jean-Marc Morandini mis en examen le 23 septembre pour corruption de mineurs et corruption de mineur aggravé, ainsi les marques sont davantage soucieuses de leur réputation ; le 23 mai Cyril Hanouna tentera de faire amende honorable par une lettre parue dans Libération ; Vivendi son employeur le paie 50 millions €/an, les émissions qu’il produit représentent 40% du chiffre d’affaires de C8 et 1,5 million de téléspectateurs chaque soir ; Franck Appletto, directeur général de C8 proposera de produire et de diffuser des spots de soutien aux associations anti-homophobie ; le 26 juillet 2017, le CSA adoptera sa 3ème sanction contre le groupe Canal+, C8 devra payer 3 millions € pour avoir “gravement méconnu le principe de respect de la vie privée, ainsi que son obligation de lutter contre les discriminations” et l’émission de M. Hanouna est privée de publicité pour 3 semaines, le CSA rappelle avoir déjà prononcé 3 mises en garde et 2 mises en demeure contre son émission

20 mai 2017 : au Festival de Cannes, le film 120 Battements par minutes de Robin Campillo est un grand moment, grand prix du festival de Cannes, c’est un film choral évoquant les années Act Up auquel se greffe une histoire d’amour entre deux hommes, l’un est contaminé par le VIH, l’autre pas ; les mobilisations militantes se mêlent aux instants intimes ; Campillo expliquera qu’au début de l’épidémie, pendant 5 ans, il a lui-même cessé tout rapport sexuel, dans ce film réalisé avec Philippe Mangeot, ils ont raconté leur passé de militants, avec les réunions hebdomadaires (les RH), leurs solidarités avec les prisonniers, les gays, les trans, les prostitués ; le couple Nathan-Sean (Arnaud Valois et l’Argentin Nahuel Perez Biscayart) est éblouissant, et Adèle Haenel marque aussi le film ; Didier Lestrade, fondateur d’Act Up, dira combien ce film est important pour lui, tant cette période est “le sommet de notre existence… dans une culture d’entraide et de générosité” ; Robin Campillo a réalisé en 2013 le brûlant Eastern Boys

20 mai 2017 : en Belgique se déroule la Brussels Pride clôturant 2 semaines d’effervescence multicolore, 60 000 à 100 000 personnes sont attendues

21 mai 2017 : en Indonésie, 141 hommes sont arrêtés, sous prétexte de pornographie et de prostitution gay, dans un sauna gay de la capitale, l’Atlantis Jakarta, un sauna fréquenté par des centaines de gays chaque jour ; selon l’Advocacy Coalition for Violence against  Gender and Sexual Minority Groups la police a arrêté les hommes, confisqué leurs biens et les a photographié nus ; récemment, une descente de police similaire a été effectuée a été effectuée à Surabaya et une peine de flagellation a été infligée à deux hommes filmés à leur insu par des voisins

24 mai 2017 : Taïwan devient le 1er pays asiatique à ouvrir le mariage aux personnes du même sexe, un arrêt de la Cour constitutionnelle considère qu’interdire d’épouser une personne du même sexe est une violation de “la liberté des individus à se marier” ; c’est un tournant historique déclare Wayne Lin, président de l’association Taïwan Tongzhi Hotline, mais il faut encore obtenir que les députés adopte le texte de loi ; la victoire en revient à un homme, Chi Chia-wei, 59 ans, le 1er à avoir introduit des recours il y a 30 ans, en 1986, à 28 ans, fort de sa formation d’avocat, pour faire reconnaître son droit à se marier, il n’a été appuyé que dans les années 2010 par les mouvements civiques ; le contexte est plus favorable avec l’élection d’une présidente progressiste ouvertement gay-friendly, Tsal Ing-Wen élue en 2016, cependant 200 000 personnes, mobilisées par deux associations familialistes, ont manifesté contre toute évolution de la loi lorsqu’un projet de loi a été présenté à la suite d’un drame ; en effet le professeur de français de l’université, Jacques Picoux, 67 ans, installé depuis 1979, a trouvé la mort en tombant du 10ème étage de son immeuble à Taïpei, dépressif après le décès de son compagnon Tseng Ching-chao, atteint d’un cancer, il a été écarté des décisions médicales cruciales concernant son compagnon à la fin de sa vie, puis il s’est vu renier ses droits sur le logement que les deux hommes partageaient

24 mai 2017 : au Festival de Cannes, le cinéaste américain Christian Sonderegger présente le documentaire Coby sur le changement de sexe de sa demi-sœur Coby, née Suzanna en 1987, de 20 ans plus jeune que lui ; Suzanna vivait avec son amie Sara quand elle a souhaité changer de sexe, Coby et Sara sont restés ensemble depuis le changement de sexe ; Christian Sonderegger raconte : “J’ai vu Coby libéré, heureux, contrairement à ce que je redoutais. Son père et sa mère le soutenaient, ainsi que ses deux frères biologiques. Et Coby a pu garder son travail.”

25-28 mai 2017 : la Coordination Lesbienne en France organise pour ses 20 ans sa rencontre lesbienne féministeCLF 2017” à Mèze dans l’Hérault, avec des ateliers sur le militantisme lesbien, la GPA, les acquis des lesbiennes féministes, l’évolution vers plus d’autonomie, auto-défense intellectuelle et santé, des spectacles et des plages récréatives

26 mai-4 juin 2017 : les World Out Games se tiennent à Miami

30 mai 2017 : Arte diffuse le documentaire Ni fille ni garçon sur Vincent Guillot, né à Neuilly en 1965, 52 ans défenseur des intersexes, opéré à l’âge de 7 ans, une dizaine de cicatrices, une appendicite lui avait dit sa mère, “à ma naissance on a dit à ma mère ‘c’est un monstre. il va mourir‘. J’ai survécu. Fait la paix avec elle. Mais à la toute fin de sa vie, elle m’a dit ‘ça aurait été plus simple que tu sois mort‘.”; famille de bourgeois catholiques, déclaré garçon à l’état-civil,insultes, cassages de gueule, graffiti ‘Vincent pédé‘, ses parents n’interviennent pas, politisé très jeune, employé au Crédit Lyonnais, syndiqué à la CGT, il s’occupe à Toulouse des enfants d’une femme de 13 ans son aînée, il a un fils par insémination par donneur, celui-ci a 10 ans quand il se sépare de sa mère, le jugement ne l’autorise à voir son fils qu’une fois par mois en présence d’un éducateur spécialisé dans un lieu pour pères pédophiles ; il ne découvre qu’en 2002 grâce à Arte qu’on appelle des gens comme lui des intersexes, il cofonde l’organisation internationale des intersexes (OII) en 2003 avec pour slogan : ” Arrêtez les mutilations génitales !“, il organise la 1ère université d’été des intersexes en 2006 ; il fait une tentative de suicide, tombe amoureux de Loïc 35 ans qui devient son époux, ils se sont installés dans le Finistère en 2007, il retrouve son fils en 2013 ; il fait un master 2 sur les intersexes et participe au festival du film de Douarnenez, occasion d’un forum international sur les intersexes, il a témoigné au Comité de la torture de l’ONU qui a condamne la France pour ses opérations en 2011, et il vient de soutenir Gaëtan Schmitt dans sa bataille en faveur du sexe neutre devant la Cour de cassation ; dans Libération Paul Béatrice Preciado considère qu’après l’émergence des mouvements féministes et homosexuels, se profile une seconde révolution sexuelle transféministe, elle stigmatise les macabres protagonistes de l’assignation sexuelle forcée, John Money et Andrea Prader, pédiatres des années 50 qui ont pour le 1er avec “l’échelle de Prader” cherché à mesurer la virilité anormale des parties génitales chez les bébés et pour le 2ème préconiser les étapes à suivre pour assigner à un sexe défini les bébés intersexuels, ainsi s’est créée “une esthétique génitale hétérocentrée”, elle note que Prader considérait qu’il y avait un bébé sur 2 000 qui avait des formes génitales peu habituelles, mais on analyse aujourd’hui qu’il y en a un sur 800