Années 2010 : 1er semestre 2016

2016 : l’INED (Institut national d’études démographiques) rapporte que sur une année 62 000 femmes déclarent avoir été victimes de viol ou de tentatives de viol et 553 000 d’au moins une agression sexuelle autre ; des condamnations sont prononcées pour 32% des atteintes sexuelles (durée moyenne de réclusion d’un peu plus de 13 ans), le taux de récidive est autour de 23%

2016 : le dessinateur Dugudus réalise une affiche avec le slogan “Lutter contre le sida est un sport de combat” sur laquelle figure un cow-boy enfourchant un cheval-pénis en tenant un préservatif enfilé, pour ne pas basculer, l’affiche publiée dans le bulletin d’information Réact’Up mêle humour coloré et discours militant

2016 : parution de Sexpowerment. Le sexe libère la femme (et l’homme) de Camille Emmanuelle, dans lequel elle faire référence au rôle essentiel désormais des sites de rencontre par internet, à l’heure où Tinder se targue d’être l’application la plus hot avec 20 milliards de match à ce jour

2016 : création de l’association Grey Pride par Francis Carrier et Richard Boitel-Stein, destinée à lutter contre l’isolement des personnes âgées LGBTQ, avec en particulier la question de l’entrée en maison de retraite, dans un contexte peu attentif aux homosexuel-les âgé-es constamment tourné vers le culte de la jeunesse ; en 2018 Mathieu Nocent réalisera un documentaire sur Francis Carrier

2016 : à Marseille, création de l’association Gays seniors friendly, présidée par Dominique Peyrolle-Degals, elle organise deux à trois animations par mois, le jeudi après-midi à Luminy (local mis à disposition par la mairie de secteur 9ème-10ème arr.) ou dans d’autres lieux

2016 : à Marseille, les 3G poursuivent leurs activités culturelles nombreuses (atelier d’écriture, karaoké, spectacles, expo photo, etc.) ainsi que la fête pour les 20 ans des 3G ; ainsi que leurs mobilisations contre les violences faites aux femmes et pour la Pride “20 ans de lutte et c’est pas fini

2016 : à Marseille, la délégation de SOS Homophobie parvient à 6 700 élèves sensibilisées dans le cadre de ses IMS en 2015-2016 (avec 5 000 € de dépenses alors que le CG13 ne donne que 1 000 €) ; elle participe activement aux grands moment de la vie LGBT marseillaise, en particulier la journée IDAHO du mois de mai et le TDor en novembre, ainsi que la projection des films Le Baiser de Marseille et La sociologue et l’ourson

2016 : aux USA, l’acquittement le 13 juillet 2013 du vigile George Zimmerman pour la mort du lycéen Trayvon Martin en Floride, et la mort de Michael Brown, jeune noir bachelier non armé de 18 ans, le 9 août 2014 à Ferguson, dans la banlieue de Saint-Louis dans le Missouri, ont un retentissement inattendu ; le mouvement “Black  Lives Matter” (les vies noires comptent) est un nouveau souffle pour les noirs, en particulier dans le cadre de la campagne électorale présidentielle, alors que les femmes et les LGBT étaient au second rang à l’époque de Martin Luther King et de Malcolm X (reléguant Fannie Lou Hammer et Ella Baker, ignorant l’homosexualité de Bayard Rustin, compagnon de route de Luther King), deux des trois fondatrices de Black  Lives Matter sont queer et le revendiquent : “Dans le mouvement actuel, on peut être qui on veut” dit Johnetta Elzie ; Achebie Powell, devenue très active au sein des mouvements LGBT déclare : “Aujourd’hui, les jeunes n’ont plus à sa cacher, parce que nous nous sommes battus pour ouvrir ces espaces” ; Ricarrdo Valentine, danseur de 29 ans, se dit “très heureux et enthousiaste de voir des LGBTQ, des femmes aux avant-postes du mouvement Black  Lives Matter, alors que personne ne sait que le mouvement des droits civiques était soutenu par des queer”; Alicia Garza, syndicaliste, lesbienne, est membre de Black Lives Matter, c’est son amie de Los Angeles Patrisse Cullors qui a répondu à son message sur Facebook par le hashtag #black-livesmatter sur Twitter en 2013 et c’est la new-yorkaise Opal Tometti, d’origine nigériane qui a proposé de créer un site internet de ce nom

2016 : sortie du disque Bilitis de Maissiat, elle y affirme sans ambages une attirance féminine : “Nos ébats sentent la réglisse / La dévotion le piment vert / morsure de côte / Et pot caprice / Deux filles qui gémissent et qui jouent.” inspiré des Chansons de Bilitis de Pierre Louÿs (1894) ; avant elle, 4 chanteuses s’étaient aventurées dans ce domaine : Suzy Solidor en 1934 avec Ouvre : “Ouvre tes bras pour m’enlacer / Ouvre tes seins pour que je m’y pose / Ouvre aux fureurs de mon baiser / Ta lèvre rose.” Suzy Solidor a ouvert l’un des 1ers cabarets lesbiens parrainé par Cocteau ; Mecano en 1990 avec Une femme avec une femme : “Ce qu’ils en pensent ou disent ne pourrait rien y faire. Qui arrête les colombes en plein vol / A deux au ras du sol ?”; Catherine Lara et Véronique Sanson en 1991 avec Entre elle et moi dans l’opéra rock Sand et les romantiques : “C’est une histoire / Qui se fout des tabous / De tous les interdits / Un voyage qui nous emmène/ Au bout de la nuit.” ; Mansfield.TYA (Julia Lanoë et Carla Pallone) en 2005 avec Mon Amoureuse : “Où cours-tu ma fugitive ?/ Mon indécision t’a glacée / Mais elle te réclame, mon âme vive / Tu m’as trop vite abandonnée.”

2016 : à Marseille, le Collectif IDEM, après le départ de Philippe Murcia, est désormais coprésidé par Sarah Saby et Alain-Marc Deluy, il regroupe 9 associations et 17 membres individuels ; il est mandaté pour organiser la Pride de 2016 ; il s’attache à la préparation de son prochain Festival Transform

Janvier 2016 : parution du livre de Philippe Pujol sur Marseille La Fabrique du Monstre, il rapporte une citation sur la pratique du sexe en prison, aux Baumettes : “Pour le cul, on se débrouille tout seul, il y en a qui se rendent service, et d’autres qui ne choisissent pas” et ajoute “S’en plaindre, c’est prendre le risque d’une sanction. Là encore, les plus vulnérables se retrouvent vite dans l’incapacité de se défendre. Dans tous les cas, ne reste qu’à offrir sa soumission.”

Janvier 2016 : en Allemagne, la nuit de violences de Cologne lors du Nouvel An, à l’égard des femmes a des répercussions importantes (sociales et politiques) ;  un rapport détaillé de la police fédérale révèlera qu’au final 650 femmes ont été agressées sexuellement cette nuit-là, 1 200 à l’échelle de tout le pays, avec des troubles à Hambourg, Düsseldorf et Stuttgart en particulier, par des hommes originaires d’Afrique du Nord (Maroc en particulier), présents sur le territoire allemand depuis moins d’un an

Janvier 2016 : aux USA, sortie du film Carol (interprétée par une Kate Blanchett juste et vraie) de Todd Haynes dans lequel une grande bourgeoise s’éprend d’une jeune vendeuse, Thérèse, dans l’Amérique des années 1950, son mari cherche par vengeance à lui retirer la garde de leur fille ; déjà ce metteur en scène avait en 2002 réalisé Loin du paradis, dans lequel l’héroïne totalement dévastée par l’homosexualité secrète de son mari, s’éprenait d’un Noir, dans le même contexte historique

Janvier 2016 : aux USA et en Grande-Bretagne, sortie du film Danish Girl de Tom Hopper, qui retrace l’histoire de l’un des 1ers hommes devenus femmes au Danemark, Einer Wegener, sous le nom de Lili Elbe, né en 1882, le film célèbre le courage d’être soi-même

5 janvier 2016 : mort du compositeur et chef d’orchestre Pierre Boulez (1925-2016), il a eu une importante carrière musicale, il assumait discrètement son homosexualité, son fidèle compagnon veillait sur lui, lui épargnant tout souci matériel

10 janvier 2016 : mort de David Bowie (David Robert Jones 1947-2016), chanteur anglais, compositeur, musicien, peintre et acteur, il lisait Kerouac, Genet, Isherwood, Mishima, Burroughs, pionnier de la culture gay-camp et glam-rock, androgyne, maquillé, de sexualité provocante, père de deux enfants, bisexuel assumé, il a fortement contribué à l’acceptation des droits civils pour les gays, les lesbiennes et les transgenres ; dans Furyo en 1983 il jouait de rôle d’un officier anglais amoureux d’un capitaine japonnais colmmandant le camp de prisonnier

31 janvier 2016 : le Monde publie le texte de Kamel Daoud d’analyse sur les événements de Cologne : “Le sexe est la plus grande misère du monde d’Allah”; un groupe d’universitaire contestera le 12 février ses “clichés orientalistes” qui feraient le lit de l’islamophobie ; il répondra dans le 20 février, en maintenant ses propos considérant qu’il a le droit d’avoir sa propre analyse des choses : “j’ai fini par comprendre que je n’étais que le déclencheur de quelque chose qui couvait et qui attendait. Le délire était si rapide et si disproportionné qu’il était devenu plus intéressant que mes propos” et la journaliste et écrivaine Fawzia Zouari le soutiendra : “Oui il y a une psychologie de la foule arabe. Oui, il y a, dans nos sociétés un rapport pathologique à la sexualité induit par la morale religieuse.”

Février 2016 : l’écrivain et cinéaste Abdellah Taïa qui a vécu au Maroc jusqu’à l’âge de 25 ans et vit en France depuis 15 ans, explique pourquoi il a voulu fuir le Maroc “en tant que pédé, en tant que quelqu’un qui avait un peu d’ambition artistique” ; il a connu homme en avril 1996, un mois après le décès de son père, un intellectuel européen qui a été la chance de sa vie, il est arrivé en France en 1998 ; ses livres Mon Maroc (2000) et Le Rouge du tarbouche (2004), ont eu un certain succès au Maroc, et une journaliste de Tel Quel lui a demandé s’il était homosexuel “c’est ce qui a tout déclenché, je ne m’y attendais pas du tout” à partir de là il a assumé son coming out, Taïa a dès lors, en quelque sorte, “incarné” l’homosexualité pour les marocains ; il a écrit un autre livre L’Armée du salut, puis Le Jour du roi (2010), de nombreuses personnes se sont éloignées de lui, mais d’autres se sont tournées vers lui ; il n’incite pas les jeunes qui lui écrivent à faire leur coming out, sans qu’ils aient d’abord acquis leur indépendance et après avoir quitté leurs familles “la société marocaine peut être d’une grande violence pour broyer les êtres” ; il approuve la vie associative LGBT underground  qui se développe et reconnait que la presse parle désormais, depuis la mort d’Hassan II en  en 1999, avec plus d’objectivité de l’homosexualité

Février 2016 : le rappeur Orelsan est relaxé d’une condamnation en 1ère instance pour “provocation à la violence à l’égard d’un groupe de personnes en raison de leur sexe” ; le projet de loi déposé en septembre 2015 disposait en effet que “la création est libre” et que tout “pouvoir de censure… s’exerçait  au nom d’une morale nécessairement subjective”

2 février 2016 : à Paris, assises pour l’abolition universelle de la GPA (le CEL de Marseille, y participe)

4 février 2016 : à Marseille, agression d’une lesbienne à 22h rue des Trois Mages (la Plaine)

6 février 2016 : l’association Flag ! dévoile “les chiffres officiels 2015 de l’homophobie et de la transphobie ordinaires en France”: 529 faits relevés en gendarmerie, contre 551 en 2014 (soit une baisse de 4%) et 994 plaintes enregistrées par la police nationale, contre 618 en 2014 ; Michel Boucheron président du Flag ! souhaite qu’il soit mis fin à l’absence de communication officielle des actes homophobes et transphobes par la gendarmerie et la police ; il se réjouit toutefois de l’extension du dispositif “Stop Discri” mis en place dans la gendarmerie, à la police destiné à permettre la dénonciation en interne de ces administrations pour les victimes et témoins de harcèlements ou de discriminations, et des interventions faites par l’association auprès de 3 000 élèves policiers et 200 élèves gendarmes destinées à les sensibiliser à ces questions, selon la convention entre Flag ! et la Police nationale de 2014 ; il annonce enfin l’accueil à Paris en 2018 de l’European LGBT Police association ; dans le même temps Mme Guilloteau de la Direction générale de la Police nationale confirme la volonté du ministère de l’Intérieur de se doter du Label Diversité

23 février 2016 : en Tunisie, le tribunal de 1ère instance ordonne l‘annulation de la requête du 4 janvier 2016 du secrétaire général du gouvernement suspendant les activités de Shams, en s’appuyant sur la reconnaissance officielle de cette association le 18 mai 2015 ; Shams qui défend activement 7 tunisiens arrêtés et emprisonnés “pour activité homosexuelle présumée”, espère à long terme faire abroger l’article 230 du code Pénal selon lequel “la sodomie est punie de l’emprisonnement pendant 3 ans” 

25 février 2016 : en Italie, le gouvernement engage sa responsabilité devant le Sénat pour faire voter la loi sur la formation sociale spécifique (adoptée par 173 voix contre 71) destinée aux couples de même sexe qui ne prévoit ni le devoir de fidélité ni l’adoption, mais avec l’obligation d’assistance morale et matérielle réciproque, bénéfice de la pension de réversion, titre de séjour pour le conjoint étranger, droit de visite à l’hôpital ou encore possibilité de prendre le nom du conjoint, scellée devant un officier d’état-civil ; déçues, les associations LGBT annoncent une grande manifestation à Rome pour le 5 mars 2016 ; tandis que Massimo Gandolfini, porte-parole du Comité défendons nos enfants promet – au nom du peuple du Family Day – qu’il se souviendra de cette offense lors du référendum sur la réforme constitutionnelle prévu en octobre 2016

Mars-avril 2016 : au Maroc, diffusion d’une vidéo montrant un groupe d’hommes faisant irruption dans la chambre d’un appartement de Beni Mellal où sont 2 hommes, ils sont jetés dehors nus et blessés, le 9 mars ; l’une des victimes est rapidement présentée au procureur ; le Mouvement alternatif pour les libertés individuelles (Mali) exige l’abrogation de l’article 489 du code pénal qui criminalise les relations entre personnes de même sexe ;  et le journaliste-écrivain Hicham Tahir écrit :” Même chez soi on ne se sent plus en sécurité”; le 4 avril une manifestation contre l’homosexualité se tient dans la ville, jour de comparution de l’un des agressés ; les agresseurs sont dans un 1er temps condamnés à de légères peines et le couple homosexuel est condamné plus lourdement l’écrivain, puis par un jugement inverse en appel, les agresseurs sont condamnés et les homosexuels sont relaxés ; Abdellah Taïa parle de tragédie, puis déclare le 5 avril : “Je ne suis ni pessimiste, ni trop optimiste. Je regarde ce qui se passe depuis 15 ans dans mon pays… la Révolution a commencé… je pleure et je tremble… Quoiqu’ils disent. Quoiqu’ils fassent. Tous les homosexuels marocains sont libres. Doivent-être libres… Il y a 5 ans le “Printemps arabe” a ouvert une nouvelle voie. Pour tous les Arabes.”

Mars 2016 : Farida Belghoul, initiatrice des “journées de retrait de l’école” (contre les ABCD de l’égalité) en mars 2014 à Versailles, mettant en cause une institutrice, Céline, et provoquant 27 départs d’élèves de leurs écoles, comparait  devant le tribunal de Tours pour complicité de diffamation ; Dalila Hassan explique que l’enregistrement amateur ayant entrainé 54 000 visionnages qu’elle a réalisé et mis en ligne sur YouTube qui se concluait par “Vaincre ou mourir”, se faisait l’écho des inquiétudes d’une mère d’origine tchétchène confrontée au comportement peu compréhensible de son petit garçon

Mars 2016 : en France près de 7% des femmes de 25-50 ans déclarent avoir essayé une expérience homosexuelle (pour 3% en 1992 et 4% en 2006) ; le contexte culturel évolue beaucoup et joue un rôle dans son acceptation : 1997 coming out de l’actrice américaine Ellen DeGeneres sur le plateau d’Oprah Winfrey et en une du Time, 1999 à 19 ans la tenniswoman Amélie Mauresmo révèle son homosexualité lors de l’Open d’Australie, 2003 Madonna embrasse Britney Spears et Christina Aguilera aux MTV Video Music Awards, 2004 la série américaine The L World met en scène les amours d’un groupe de femmes lesbiennes et bi près de Los Angeles, 2007 Jodie Foster évoque sa compagne lors d’une remise de prix, 2008 Katy Perry diffuse son single I Kissed a Girl et l’actrice Lindsay Lohan 22 ans annonce sa liaison avec la DJ Samantha Ronson, 2010 Amber Heard déclare “J’aime les femmes”, elle deviendra la compagne de Johnny Depp, 2009 one-woman-show d’Océanerosemarie La lesbienne invisible qui se jouera pendant 3 ans, 2013 sortie de la série américaine carcérale et lesbienne Orange new black et de La Vie d’Adèle d’Abdellatif Kechiche, 2014 coming out de l’actrice Ellen Page 27 ans, Adèle Haenel remercie sa compagne lors de sa remise du César du meilleur second rôle et Christine and the Queens se définit comme pansexuelle lors de la parution de son album Chaleur humaine, 2015 le mannequin Cara Delevingne affirme au HuffPost que sa bisexualité n’est pas une phase, 2016 pour la 1ère fois Meetic intègre dans sa campagne de pub un couple de lesbiennes

Mars 2016 : Héloïse Letissier, alias Christine and the Queens, 27 ans, fait sensation en s’avouant bisexuelle “attirée par tous les sexes et tous les genres y compris trans”; le contexte est à la banalisation de la bisexualité, une enquête de l’Ined-Insee de 2015 souligne que 5% des hommes et 7% des femmes avouent avoir eu au moins une fois dans leur vie une expérience sexuelle avec une personne du même sexe ; le film de Jérôme BonnellA trois on y va” et “la Vie d’Adèle” d’Abdellatif Kechiche s’inscrivent dans ce contexte

Mars 2016 : sortie du film d’André Téchiné Quand on a 17 ans sur les tourments d’une jeunesse pyrénéenne, il renoue avec le thème de l’adolescence qu’il avait abordé en 1994 avec Les Roseaux sauvages

Mars 2016 : à Marseille, le CEL se mobilise pour la journée des Femmes le 8 mars, ainsi que le 12-13 mars entrainement pour les Gay Games et le 18-20 mars pour le Printemps du CEL

Mars 2016 : parution de Mémoire de fille d’Annie Ernaux qui raconte sa 1ère expérience sexuelle complètement ratée qui sera pour elle un événement fondateur : “Souvenir hier soir : j’ai gardé plusieurs mois, dans ma chambre à Yvetot, la culotte du sang de la nuit de Sées, en septembre 1958. Au fond, je ‘rachète’ 58, l’horreur des trois derniers mois de 58 sur laquelle j’ai bâti ma vie, et qui est -mal – transposé dans Ce qu’ils en disent ou tien”; elle parle de “cette sauvagerie masculine qu’un jour ou l’autre il aurait bien fallu subir” ; sa vie et son écriture parlent à des écrivains homosexuels qui la cite volontiers (parmi eux Didier Eribon et Edouard Louis)

5 mars 2016 : SOS homophobie publie le rapport “Enquête nationale sur la visibilité des lesbiennes et la lesbophobie” (7 126 femmes ont répondu à l’enquête d’avril à juillet 2013), il apparaît que les lesbiennes sont très peu visibles (26% d’entre elles en parlent à tous les membres de leur famille et 18% en parlent à leurs collègues), leur visibilité dans l’espace public est très contrôlée (plus de 50% font attention au contexte où elles se trouvent avant de tenir la main de leur partenaire ou de l’embrasser et 63% explique cette attitude par la peur des réactions hostiles), près de 60% d’entre elles ont vécu au moins un acte lesbophobe au cours des 2 années précédant l’enquête (13% déclarent y être confrontées régulièrement), l’espace public est pour elles un milieu hostile (45% des violences s’y déroulent) et le milieu familial et le travail ne sont pas toujours accueillants (14% et 11% des témoignages de lesbophobie)

8 mars 2016 : à l’occasion de la Journée mondiale des femmes, comme chaque année des enquêtes paraissent ; en France, selon Delphine Roy de l’Insee, les femmes en couple assurent 23 h de travail domestique par semaine contre seulement 9 pour les hommes, c’est 14 h de moins chaque semaine pour s’investir dans un autre domaine que le foyer, sur un an c’est 728 heures de plus pour le travail domestique… ;  après leur congé maternité, 40% des mères interrompent leur activité pendant au moins un mois à la naissance du 2ème enfant, 55% à la naissance du  3ème. Parfois par choix, mais surtout par nécessité : 33% des femmes en congé parental ne pouvaient payer un autre mode de garde, 17% ne pouvaient s’adapter aux horaires des services d’accueil, 17% n’avaient pas de crèches à proximité, 13% n’ont pas obtenu de place à temps… ; un sondage montre que 4 Français sur dix estiment toujours que la responsabilité d’un viol revient à la femme qui a une attitude provocante, pour 61% des hommes et 65% des femmes un homme a plus de mal “à maîtriser son désir sexuel qu’une femme”, pour 17% des sondés imposer à sa conjointe un rapport n’est pas un viol et plus de 30% des 18-24 ans estiment que “les femmes peuvent prendre plaisir à être forcées lors d’une relation sexuelle”, 84 000 viols ou tentatives de viols sont perpétrés en France en moyenne chaque année et on arriverait sans doute à plus de 200 000 si on incluait les mineurs dans ce chiffre selon l’association Mémoire traumatique

10 mars 2016 : Sida info service est placé en redressement judiciaire ;  Christophe Martet, dans Yagg, reproche à ses dirigeant de n’avoir compté que sur les financements publics, et de n’avoir pas, comme a su le faire Aides, recouru à l’économie sociale et solidaire et diversifié ses sources de financement ; et il note que c’est Aides qui a sauvé le 190, centre de santé sexuelle créé par la SIS en 2010 (par le Dr Michel Ohayon) qui a accueilli près de  9 000 consultations en 2015

Mars 2016 : à Marseille, le CEL organise les 12-13 mars un entrainement pour les Gay Games et les 18-20 mars les animations du Printemps du CEL

15 mars 2016 : à Marseille, le tribunal correctionnel relaxe Karim Ghendouf et Christophe Maîtrepierre (tête de liste et colistier de la liste de gauche La Ciotat nous rassemble en mars 2014) de poursuivis pour “injure” suite à une plainte déposée par le maire de La Ciotat, Patrick Boré, à qui ils avaient demandé s’il était “toujours homophobe ?” compte tenu de son hostilité au mariage pour tous, en tant que suppléant du député LR Bernard Deflesselles lors des dernières législatives

18 mars 2016 : plus de 130 médecins et biologistes signant une pétition dans Le Monde destinée à mettre fin aux incohérences de la politique d’aide à la procréation, en faveur du don d’ovocytes, de l’analyse génétique de l’embryon et du don de sperme pour une femme célibataire

19 mars 2016 : en Ukraine, à Lviv, 200 militants d’extrême droite jettent des pierres et des bombes fumigènes sur les participants au festival LGBT ” Equality Festival” à la sortie de l’hôtel où se déroule projections de films, débats littéraires et autres ; la veille le tribunal a convoqué les organisateurs -l’ONG Insight animée par Olena Shevchenko – , en présence de militants d’extrême droite, il a été décidé que tous les événements publics prévus pour le week-end devaient être interdits

20 mars 2016 : à Lyon, Bertrand Virieux, cardiologue de 44 ans, ancien scout de la troupe Saint-Luc du quartier huppé de Sainte-Foy-lès-Lyon, qui a fait l’objet d’abus sexuels du père Bernard Preynat, parle de 59 victimes déclarées du père Bernard Preynat dont 15 ont porté plainte ; il fait état du diabolique enchainement  du silence pour une victime face à une institution telle que l’Eglise, et, après avoir déclenché un fort mouvement avec l’association La parole libérée (créée en décembre 2015), ses parents le supplient de ne pas aller plus loin, à l’heure où les fidèles lyonnais font corps derrière leur cardinal-archevêque ; de son côté, alors que Mgr Lalanne, évêque de Pontoise, défend à Lourdes, lors de l’assemblée des évêques, l’imprescriptibilité de la faute morale qu’est la pédophilie, le cardinal Barbarin est contraint d’organiser sa défense, il confie ses intérêts au cabinet Vea Solis de Guillaume Didier ; Mgr Barbarin déclare : “Jamais, jamais, jamais je n’ai couvert le moindre acte de pédophilie” et précise qu’en 2006 un prêtre  a été condamné par la justice, une autre affaire a débouché sur un non-lieu, dans les 2 cas il ne leur a pas “redonné de ministère”; le 23 mars Mgr Barbarin “demande pardon personnellement pour les dommages qu’ils (les prêtres mis en cause) ont causés en abusant sexuellement des enfants”.

Le père Preynat, prêtre dynamique, aumônier au cours des années 1970-1980, du collège La Favorite dans la banlieue chic de Lyon, dynamique animateur pendant 20 ans du groupe scout de la paroisse (le groupe Saint-Luc), avec des camps en Corse, au Portugal, en Irlande, invité à déjeuner dans les familles en week-end. subitement muté en 1991. Des enfants se souviennent  de ses mains glissées dans les shorts ou dans les duvets la nuit, accompagnées de “Tu es mon préféré, c’est notre secret”. Le père Preynat qui a reconnu de nombreuses agressions sexuelles, dit avoir informé ses supérieurs de son penchant sexuel dès ses années de séminaire, ses années de colonies de vacances à 16-17 ans les lui avaient révélé, il a suivi une psychothérapie en 1967-1968 ; ordonné prêtre en 1971, sa troupe scoute regroupe jusqu’à 400 enfants, il est très apprécié ; Bertrand Virieux dit avoir été appelé une dizaine de fois sur 6 mois, Pierre-Emmanuel, 36 ans, évoque une quinzaine d’épisodes lorsqu’il avait 11 ans, en 1991, Alexandre parle  de ses attouchements répétés de 9 à 11 ans, les parents de François Devaux réagissent en lui disant qu’il ne retournera plus chez les scouts et se font menaçant auprès de l’archevêque, Mgr Decourtray, en 1991, il est prié de partir dans la semaine ; jusqu’au 31 août 2015 il a animé la vie de 3 paroisses Neulise, Cours-la-Ville et Coteau. En août 2014, Alexandre accepte de rencontrer le père Preynat en présence d’une médiatrice, Régine M., l’entretien dure une heure et se conclue par un “Notre Père” en se tenant par la main, sans aucune demande de pardon ; sur l’insistance d’Alexandre, le cardinal Barbarin interdit à l’abbé tout exercice pastoral et tout contact avec les mineurs à compter du 31 août 2015.

Isabelle de Gaulmyn, rédactrice en chef adjointe de La Croix, écrit un livre Histoire d’un silence destiné à éclaircir cette histoire, elle dit qu’elle à prévenu Mgr Barbarin en 2004-2005, alertée par un vieux prêtre de Sainte-Foy les Lyon (le père Alain Boy), Mgr Barbarin dira se souvenir d’avoir été informé des comportements du père Preynat en 2007 par “une personne qui avait grandi” dans cette ville, elle regrette ce retard dans la prise de conscience car “en 2004-2005 la plupart de ces crimes n’étaient pas prescrits” ; elle rapporte les propos des hommes abusés : “Le père Bernard m’a baptisé, m’a donné la première communion, m’a préparé à la confirmation et… agressé” (Alexandre, 42 ans), “L’institution nous a trahis, elle a couvert du voile de la réussite pastorale la perversité connue de l’un de ses prêtres” (Olivier, 45 ans), “Je me souviens de chaque fois, de toutes les dates. Je me souviens des gestes, de son odeur. J’attendais que cela se passe. J’étais débranché… Mais en réalité, le poison ne m’a plus quitté : il a pourri les relations que j’ai pu avoir avec les adultes, en premier lieu mes parents. Et devenu adulte, il a brouillé ma vie, de père et de mari si longtemps” (Laurent, 47 ans), “J’étais sidéré. Je me tenais contre lui, les bras le long du corps, je ne comprenais pas. Il m’enlaçait en me demandant de faire pareil, il me prenait les mains qu’il mettait derrière son dos (j’ai le souvenir du contact de sa ceinture) et me serrait fort, exprimant une sorte de râle… Il me disait : “Tu es mon petit.” Pourquoi moi? Je me demandais. A cela, je n’avais pas de réponse.” (Bertrand, 50 ans) ; elle stigmatise le “cléricalisme” de Mgr Barbarin qui a protégé son institution plutôt que les victimes, et le fait que “personne n’a remis en question le fait que ce prêtre soit seul aux commande d’un groupe de scouts qui a vu passer 400 enfants et qui n’était affilié à aucun organisme national de scoutisme. C’était juste les scouts du père Preynat.”, elle note enfin que 68 personnes ont déjà témoigné et “j’en connais moi-même déjà 4 ou 5 qui ne l’ont pas fait.”

———

En mars-avril 2016, comme par « enchantement », un ensemble de témoignages viennent dévoiler des huis clos jusque là bien cachés, en France aussi il y a eu de nombreuses violences exercées par des prêtres à l’égard d’enfants ou d’adolescents ; 30 ans, 40 ans  et parfois plus se sont écoulés pour que ces hommes, ou ces femmes, finissent par crier leur colère et demander la reconnaissance de leur humiliation de la part d’une Eglise, un peu déstabilisée par un tel déferlement ; tout a commencé par l’affaire du père Bernard Preynat, prêtre du diocèse de Lyon, que le cardinal Barbarin n’a pas sanctionné à sa juste mesure, l’affaire remonte au temps du cardinal Decourtray et de Mgr Billé, mais il s’avère que ce prêtre est toujours en fonction dans une paroisse ; après avoir découvert que d’autres que lui avaient été victimes l’un des plaignants crée l’association La Parole libérée qui dès lors attirent d’autres témoignages à travers la France (60 adhérents et 40 victimes enregistrées en l’espace de 15 jours en mars 2016) ; on apprend que 5 prêtres soupçonnés ou condamnés sont désormais connus dans le diocèse de Lyon, que 60 personnes se sont fait connaitre comme ayant été abusés par le père Preynat ( l’un d’entre eux raconte : « Ma mère est allée voir Preynat, qui l’a convaincue de me laisser aux scouts. Preynat c’était Dieu. Et Dieu ne dit pas de mensonge. On croit le prêtre plus que l’enfant. ») ; Pierre, 59 ans raconte l’agression sexuelle qu’il a vécu à l’âge de 12 ans, en 1968, au collège du Sacré-Cœur d’Yssingeaux, dans la Haute Loire ; un ancien prêtre de Narbonne, victime d’un religieux en 1966, lorsqu’il avait 11 ans, au petit séminaire de Toulouse, le religieux à la retraite ne sera jamais inquiété ; ou encore une femme de 36 ans devenue « la proie » d’une religieuse dans une communauté religieuse de Rouen en 2002  alors qu’elle avait 22 ans ; Pierre, un haut fonctionnaire au ministère de l’Intérieur, explique avoir été victime d’un prêtre, l’abbé Jérôme, du diocèse de Lyon dans sa jeunesse, à 16 ans, puis à 19 ans, lors d’un pèlerinage à Lourdes, la plainte déposée en 2009 a été classée sans suite, l’évêque indique que le prêtre vient d’être suspendu “jusqu’à ce que justice se fasse”… ; en 1991, le père de François Devaux a demandé des explications au supérieur hiérarchique du père Bernard Preynat, le père Jean Plaquet, celui-ci s’est tourné vers lui en disant : “Ben alors, tu as recommencé ? Tu sais que dans le civil… tu pourrais te retrouver en prison.”; le père Preynat avait expliqué que déjà à 17 ans, soit en 1962, quand il était moniteur d’un centre de vacances il allait “caresser dans leur lit” les jeunes garçons, pourtant, confronté à un nouveau problème, en 1978 déjà le père Plaquet lui avait dit de ne pas recommencer, lui demandant de suivre une psychothérapie à l’hôpital psychiatrique du Vinatier (que le père Preynat dira avoir mal vécu, n’acceptant pas ‘être assimilé à un malade mental)  ; en juin 2016 une soixantaine d’adultes se seront manifestés pour décrire les attouchements, et les viols pour certains d’entre eux, dont ils auraient été victimes

————-

20 mars 2016 : Vincent Guillot, membre fondateur de l’Organisation internationale intersexe (OII) s’insurge contre les propos tenus en février 2016 – en réponse à la sénatrice Maryvone Blandin – par la secrétaire d’Etat chargée de la famille, de l’enfance, des personnes âgées et de l’autonomie  Laurence Rossignol concernant les mutilations sexuelles perpétrées sur des enfants intersexes en bas-âge qualifiés de “nouveaux-nés qui ont une anomalie congénitale entrainant une difficulté de détermination du sexe”, il demande le respect de l’intégrité physique de l’enfant et l’accuse de perpétuer ainsi “la figure du monstre”; il parle de 2 000 nouveaux-nés a minima subissant des opérations d’assignation sexuelles non consenties chaque année et termine par la question : “A quand une prise en charge sociale réellement respectueuse des personnes intersexuées ?”

23 mars 2016 : aux USA, l’Etat de Caroline du Nord promulgue la loi obligeant les citoyens à utiliser les toilettes correspondant à leur genre biologique, discriminant ainsi les transgenres ; parmi les incidences, la Ligue de basket nord-américaine décidera en juillet la délocalisation du All Star Game 2017 qui devait se tenir en février 2017 à Charlotte, avec le soutien de basketteurs célèbres (Michael Jordan, Magic Johnson, Chris Paul, Kevin Durant) et de Jason Collins, premier basketteur à faire son coming out

24-28 mars 2016 : à Marseille, tournoi GaySportMed 4 organisé par Front Runners Marseille, Marseille Roller Derby Club et MUST, avec la Fédération Sportive Gaie et lesbienne ; SOS Homophobie tient un stand à cette occasion

30 mars 2016 : le solde des archives d’André Baudry, ancien président d’Arcadie (qui réside à Santa Agata sui due Golfi, sur la côte amalfitaine) , sont remises aux Archives nationales, par l’ex-collaborateur de la revue Arcadie pour l’Est de la France, Serge Regley, Patrice Triboux est le conservateur du patrimoine qui réceptionne ces archives, elles sont constituées de brochures, de manuscrits, de discours, d’enregistrements sonores et de photographies ; dans la foulée, Julian Jackson auteur du livre Arcadie remettra aux Archives nationales tous les documents que lui a confié André Baudry, ainsi que tout ce qu’il a pu collecter auprès d’une vingtaine d’arcadiens, ainsi que les enregistrements faits auprès de Baudry ; le 14 juin 2016 la bibliothèque homophile de Baudry sera remise à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris constituée de livres, revues et documents soit environ 500 ouvrages

Printemps 2016 : la romancière – ouvrière de profession – NM Mass qui invente des histoires d’amour gay, surtout appréciées par les femmes, publie en format numérique La Blackbird Onyx et Khalycé, avec 2 héros que tout oppose, un styliste dépressif et un flic roublard ; NM Mass a quitté son mari il y a 23 ans, après 13 ans de mariage et 2 enfants encore petits, elle a refait sa vie avec une femme de 10 ans sa cadette

Avril 2016 : sortie du film Théo et Hugo dans le même bateau d’Olivier Ducastel et Jacques Martineau, ils sont les auteurs de Jeanne et le garçon formidable sorti en 1998 ; l’un est séropositif, l’autre pas, ils passent de l’amour physique au coup de foudre, dans un sex club gay, c’est un hymne à la jeunesse, quasiment en temps réel de 5h à 7h du matin

Avril 2016 : à Marseille, SOS homophobie organise la projection du film de Valérie Mitteaux Le Baiser de Marseille

Avril 2016 : en Allemagne, le commissaire d’exposition irano-américain, Ashkan Sepahvand, développe une relecture de l’histoire LGBTQ au Berlin Museum dans une perspective post-coloniale, en faisant appel à une quinzaine d’artistes issus de la scène locale berlinoise en particulier

Avril 2016 : au Sénégal, la ministre de la santé, Awa Marie Coll-Seck, forte de son expérience sur la quartier de Pikine à Dakar, engage une action déterminée pour accroitre de 20% à 40% le nombre de femmes ayant recours à la contraception d’ici 2020, dans un pays où 5% des enfants de moins de 5 ans meurent avant l’âge de 5 ans et 20% d’entre eux ne mettent jamais les pieds à l’école primaire

8 avril 2016 : à Rome, le pape François publie une exhortation apostolique Amoris Laetitia (La joie de l’amour), il réaffirme “l’idéal complet du mariage” mais ouvre la possibilité d’un traitement au cas par cas des personnes placées dans des situations matrimoniales irrégulières aux yeux de l’Eglise, il distingue “l’accent quasi exclusif (mis) sur le devoir de procréation” au détriment de la dimension affective et spirituelle du couple, il prône “le discernement pastoral empreint d’amour miséricordieux”, ouvrant la porte dans certains cas aux sacrements ; il n’aborde pas la question des couples homosexuels

13 avril 2016 : adoption de la loi “contre le système prostitutionnel” destiné à abolir la prostitution en pénalisant les clients (la loi aura davantage de répercussions négatives que positives pour les prostituées)

13 avril 2016 : mort de Maya Surduts (née 1937 à Riga) ; en 1970 animatrice du Cercle Dimitrieff, le courant féministe de l’Alliance marxiste révolutionnaire, MLF de quartier (par opposition au MLF central qui se réunissait aux Beaux-Arts) ; elle avait connu 4 avortements (le 1er en 1955 alors qu’elle avait 17 ans), elle a participé à la grande marche en faveur de l’avortement de 1979, année du vote de reconduction définitive en novembre 1979 de la loi Veil du 17 janvier 1975 ; en 1982 elle s’est mobilisé lors des Etats généraux pour l’emploi des femmes ; elle a fondé en octobre 1990 de Coordination des associations pour le droit à l’avortement et à la contraception afin en particulier de lutter contre les commandos anti-avortement, qui obtient en 1993 la loi Neïertz sur le délit d’entrave à l’IVG ; elle a fondé en 1995 du Conseil national pour les droits des femmes qui regroupait les associations féministes et s’est battu en particulier sur le thème des violences conjugales (en 1997, Etats généraux et Assises  sur les violences conjugales)

14 avril 2016 : Ludovine de la Rochère, présidente de la Manif pour Tous, se déclare outrée par les propos de Florian Philippot, porte-parole du FN, qui a osé déclarer que l’abrogation du mariage gay est un sujet d’intérêt comparable à celui de la culture du bonsaï

21 avril 2016 : aux USA, mort du chanteur-compositeur Prince (Rogers Nelson) 58 ans, androgyne flamboyant et provoquant ; avec sa voix aux aigus extravagants, mêlant l’angélisme du gospel à l’érotisme le lus débridé, il ne se voulait ni noir, ni blanc, ni hétéro, ni homo, ni funk, ni rock, ni dieu, ni diable, mais tout à la fois, il trouvait sa toute puissance et son charme fou dans la confusion et l’ambiguité

27 avril 2016 : à Chalon-sur-Saône, ouverture du procès d’un ancien religieux de la communauté de Saint-Jean (les “petits gris”), Régis Peillon, frère Jean-François-Régis, 57 ans, accusé d’avoir agressé un mineur et un majeur de 46 ans, l’un au prieuré de Murat dans le Cantal en 2009, l’autre à Rimont en Saône-et-Loire en 2014 derrière les murs du siège de la communauté ; en 1991, les pères Marie-Dominique Philippe et Philippe Marie, cofondateurs de Saint-Jean,  avaient persuadé Régis Peillon que ses difficultés disparaîtraient  “ce qui comptait c’était mon désir de consécration à Dieu”, il a vécu depuis 25 ans de vie monastique dramatique et de problèmes psychologiques; en 2007 à l’hostellerie d’Abidjan, il agresse plusieurs adolescents et jeunes adultes ivoiriens, en 2008 un jeune adulte, puis un mineur racontent les propositions faites à de jeunes adolescents sous prétexte de vérifier le développement de leurs organes sexuels, en 2009 il est exfiltré et renvoyé à Rimont ; cette affaire fait suite à 4 condamnations au cours des 4 dernières années, le 15 février 2012 à Angoulême le frère Luigi de Gonzagua, mexicain de 42 ans pour agression sexuelle d’un adolescent, rejugé le 12 novembre 2012 à Mâcon pour agression sexuelle d’un lycéen à Cluny en mai 2011 ; l’aumônier Jean-Dominique Lefèvre, 66 ans, a été reconnu coupable d’agressions sexuelles commises entre 1991 et 1999 contre 5 victimes en France et en Roumanie  par le tribunal du Puy-en-Velay en mai 2015, sa dernière victime a été une fillette de 6 ans, confiée au religieux par sa grand-mère ; en juin 2012 un frère qui devait être jugé aux Assises pour acte pédophile s’est suicidé dans le diocèse d’Orléans ;  le fondateur de la communauté en 1975, Marie-Dominique Philippe, décédé en 2006, s’appuyait sur son enseignement d’ “amour d’amitié” pour contourner le vœu de chasteté, et l’Avref (association d’aide aux victimes de mouvements religieux en Europe et familles) a publié en mai 2015 un rapport accablant sur ce concept ambivalent qui justifie en quelque sorte “tout type de relation physique quel que soit l’âge ou le sexe du partenaire considéré”, en avril 2013 le chapitre général  a reconnu “des manquements à la chasteté” sous couvert de justifications doctrinales ; à l’été 2015 le Vatican a nommé un commissaire pontifical, Mgr Blondel, chargé d’enquêter sur le fonctionnement de la communauté.

————-

La mise à disposition d’un système d’écoute par La Parole libérée, relayé par l’hebdomadaire catholique de gauche Golias et le journal internet Médiapart font remonter à la surface d’anciennes affaires :

  • Mgr Tony Anatrella, prêtre, conseiller (consulteur) au Vatican pour la famille et pour la pastorale de santé, psychanalyste, 75 ans, enseignant au collège des Bernardins et au Centre Sèvres (des jésuites) à Paris ; les 1ers documents le concernant remontent à 2001 à l’archevêché de Paris ;  sur la recommandation d’un prêtre Fabien – 40 ans, il vit en Rhône-Alpes -, s’est rendu à son cabinet en juin 1997, été son patient pendant 14 ans, jusqu’en 2011, il a passé , il a vécu d’étrange thérapie faite de touchers à travers les habitats ou sur la eau et de masturbations, il en est ressorti brisé par des gestes impossibles à oublier, thérapie marquée entre 2010 et 2011 par 6 ou 7 séances spéciales, non payantes ; en 2006-2007, 3 jeunes adultes ont signalé avoir subi des abus sexuels dans ce genre de thérapies, un seul porte plainte mais l’affaire est classée en septembre  2007, les faits sont prescrits ou les victimes considérées comme “consentantes” : parmi eux Eric, ancien séminariste à qui Anatrella promettait de le libérer de son homosexualité, au bout de 4 ans en 1993 Eric a quitté Paris, il se plaint par courrier auprès de Mgr Lustiger, celui-ci le reçoit mais ne donne aucune suite à cette rencontre  ; le 25 septembre 2007, le juge ecclésiastique de Paris a répondu à une victime qu’il n’y avait “pas lieu d’ouvrir une procédure canonique” ; en 2016, deux autres victimes, anciens élèves du lycée Arago à Paris, ont témoigné  sur France 3, et un prêtre dominicain de Fribourg affirme être en contact avec une victime de Tony Anatrella ; en 1988 Mgr Anatrella a publié Adolescences, et progressivement adopte une ligne très conservatrice (sur l’avortement, le préservatif ou le sida), il publie Non à la société dépressive en 1993 (dans lequel il considère que la nazisme, le marxisme et le fascisme sont des idéologies de nature homosexuelle), en 2005 il inspire l’instruction du Saint-Siège interdisant l’accès à l’ordination des prêtres homosexuels (il écrit le 25 novembre 2005 dans l’Osservatore Romano que l’homosexualité est “comme un inachèvement et une immaturité foncière de la sexualité humaine”)
  • Le père Dominique Spina a été condamné en 2005 à 4 ans de prison pour viol d’un lycéen de 16 ans à Pau, en 1994-1995 (devenu professeur d’histoire et géographie, celui-ci a 39 ans en 2016) ; après un séjour dans le diocèse de Bayonne, maintenu sous “surveillance” jusqu’en 2009, puis en charge  de 7 paroisses du diocèse de Toulouse (c’est encore le cas en 2016)
  • En mars 2016, il est demandé au père Bruno Houpert condamné pour agressions sexuelles à Rodez en 2007, affecté au diocèse de Lyon en 2008, de “prendre un temps de retrait” après révélation de cette affaire dans la presse
  • L’abbé Philippe P. de la Fraternité sacerdotale Saint- Pie X a agressé sexuellement Simon, 12 ans, le 20 juillet 1989 lors d’un jeu de nuit en camp scout en Vendée en l’encerclant de ses bras de façon intrusive, nouvelle agression après plusieurs tentatives violentes, après le catéchisme, sous sa tante ou dans sa voiture; Simon a saisi la justice, en vain, et témoigné dans le Livre noir de la Fraternité sacerdotale Sain-Pie X, édité par l’Avref (aide aux victimes de mouvements religieux en Europe et à leurs familles) ; le père P. restera en charge d’une troupe scoute à Conflans-Sainte-Honorine jusqu’en 2002 ; en 2009 Mgr Fellay, supérieur de la Fraternité,  évoque un éventuel suivi psychiatrique, Simon qui juge cela insuffisant porte plainte auprès de la Congrégation pour la doctrine de la Foi – dont dépend la Fraternité – au Vatican, un procès canonique a lieu en 2010 dirigé par Mgr Fellay, il est condamné, mais en appel aucune punition n’est prononcée, celui-ci quitte la Fraternité en 2014 ; d’autres victimes se sont manifestées mais Mgr Mazzotti, chargé d’affaire à la nonciature apostolique de France fait savoir qu’elle n’a “nullement l’intention d’intervenir” ; à l’église de l’Immaculée conception de Lyon, paroisse à tendance royaliste, un prêtre a été jugé pour corruption de mineur de 15 ans avant d’être blanchi en juillet 2015 (le prêtre ayant parlé d’acte sexuel consenti avec un jeune homme dont il ignorait l’âge), son remplaçant le père B. (bien connu dans la sphère royaliste, célébrant tous les 21 janvier la messe en l’honneur de Louis XVI, avec l’Action française) a été lui aussi inquiété, suspendu par Mgr Barbarin, soupçonné de pédophilie après des révélations du Figaro, Pierre – victime du père B. lorsqu’il avait 16 ans – a porté plainte contre Mgr Barbarin en 2009 ; des femmes sont aussi les proies de prêtres de cette Fraternité : en 2014 l’abbé Christophe Roisnel est mis en examen pour “viols, torture et actes de barbarie”, la justice le suspecte d’avoir violé 3 enseignantes en 2010-2011 au sein de l’école ND de la Sablonnière (Yvelines) sont il était directeur, et Mme B. raconte « l’événement » de 1979-1980 au catéchisme de la Trinité à Lyon que lui a fait vivre le père Guy Gérentet de Saluneaux (condamné en février 2016 à l’âge de 61 ans pour agressions sexuelles sur 8 jeunes filles en 1989 et 2000), toutefois il officie pendant 30 ans (1970-2001) à la paroisse de la Sainte Trinité sans être inquiété
  • le père Marcial Maciel, fondateur de la congrégation des Légionnaires du Christ, au Mexique, mort en 2006, accusé publiquement de pédophilie par des séminaristes ; la congrégation a connu de nombreux cas d’abus sexuels et de dérives sectaires, les abus sexuels ont été reconnus par les Légionnaires du Christ eux-mêmes dans un communiqué en 2010 ; Xavier Léger a témoigné dans Moi, ancien légionnaire du Christ en 2013

Aymeri Suarez-Pazos, président de l’Avref, ancien de l’Opus Dei, fustige ces “sociétés fermées qui se croient au dessus des autres et qui prétendent sauver l’Eglise”, il ajoute “concernant les abus sexuels, il y a des communautés où c’est structurel comme Saint-Jean ou les Légionnaires du Christ, si le fondateur est déviant et commet des abus sur ces fidèles, il y a souvent reproduction dans la communauté”

———

Dernier dimanche d’avril : à l’occasion de la cérémonie de la déportation une délégation de LGBT dépose une gerbe dans plusieurs villes (Paris, Montpellier, Nîmes, Bordeaux, Marseille, etc.) ; à Marseille l’association Mémoire des sexualités (présidée par Christian de Leusse) se charge depuis 2010 de déposer cette gerbe dans le cadre de la cérémonie officielle, appuyée par l’association du Mémorial de la Déportation Homosexuelle (présidée par Hussein Bourgi), dont Christian de Leusse est trésorier

30 avril 2016 : mort de René-Paul Leraton, l’un des piliers de Sida Info Services, créateur de la ligne Azur, il avait animé l’émission Good as you sur Canal Jimmy, dans les années 2000  ; membre du couvent de Paname, des Sœurs de la perpétuelle indulgence, élevée au rang de Sœur le 13 septembre 2003, elle prend le nom de “Sœur Ursita Pinage Passif Divine de Plessis-Bélière Marquise des grosses, des Vieilles et des Poilues Dite Jamais sans mon Tabouret, Dite aussi Joffreeeeeeeey, Dite également la Porno“; il aimait discuter avec Jean Le Bitoux sur l’histoire du milieu gay, la déportation, le sida ; en 2005 il est atteint d’une maladie grave ; Franck Marcé parle “d’une montagne de gentillesse et d’énergie, cœur d’artichaut dans un corps de catcheur, langue de vipère avec les salauds et les homophobes, mais bienveillance et finesse envers les faibles, intelligence aigüe mais âme d’enfant, culture d’une grande finesse mais plaisanteries à faire rougir un corps de garde, colères homériques et outrancières mais humour décapant et dévastateur et autodérision en toutes circonstances pour chasser la tristesse et le désespoir, fustiger les imbéciles et les méchants et faire hurler de rire tous les autres”.

Mai 2016 : à Lyon, ouverture d’un centre de santé médical et associatif après 6 ans de travail selon le Dr Jean-Michel Livrozet, président du CoreVIH Lyon-Vallée du Rhône (selon un concept né en 1933 à Sydney en Australie, en direction des marins) ; il y a le 190 à Paris depuis février 2010, en 2016 l’IGAS préconise la multiplication de ces structures d’accueil mixte ; de nombreuses associations y tiennent leurs permanences, pour femmes, lesbiennes, gays, prostitué-es, trans, séropositifs et atteints du VIH, toxicos, etc. et lieu d’échanges entre les soignants

Mai 2016 : pour la  fois des sénateurs (Maryvonne Blondin, Corinne Bouchoux) auditionnent des représentants associatifs d’intersexes, dont Vincent Guillot membre fondateur de l’Organisation internationale intersexe (OII), Mathieu le Mentec et Nadine Coquet, ils réclament le droit à l’intégrité physique et l’accompagnement de l’autodétermination des personnes concernées ; un rapport doit être publié fin 2016 sur ce sujet par la délégation aux droits des femmes du Sénat ; aux USA le Pr Anne Fausto-Sterling évalue à 1,7% la part d’intersexués dans la population

Mai 2016 : un jugement de non-lieu est rendu pour une affaire d’ “atteinte sexuelle” concernant l’école de la Péraudière, à Montrottier, dans le Lyonnais, établissement hors contrat, dépendant de la Fraternité Saint-Pie-X, catholique intégriste ; pourtant Christophe 25 ans a témoigné du comportement de monsieur Bruno C. : “Il surveillait les douches, et, pour vérifier q’on était bien savonnés, nous passait toujours la mains sur nos parties intimes”, d’autres témoignages ont corroboré cette attitude ; l’école applique les théories d’éducation de Luce Quenette “papesse de l’éducation de la pureté”, l’école est adepte du créationnisme et de l’éducation à la schlague, volontiers pétainiste, anti-francs-maçons, antisémite et islamophobe, Philippe Houzelle son directeur jure avoir interdit les châtiments corporels: “On veut juste faire de nos garçons des patriotes”

Mai-juin 2016 : à Marseille, une enquête est menée par 2 militants de SOS homophobie (Romain Donda et Maximilien Degonville : rs13.contact@gmail.com) grâce aux réseaux sociaux, sur le thème “Marseille ville gay friendly ?“, elle touche 237 répondant, à 70% marseillais, à 75% LGBTQI, 93% des répondants se répartissent à parts égales entre 18-24 ans, 25-34 ans et 35-64 ans ; 40% de célibataires répondent mais aussi 53% de personnes en couples (dont 13% de mariés ou pacsés) ; 69% des 18-24 ans ne sont out qu’en fonction des circonstances, chez les 35-64 ans 50% se disent out en toutes circonstances ; 54% des LGBTI se sentent plus à l’aise dans des lieux gay friendly (une quinzaine de lieux à Marseille et alentours), lieux de détente et de rencontres, mais les commerces LGBTQI et les soirées LGBTQI ne sont presque pas fréquentés, par 56% des LGBTQI pour les 1ers et par 59 % pour les seconds, et la Gay Pride n’est pas systématiquement fréquentée par les répondants ; les LGBTQI et les autres souhaitent davantage de choix et davantage d’événements, 1/3 des LGBTQI répondants se disent incapables de citer une association LGBTQI existante (parmi la vingtaine qui existe à Marseille), mais ils sont 30% à se dire adhérents “actifs” à l’une d’entre elle et 20% à se dire simples adhérents ou donateurs; les 2/3 des répondants souhaitent davantage de transparence, de clarté et de visibilité de la part des associations ; l’image globale de la ville est négative pour 66% des répondants, les LGBTQI considèrent malgré tout à 43% qu’ils peuvent envisager leur avenir dans cette ville ; un site internet dédié à la vie LGBT marseillaise est demandé par 62% des répondants, et il sont prêt à 75% à s’investir dans un “projet” commun, en particulier s’engager pour la cause LGBTQI (tolérance, égalité, solidarité)

Mai 2016 : à Marseille, la délégation de SOS Homophobie organise la projection du Baiser de Marseille de Valérie Mitteaux et de La Sociologue et l’ourson avec Irène Théry

5-8 mai 2016 : à Valence, rencontre lesbienne féministe (participation du CEL de Marseille)

12 mai 2016 : parution du Rapport annuel de SOS Homophobie, plus de 60% des cas d’homophobie signalés se sont produits dans un contexte de vie quotidienne : famille 14%, lieux publics 12%, travail 12%, voisinage 9%, commerces et services 8%, milieu scolaire 6% ; dans le milieu scolaire les personnes touchées sont de plus en plus jeunes : 69% ont moins de 18 ans ; l’homophobie ordinaire continue de s’exprimer librement, en 20 ans l’homophobie ordinaire faite essentiellement d’ignorance et de rejet s’est transformée en refus de l’égalité des droits et en violences verbales et physiques assumées à l’égard des personnes LGBT, et internet reste le principal contexte de cette homophobie (308 témoignages, soit 20% des témoignages reçus en 2015)

15 mai 2016 : l’UEJF, SOS homophobie et SOS Racisme assignent en référé Twitter, YouTube et Facebook pour non respect de leurs obligations de modération des contenus haineux véhiculés par ces réseaux sociaux en vertu de la loi du 21 juin 2004 (art.6 concernant la confiance sur l’économie numérique), seuls 4% ont été supprimés sur Twitter, 7% sur YouTube et 34% sur Facebook

16 mai 2016 : la Cour pénale internationale (CPI) condamne pour la 1ère fois un responsable militaire pour viols comme crimes de guerre et crimes contre l’humanité, après 330 jours d’audience, en la personne de Jean-Pierre Bemba, ex-homme d’Etat congolais, pour le viol de 5 229 victimes reconnues par la CPI entre le 26 octobre 2002 et le 15 mars 2003 en République centrafricaine par les 1 500 hommes du Mouvement pour la libération du Congo fondé par Jean-Pierre Bemba

19 mai 2016 : en Allemagne, le Comité International de Ravensbrück décide  de soutenir la démarche Boule de Commémoration présentée par le groupe Femmes lesbiennes autonomes Allemagne-Autriche ; en 2015 à l’occasion du 70ème anniversaire de la libération du camp elle ont déposé cette boule de mémoire, elles décident de déposer une demande officielle pour effectuer cette demande ; elle citent les cas relevés – par les historiennes Claudia Schoppmann, Corinna Tomberger et Ilse Kökula – à Ravensbrück, de Henny Schermann, née en 1912, déportée en 1940, juive qualifiée par l’enregistrement de “lesbienne pulsionelle” et assassinée le 30 mai 1942, Elli Smula, née en 1914, dénoncée par son patron (entreprise de tramway), arrêtée en septembre 1940, arrêtée et déportée, avec motif ajouté “lesbienne”, et décédée au camp, Inge Scheuer, née en 1924, licenciée pour liaison avec une collègue du service de l’aide marine, envoyée en clinique psychiatrique, envoyée en internement pour filles du camp, puis renvoyée chez elle 6 semaines plus tard, Mary Punjer, née en 1904, travaillant dans un magasin familial de confection pour femmes à Wandsbeck, arrêtée le 24 juillet (sans doute dans un local connu pour accueillir des lesbiennes), retenue prisonnière pendant 3 mois par la police, déportée  comme asociale avec ajout “lesbienne” le 12 octobre 1940, assassinée au centre d’extermination de Heil-und Pfelgeanstalt Berneburg en 1942, Marie Glawitsch, née en 1920 à Graz en Autriche, condamnée à 6 mois de prison pour vol et pour cause du § 129 (le code pénal autrichien punissant les activités homosexuelles), internée le 31 octobre 1942, à 22 ans, comme criminelle, elle est décédée en 1966 à 46 ans ; elles soulignent que de 1939 à 1945 plus de 120 000 femmes d’une trentaine de nationalités ont été déportées au camp de Ravensbrück, et notent que si l’on retient un pourcentage de 10% on peut en déduire que les lesbiennes devaient être de l’ordre de 12 000 parmi ces internées ; elle notent aussi que plusieurs milliers de jeunes filles ont été déportées dans le camp voisin d’Uckermark ouvert en 1942 par les nazis

22 mai 2016 : dans le cadre de sa 4ème semaine nationale, Le Refuge organise à Marseille sa soirée caritative au Bistrot Vénitien

23 mai 2016 : en Grande-Bretagne, au cours de la cérémonie des British LGBT Awards, l’écrivaine Sarah Waters reçoit le Lifetime Achievement Award qui récompense l’ensemble de sa carrière ; elle vient de publier Derrière la porte, histoire de passion, d’amour de sexe et d’angoisse qui se déroule dans les années 1920, entre Frances, ouvertement lesbienne, et Lilian, décontenancée d’abord ; ce sont les années de Virginia Woolf et Vita Sackville-West, de Radclyffe Hall, Nathalie Barney et Djuna Barnes qui étaient des femmes de milieu aisé, plus difficile pour les femmes de la classe moyenne, alors que Marie Stopes mettait en garde les femmes de rester loin du lesbianisme dans un livre Enduring Passion en 1928 ; Sarah Waters explique combien il est plus aisé pour elle d’écrire sur le lesbianisme aujourd’hui, grâce à plusieurs écrivaines qui ont ouvert la voie et qu’elle a lu avec avidité dans les années 1970-1980, Jeannette Winterson et Emma Donoghue, qu’elle qualifie des “lesbiennes révolutionnaires”, Rita Mae Brown, Dorothy Allison et Isabel Miller qui sont selon elle, des “pionnières”, ainsi que Patricia Highsmith et Mary Renault

28 mai 2016 : Arte diffuse une émission sur Vincent Guillot de l’Organisation internationale des intersexes, et les personnes intersexes, selon les auteurs un enfant sur 300 à un sur 3 000 nait intersexe, en France des médecins mutilent les enfants (2 000 enfants chaque année) contrairement aux directives de l’ONU et du Conseil de l’Europe sur les mutilation, en Suisse un Comité national d’éthique recommande qu’aucune opération ne soit pratiquée sur les personnes intersexes avant qu’elles ne puissent se déterminer elles-mêmes

30 mai 2016 : une étude publiée par Le Figaro indique qu’il y a eu 8 000 pacs homos et 231 000 hétéros (3,4%), 6 337 mariages homos et 173 728 hétéros (3,6%), en 2015, les mariages entre personnes de même sexe sont nettement plus importants que les autres mariages dans les villes de plus de 200 000 habitants (21,1% contre 9%), et un peu supérieurs dans les villes de 1 000 à 10 000 hab (36,9% contre 31,8%) ; l’âge moyen du mariage pour les couples de femmes (43 ans en 2013) et pour les couples d’hommes (50 ans en 2013) était nettement supérieurs à celui des couples hétéros (37 pour les hommes -35 ans pour les femmes en 2013), il s’est un peu rapproché des couples hommes femmes en 2015 : 40 ans pour les premiers, 44 ans pour les seconds, alors que celui des couples hommes femmes est resté le même

31 mai 2016 : décès du journaliste Emmanuel Maubert, 51 ans, ouvertement gay, engagé contre l’homophobie qui a fait sa carrière dans de nombreux médias (dont Europe 1)

Juin 2016 : en Israël, la Gay Pride de Tel Aviv est un grand succès festif ; dans le pays 10% de la population est ultra-orthodoxe (850 000 personnes, ils étaient quelques dizaines de milliers en 1948), à Jérusalem ce taux monte à 33% ; pour eux la femme est infréquentable 12 jours par mois, l’intimité entre le mari et la femme doit se réduire au minimum, pour certains l’acte sexuel ne peut avoir lieu que 2 fois pas mois et il est interdit 3 mois avant la fin de la grossesse et 6 mois après, on apprend aux jeunes filles à baisser les yeux et à ne pas penser aux garçons, la méconnaissance des partenaires – non choisis – est telle que la nuit de noces est un cauchemar, d’autant que la recommandation faite au garçon est souvent de “faire vite et fort”, l’objectif étant surtout de faire des enfants ; pour un adolescent, la masturbation a des implications graves, il faut toujours 5 ou 6 personnes dans une pièce, il est interdit de s’asseoir sur le lit d’un camarade et il faut toujours porter le pyjama, les relations homosexuelles, tues et honteuses, peuvent entrainer l’expulsion de la yeshiva ; pourtant depuis plusieurs années les scandales de pédophilie, de viols intrafamiliaux et au sein des écoles religieuses se sont multipliés dans les communautés ultraorthodoxes ; 1 000 à 300 personnes quittent chaque année la communauté, en majorité des 18-35 ans, et les suicides sont en recrudescence

Juin 2016 : lancement de la 1ère Paris Black Pride, par Johan Amaranthe et Franck Doucet, ils expliqueront : “Nous avons été dans des situations où nous étions marginalisés, notre parole n’était pas prise en compte. Souvent les personnes concernées ont quitté ces associations, à majorité blanche” nous nous sommes lancés pour nous “focaliser sur les champs qui nous intéressent : la santé, le social et aussi la culture. Mais surtout la célébration de ce que nous sommes… Se montrer pour dire que non, l’homosexualité n’est pas quelque chose de propre aux blancs, il y a eu des personnes ouvertement homosexuelles en Afrique avant la colonisation… Aujourd’hui il y a parmi nous des personnes séropositives, une surreprésentation des homosexuels masculins. Et que parmi eux, il y a une surreprésentation des personnes d’origine étrangère… Nous sommes très stigmatisés vis-à-vis du VIH en tant que gay, alors que dans la réponse, certains gays disparaissent en tant qu’acteurs médicaux. Je trouve ça fous !”

Juin 2016 : Anne Hidalgo, maire de Paris, nomme Eve Plenel coordinatrice du projet Paris sans sida, à l’image de San Francisco et de New York ; amie d’Alain-Emmanuel Dreuilhe, mort du sida en 1988 (auteur du livre Corps à corps), elle dirigeait Arcat (asso de recherche, de communication et d’action pour l’accès aux traitements), elle a mis au point un plan d’action, avec l’aide de la chercheure France Lert

Juin 2016 : parution du livre Femmes d’homosexuels célèbres, de Michel Larivière qui évoque 16 femmes, occasion pour lui de faire état de sa grande érudition historique ; Edouard II d’Angleterre (marié à Isabelle de France qui, avec l’aide son amant Roger Mortimer comte de March, le fait exécuter en 1325 par insertion “dans l’anus d’une barre de fer rougie au feu” et fait émasculer, éventrer et décapiter lentement au couteau son amant), Johann Wolfgang von Goethe (marié Christiane Vulpius une femme qui se contente d’un rôle purement domestique), Jules Verne (il se marie avec une épouse trouvée par sa mère mais part en Scandinavie et laisse son épouse accoucher seule), Pierre Loti (qui trouve une “riche, protestante et plus petite que lui”), Lord Byron (qui n’a d’yeux que pour la fortune d’Anna Isabella Milbranke mais “déteste dormir avec une femme”), Oscar Wilde, Paul Verlaine (qui insulte Mathilde, l’étrangle et jette un soir le bébé de 3mois cintre le mur), Aragon (qui n’a “que des érections incomplètes”) et Gide (qui a sexe en horreur, marié à sa cousine Madeleine Rondeau qui s’en satisfait mais finit par se révolter en 1916 en tombant sur une lettre adressée à son mari, et brûle 20 ans de correspondance de Gide)

Juin 2016 : à Toulon, une jeune femme témoigne avoir été agressée car jugée trop court vêtue, quelques jours plus tard se déroule dans cette ville la marche des shorts

Juin 2016 : en Roumanie, à la suite d’une pétition signée par 3 millions de personnes, la Cour constitutionnelle examine une proposition visant à interdire dans la constitution la possibilité de mariage pour les couples de même sexe, en contradiction avec les principes de l’Union européenne ; en appui à l’association Accept, dont Romanita Iordache est la vice-présidente, Evelyne Paradis au nom de l’ILGA lance une alerte au européen sur cette situation, en coordination avec Amnesty International, Escol (commission européenne juridique sur l’orientation sexuelle) et la Commission internationale de Juristes ; finalement l’examen de la proposition est reportée à septembre

Juin 2016 : aux USA, à New York le président Obama consacre le bar Stonewall, à Greenwich village, 1er monument dédié aux droits des LGBT

Juin 2016 : aux USA, Andres, avocat de 43 ans, père de 3 enfants, installé à Washington, annonce qu’il est trangenre, avec le nom de Ava, il n’avait rien dit jusque là craignant “de perdre sa famille, sa carrière, d’être ridiculisé”; depuis quelques années plusieurs cas semblables se sont déclarés, ainsi Bruce Jenner, médaille d’or du décathlon au JO de Montréal en 1976, devenu Caitlyn

3 juin 2016 : signature d’une convention entre la CFDT et le Ravad (réseau d’assistance aux victimes d’agression de de discriminations), représenté par son président Jean-Bernard Geoffroy, regroupant une quarantaine d’associations LGBT, dans l’objectif de lutter contre les LGBTphobies dans le monde du travail et d’apporter une aide concrète aux victimes ; “Je veux que cela se concrétise sur le terrain et que cette convention ait des effets sur la protection des travailleurs” déclare Laurent Berger ; présent, Michel Mangin de Aides rappelle que la lutte contre les discrimination participe à a lutte contre la propagation du VIH et des hépatites

9 juin 2016 : à Marseille, L’Autre Cercle organise en débat sur : la diversité créatrice de valeurs

Nuit du 11-12 juin 2016 : aux USA, à Orlando, en Floride,un américain d’origine afghane de 29 ans Omar Mateen, agent de sécurité possesseur d’un permis de port d’armes, fait un carnage à partir de 2h du matin dans une boite de nuit LGBT le Pulse, discothèque latino très prisée pour ses spectacles de drag-queen et ses shows, fréquentée par les  portoricains en particulier ; armé d’un revolver et d’un fusil d’assaut il fait 49 morts et 53 blessés ; à 5h du matin la police lance l’assaut ; son père dira qu’il a été choqué d’avoir vu deux hommes qui s’embrassaient, mais il s’avèrera qu’il avait déjà fréquenté plusieurs fois ce lieu à la recherche de rencontres ; il se recommande de l’Etat islamique ; le Pulse a été ouvert en 2004 par Barbara Poma, en mémoire de son frère ainé décédé du sida 13 ans plus tôt, en 1991, et l’établissement organise des levées de fonds pour aider les SPI dans leurs activités de prévention santé-sida ; parmi les habitués du Pulse, Luis Rivera déclare : “C’est 13 ans de ma vie. La soirée latine du samedi était unique. On s’y sentait en sécurité. On était nous-mêmes. Je parle des gays mais il y avait aussi beaucoup d’hétéros.” ; Orlando est connue pour ses nombreux bars et night-club gay (Parliament House, Hanks Bar, Savoy) qui rendent a ville largement gay friendly ; le même week-end se tient dans plusieurs villes, à New York la parade de la “fierté portoricaine” dédiée à la communauté LGBT et aux liens familiaux, elle se transforme en manifestation de deuil, à Boston, à Washington, ainsi que la 46ème Gay Pride de West Hollywood à Los Angeles ; Georges Chauncey auteur de Gay New York (1890-1940) paru en 2003, souligne que “le sentiment antigay persiste aux USA”, en particulier chez les républicains, “au nom de la liberté… ils continuent de défendre publiquement le droit à la discrimination des homosexuels.”

15 juin 2016 : le Haut Conseil à l’égalité porte un jugement critique sur l’éducation à la sexualité en France, 1/4 des filles de 15 ans ne savent pas ce qu’est un clitoris, 68% des garçons de 4ème et de 3ème ignorent la fonction de cet organe, 18% des garçons de 15-24 ans pensent que “mater un porno” est un bon moyen d’apprendre  faire l’amour ; la loi du 4 juillet 2001 (relative à l’IVG et la contraception) est censée assurer aux collégiens et lycéens 3 séances annuelles sur le sujet, elles doivent aussi présenter une vision égalitaire entre hommes et femmes, mais dans plus d’1/4 des 3 000 écoles publiques et privées observées la loi n’est pas respectée ; en milieu étudiant, si 90% des premiers rapports sont protégés, lors de rapport réguliers un-e étudiant-e sur 3 ne porte jamais de préservatif

16 juin 2016 : l’Assemblée nationale examine deux propositions de loi de la droite contre les GPA (gestation pour autrui), du député Philippe Gosselin (LR) en faveur de l’inscription dans la Constitution du principe l’indisponibilité du corps humain, et de Valérie Boyer (LR, BdR) destiné à porter à 5 ans de prison et 150 000 € d’amende le recours à une mère porteuse

20 juin 2016 : en Syrie, “la civilisation syrienne a une longue histoire méconnue d’intégration des homosexuels que Daech tente de détruire” écrit Thierry Meyssan, animateur du Réseau Voltaire qui vit dans ce pays réduit aux maigres territoires qui contrôle encore Bachar Al-Assad ; il en veut pour preuve l’élection de Monsieur Gay Syrie organisée par Subhi Nahas en mai 2016 (à Istanbul et non à Deir ez-Zor à cause de la guerre),  il affirme que seuls la Syrie, le sultanat d’Oman et certains Emirats arabes unis intègrent les homosexuels, alors qu’au Liban la police arrête des jeunes gens souvent dénoncés par leurs familles ; Meyssan parle du respect de la vie privée enseigné par des milliers d’années de civilisation, de ce fait on peut “déclarer mépriser l’homosexualité en général tout en s’interdisant d’accuser quiconque en particulier d’être gay”, certes les dispositions négatives du code pénal de 1949 n’ont pas été abrogées mais “le parti Baas  a installé une culture qui respecte les différences”

25 juin 2016 : mort de la romancière féministe Benoite Groult (1920-1916), considérée comme bas-bleue dans son adolescence parce que trop intellectuelle, en 1944 à 24 ans (juste avant de coiffer Sainte-Catherine, formule qui stigmatise les jeunes files non mariées à 25 ans) elle se marie à un interne en médecine qui meurt rapidement de la tuberculose, elle a alors appris les rudiments des curetages (alors que la faiseuse d’ange Marie-Louise Giraud a été guillotinée en 1943 à la prison de la Roquette), elle dira “c’était ça ou ne plus faire l’amour” ; en 1946 elle se marie avec le journaliste Georges de Caunes, et après un divorce une nouvelle union avec Paul Guimard, qui lui avait dit “le mariage n’est pas un couvent, je ne veux pas renoncer à la vie, à la beauté, à la surprise”; lectrice passionnée de Simone de Beauvoir (Le Deuxième Sexe) et de Virginia Woolf (Une chambre à soi), elle écrit Le Féminin pluriel en 1965, dans Ainsi soit-elle en 1975 elle condamne l’excision, et dans La Touche étoile en 2006 réclame le droit de choisir sa mort ; en 1984 elle est nommée à la tête de la Commission de terminologie pour la féminisation des noms de métiers, de grades et de fonctions

25 juin 2016 : à Paris, séminaire associatif sur les archives LGBT organisé par la ville de Paris et le Centre LGBT Ile de France auquel participe 32 centres de documentation et d’archives ou d’associations, 3 groupes de travail s’interrogent sur ce qui est susceptible de constituer des “archives”, quelle démarche engager et qui associer à cette réflexion ; 3 annonces sont faites : un questionnaire en ligne pour les associations,  un compte-rendu de ce séminaire sera diffusé, un 2ème séminaire se tiendra le 17 septembre

26 juin 2016 : en Turquie, la 13ème Gay Pride d’Istanbul est interdite par le gouvernorat de la ville afin de “préserver la sécurité et l’ordre public” ; en 2015 la police anti-émeutes a violemment réprimé la marche, avec balles en caoutchouc, gaz lacrymogènes et canons à eau

26 juin 2016 : aux USA, la Gay Pride de San Francisco est l’une des plus fréquentée du monde, 1 million de personnes attendues

27 juin 2016 : au Vatican, le pape François fait une déclaration importante en direction d’une plus grande reconnaissance des homosexuels : « Je pense que l’Eglise doit présenter ses excuses aux personnes gays  qu’elle a offensées comme l’a dite récemment le cardinal Marx… L’Eglise doit présenter ses excuses… car l’Eglise est sainte et les pêcheurs c’est nous ! Nous les chrétiens devons présenter nos excuses de ne pas avoir accompagné tant de déchirures, tant de familles… Je me souviens de la culture de Buenos Aires quand j’étais enfant, la culture catholique fermée, j’en viens… » ; ce propos est tempéré par ses propos à l’usage de ses prêtres sans doute : « Les homosexuels ne sont pas discriminés… Ils doivent être respectés, ils doivent être accompagnés pastoralement. Le problème c’est une personne qui a cette condition, qui a une bonne volonté et qui cherche Dieu. Qui sommes-nous pour la juger ?”, propos qui leur donnent le sentiment qu’il faut “chercher Dieu” pour devenir un homosexuel respectable…

30 juin 2016 : à Lyon, le cardinal Barbarin relève de leurs ministères 4 ecclésiastiques, leurs noms ne sont pas révélés, mais on sait que le père Preynat n’en fait pas partie  ; il a constitué en avril un collège d’experts qui lui a fait des recommandations ; désormais “tout prêtre ayant commis des faits d’agression sexuelle sur mineurs, quelles que soient la date des faits” et celle de leur découverte, “se verra écarté définitivement de tout ministère”et tout prêtre venant d’un autre diocèse devra être muni d’une autorisation signée de son supérieur ; en août, le parquet classera “l’affaire” Barbarin, il ne peut être poursuivi pour le chef de non-dénonciation d’agression sexuelle faute de charges suffisantes

Juillet 2016 : création du collectif Grey Pride, animé par Richard Boitel-Stein et Francis Carrier, à destination des séniors LGBT, soutenu par Aides, Act Up et David et Jonathan, avec des permanences et un accueil téléphonique dans les locaux du Centre LGBT IDF ; plus ancienne l’association des Gays retraités a été créée en 1983, et une association des lesbiennes, Senioritas, regroupant une soixantaine de femmes s’est créée en 2012, qui organise des sorties (musées, cinéma, restaurant) et des réunions au CLGBT IDF ; à Marseille une association de gays de plus de 60 ans s’est créée en 2014, elle organise aussi  des animations ; en 2013 la ministre déléguée aux Personnes âgées et à l’autonomie, Michèle Delaunay,  a demandé à Aides, SOS Homophobie et au groupe SOS un rapport sur vieillir LGBT, mais les propositions du rapport sur des maisons communautaires, à l’image de ce qui se pratique en Allemagne ou en Suède, n’ont pas pu aboutir

Juillet 2016 : le nombre d‘IVG en France est stable depuis une dizaine d’années 218 100 en 2015 (dont 203 500 en métropole) soit 14,9 IVG pour 1 000 femmes de 15 à 49 ans, le nombre d’IVG chez les mineures est en baisse

Juillet 2016 : la Maison des femmes de Saint-Denis reçoit désormais les femmes victimes de maltraitance afin de les aider dans leurs démarches ; selon l’Observatoire départemental des violences envers les femmes 36 000 femmes âgées de 20 à 59 ans ont subi des violences conjugales dans le département, le département le plus pauvre de France (taux de chômage de 13,6%, situation sanitaire préoccupante, taux de mortalité infantile élevé, mal logement, 20% des 4 000 patientes d’une centaine de nationalités accouchées en 2013 à l’hôpital Delafontaine excisées) ; l’ouverture de cette unité est due à la détermination du Dr Ghada Hatem, membre du Groupe pour l’abolition des violences sexuelles, elle note que selon l’Ined environ 50 000 femmes excisées vivraient sur le sol français

Juillet 2016 : Les Inrocks publie une enquête sur les coulisses des Faucons, web-série sur une équipe de football produite par Ne zappez pas ! la société de production de Jean-Marc Morandini, elle fait état de pratiques douteuses (fausse directrice de casting, jeunes comédiens incités à envoyer des photos de leur sexe en érection et à se filmer sous la douche en train de se masturber) ; Morandini se dit victime d’un “assassinat public” fomenté par Marc-Olivier Fogiel et Matthieu Delormeau, il se dira que J-M. Morandini a organisé des auditions similaires dès 2006 mais qu’il inspirait une certaine crainte qui le protégeait ; la justice se saisira de cette affaire lorsqu’il sera établi que des mineurs ont été concernés

Juillet 2016 : à Avignon, présentation du spectacle du Belge Ivo van Hove Les Damnés, avec les comédiens de la Comédie-Française, en particulier Guillaume Gallienne et Denis Podalydès ; le metteur en scène se confie à Télérama : “J’ai su dès 11 ans que j’étais homosexuel. Et je vis depuis 36 ans avec mon scénographe, Jan Versweyveld. Pour mes parents en revanche ça a été un drame… J’ai été heureux, après 3 semaines de larmes, que mes parents me mettent en internat à 11 ans au milieu de 800 garçons… A l’internat, j’ai tout vécu, la brutalité, la tendresse, les secrets, la mort d’un ami à vélo, le deuil… On s’est connu à 20 ans. Jan sortait d’une école d’arts plastiques. nous avons collaboré dès mon 1er spectacle. Faire du théâtre ensemble a sauvé notre relation et en même temps c’est de plus en plus difficile… Notre vie est une conversation ininterrompue sur le théâtre.”

Juillet 2016 : en Angleterre, à Stockton-on-Tees, un jeune homme de 20 ans est grièvement brûlé par aspersion d’aérosol avant d’y mettre le feu, lors d’une agression par 4 personnes en raison de son homosexualité

Juillet 2016 : en Tanzanie, la ministre de la Santé et du Développement des communautés, du Genre, des personnes âgées et des Enfants, Ummy Mwalimu, interdit les gels lubrifiants au prétexte que ceux-ci encouragent les rapports homosexuels (illégaux et passibles d’emprisonnement à vie) et par voie de conséquence la progression du VIH

Juillet 2016 : en Chine,  ; fin 2015 un signal d’alarme officiel a été lancé 110 000 nouveaux cas de sida ont été comptabilisés sur les 10 premiers mois de l’année, 577 000 à 845 600 personnes sont recencées comme vivant avec le VIH, l’épidémie a fait un bond de 28% chez les jeunes, la contamination se fait très majoritairement par voie sexuelle mais parler de ses est toujours tabou, 86% des garçons de 18 à 22 ans nouvellement touchés le serait à la suite de relations homosexuelles ; les discriminations à l’égard des homosexuels se poursuivent, l’épidémie est une catastrophe pour les homosexuels, aucune information n’est faite dans les bars homos, un lycéen apprenant sa séropositivité s’est jeté dans un fleuve, dans le Yunan une drag-queen de 45 ans gère une association de prévention et accompagne gays et travailleurs du sexe transgenres, la plupart des hôpitaux refusent de prendre en charge les séropositifs, la plupart des homosexuels se sont mariés par convention sociale et mènent une vie sexuelle secrète, dans les petites villes le seul fait d’aller dans un centre de santé pour un test crée la suspicion, les provinciaux doivent retourner tous les mois dans leur province d’origine pour y chercher leurs médicaments, l’employeur qui apprend la séropositivité de son salarié en même temps que lui le licencie le plus souvent ; la télévision chinoise n’a pas le droit de parler d’homosexualité et une websérie très populaire mettant en scène des ados homosexuels a été interdite

2 juillet 2016 : à Paris, Marche des Fiertés, l’Interassociative lesbienne, gay, bi et trans (dénommée Lesbian & Gay Pride Ile de France) dénonce “l’inaction de la classe politique face aux graves atteintes aux droits fondamentaux dont sont victimes les personnes trans”; le journal Libération relève la novlangue qui épouse l’évolution du militantisme, inspiré en particulier du Québec : allié (défenseur des mêmes droits), bicurieux (ouvert à des relations extérieures à son champ habituel), plafond rose (plafond de verre qui s’applique aux LGBT), intersectionnalité (interaction des discrimination), dysphorie (désaccord officiel entre sexe biologique et identité de genre), inclusivité (favorise l’intégration des minorités), dégenrer (déconstruire les aspects genrés), CRS (chirurgie de réassignation sexuelle), biphobie (dégoût de la bisexualité), plan de transition (soutien à la transition d’une personne sur son lieu de travail), cisgenre, cisexuel (personne dont le genre correspond au sexe biologique)

4 juillet 2016 : abrogation de la circulaire de janvier 2013 rappelant les sanctions encourues (5 ans de prison et 75 000 € d’amende) par les gynécologues qui orientent leurs patientes vers des pays étrangers  pour une PMA ; SOS Homophobie parle de “mesure symbolique mais pas suffisante” ; en 2015 le Haut Conseil à l’égalité avait parlé de “double discrimination” et le Défenseur des Droits  de “méconnaissance du principe d’égalité”

10 juillet 2016 : entrée en vigueur du décret – annoncé en novembre 2015 – autorisant les homosexuels à donner leur sang, à condition de n’avoir pas eu de rapport sexuel au cours des 12 derniers mois (dite période d’abstinence) ; la mesure met fin à la circulaire de 1983 recommandant d'”écarter du don du sang les personnes considérées comme étant à risque de transmettre le VIH” et parmi elles “les personnes homosexuelles et bisexuelles”, restée longtemps en application du fait de la “fenêtre silencieuse” de 12 jours (période pendant laquelle le virus ne peut être détecté, après un rapport sexuel)

14 juillet 2016 : à Nice, un massacre est perpétré par un djihadiste autoproclamé, Mohammed Lahouaiej-Bouhlel, tunisien résidant à Nice, de 31 ans, qui conduit un camion au milieu de la foule rassemblée par le feu d’artifice sur la promenade des Anglais ; il apparait comme un bisexuel aux multiples conquêtes féminines et quelques conquêtes masculines, un homme de 73 ans se présentera comme son amant ; peu à peu se mettront à jour les ambiguïtés sexuelles de certains de ces terroristes, confrontés à la condamnation de “l’abomination” et leur volonté de purification, Omar Mateen le tueur d’Orlando s’est révélé être homosexuel, Mohamed Lahouaiej-Bouhlel celui de Nice fréquentait lui aussi les hommes, la haine de soi prise dans l’homosexualité peut les avoir poussés à l’effacement d’eux-mêmes (selon l’interprétation de Fethi Bensalma, professeur de psychopathologie, auteur de Un furieux désir de sacrifice. Le surhumain), la réparation se fait dans la radicalité, Cherif Kouachi tueur de Charlie Hebdo au début de 2015 s’est trouvé confronté à 2 interdits la sodomie et la représentation du Prophète, purifiant ses propres fautes en exécutant la fatwa ; la police trouvera de semblables profils en débriefant des jeune djihadistes de retour de Syrie, le Monde du 27 juillet rapportera de nombreux témoignages provenant de la police, du psychanalyste Serge Hefez, d’une psychologue de l’Uclat, etc. : chatt avec des homosexuels, fantasmes de se faire violer dans un tunnel, fantasme de rapports hard, le djihad comme une forme de drague, difficultés de réaliser leur identité sexuelle, quête de photos de charme ou pornographiques homosexuelles, homosexualité honteuse très présente, consultation simultanée de sites djihadistes violents et de sites porno gays, fantasmes de mains posées sur la poitrine, fascination pour la figure du soldat viril, création d’un entre-soi masculin, excluant la femme, “se marier avec Dieu permet de gérer ses frustrations” dit un responsable de la lutte contre la radicalisation ; la police turque hésitera à croire une information fournie par la police française destinée à l’aiguiller dans des bars gays d’Istanbul qui s’avèrera vraie ; le psychanalyste Fathi Benslama souligne le besoin qu’ont les islamistes de “purifier le monde des pervers”, “les radicaux religieux se sentent menacés de souillure, celle des corps mais aussi celles des idées”, ils cherchent à “devenir un surmusulman, plus proche de Dieu, plus pur, plus fort”

16 juillet 2016 : les Pride de Marseille et de Montpellier sont annulées in extremis, à la suite du très grave attentat de Nice, au soir du 14 juillet (qui a provoqué 84 morts et plus encore de blessés) ; à Marseille toutefois une cinquantaine de transpédégouines se rassemblent au point de départ du Parc Lonchamp, 30 à 40 personnes se retrouvent à côté du char des 3G à la Plaine, elles sont dispersés au bout d’un moment par la police ; organisée par le Collectif IDEM avec le comité de pilotage inter-associatif (19 organisations), la Pride de Marseille  – devait se dérouler sur le thème “Etre soi et Penser l’autre”, la marche était prévue selon le parcours Longchamp-MUCEM, avec un village associatif au J4 et une soirée We Party organisée par Insomnia au Docks des Suds), elle est reportée au 3 septembre ; de la même façon la Marche de Nice prévue le 23 juillet est annulée et reportée au 20 août

18-31 juillet 2016 : près de Marseille, l’Université d’été euroméditerranéenne des homosexualités se réunit au CFPPA de Valabre (à Gardanne) ; thème “Espaces de luttes du corps au collectif : quelles visibilités ?”

18 juillet 2016 : en Afrique du Sud, ouverture de la conférence mondiale du sida à Durban, 16 ans après la conférence qui s’est tenu dans la même ville ; en 2000 il y avait 1 million de personnes traitées, essentiellement dans les pays du Nord, ils sont aujourd’hui plus de 17 millions, mais chaque année près de 1,9 million d’adultes sont infectés par le VIH, et depuis 2010 ce chiffre ne baisse pas ; l’Europe de l’Est et l’Asie centrale compte une hausse de 57% des contaminations entre 2010 et 2015, et dans les Caraïbes les nouvelles infections d’adultes ont augmenté tous les ans de 9% entre 2010 et 2015 ; le traitement préventif sous forme de Prep atteint 60 000 personnes, essentiellement dans les pays du Nord, aux USA son développement est considérable (3 746 utilisateurs en 2013, 30 967 en 2015) ; l’épidémie de sida a d’ores et déjà provoqué le décès de 35 millions de personnes, et au total 78 millions de personnes ont été infectées par le virus ; l’Afrique du Sud compte 240 000 jeunes de moins de 15 ans séropositifs et 2,1 millions d’orphelins du sida âgés de 17 ans ou moins, et au Kwazoulu-Natal 40% de la population vit avec le virus ; sur les 380 000 nouvelles infections enregistrées en 2015 dans le pays, 58 800 concernaient des adolescents et les filles sont 5 fois plus concernées que les garçons ; selon l’Onusida 74 pays ont connu une augmentation des nouvelles infections entre 2005 et 2015 (en particulier l’Egypte, le Pakistan, le Kenya, les Philippines, le Cambodge, le Mexique et la Russie) ; le GBD (réseau Global Burden of Diseases) pour 2015 recense 1, 19 millions de morts et 38,8 millions de personnes vivant avec le VIH ; les résultats de l’essai Ipergay réalisé en France par l’ANRS sont présentés par le Pr Jean-Michel Molina, ils se révèlent spectaculaires sur 362 volontaires une seule personne a été infectée (mais elle avait interrompu le traitement préventif), et depuis que le ministère de la santé, en janvier 2016, a autorisé le remboursement du Truvada, la demande est en hausse constante

21 juillet 2016 : la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) condamne la France pour avoir refusé de transcrire à l’état-civil les actes de naissance d’enfants nés à l’étranger par GPA, elle parle de violation du droit au respect de la vie privée des enfants, garantie par l’article  8 de la Convention européenne des DDH ; la France est condamnée à verser 5 000 € à chaque enfant concerné pour dommage moral et 15 000 € à chaque famille au titre des frais de procédure ; le 13 septembre 2013 la Cour de cassation a estimé que la naissance étant l’aboutissement d’une fraude à la loi avait justifié le refus de transcrire l’état-civil ; en novembre 2015 le gouvernement français a proposé des indemnités de plus de 30 000 € aux familles pour solder le contentieux mais les familles l’ont refusé ; la CEDH confirme ainsi la condamnation de juin 2014 concernant les familles Mennesson et Labassée (enfants nés de mère porteuses aux USA) ; de son côté, le gouvernement a argumenté que 34 inscriptions d’actes de naissance étrangers ont eu lieu de juin 2014 à janvier 2016

21 juillet 2016 : en Israël, la 15ème édition de la Gay Pride de Jérusalem – Tom Canning est à la tête de l’association organisatrice – mobilise près de 30 000 personnes dans un contexte très sécuritaire lié à l’année précédente en particulier (en 2015 Shira Banki adolescente de 16 ans, poignardée par Yishal Shlissel, un extrémiste ultraorthodoxe, déjà condamné pour avoir attaqué des participants à la Gay Pride de 2005, condamné cette fois à 61 ans de prison), 30 personnes suspectées de vouloir s’en rendre aux participants sont interpellées ; le même jour 250 rabbins ultraorthodoxes manifestent leur soutien, via une lettre ouverte, au rabbin Yigal Levinstein qui a traité les homosexuels de pervers ; plusieurs personnalités politiques viennent à la Gay Pride et le 1er ministre Benyamin Nétanyahou enregistre un message vidéo de soutien à la communauté LGBT